Divine Comédie


 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Dangerous addictions" | ft. Thomas A. Jacobs & Tennessee Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Thomas A. Jacobs
avatar
Alpha King


J'ai : 24 ans, je crois et je suis : célibataire . Mon avatar est : Gaspard Ulliel . :

et j'ai posté : 137 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 27/11/2016 pour mon profil et j'ai : 136 points. Dernier petit détail, je joue également : Wyatt Korbin Inventaire : : Télékinésie
Dernier mot : :

Bow down plead for your innocence
Heads will roll if you don't repent



Age : 21

MessageSujet: "Dangerous addictions" | ft. Thomas A. Jacobs & Tennessee Williams   Mar 27 Déc - 23:46

Thomas A. Jacobs & Tennessee WilliamsAnd here he goes, right in the wolf's trap.
Dangerous addictions

La brume et la fraîcheur sont reines en cette soirée de décembre, période de fêtes battant son plein, les quelques lumières des décorations des rues créent un formidable spectacle brouillé. Pour autant, loin de l'animation d'un soir de réveillon, au cœur d'un quartier en partie désaffecté, au cœur même d'une ancienne usine de jouets, quelque chose de bien étrange se trame …

« Qu'est-ce … Qu'est-ce que vous m'voulez ? »

Paniquée, cette voix résonne dans l'ancienne usine emplie de poussière, dénuée de toute sa magie d'antan. Ici plus de merveilles produites, il ne règne plus que le long et lourd silence d'un endroit mort, qui ne voit que le passage de quelques individus, de rares fois. Et croyez-moi c'est loin, très loin d'être le genre d'individus que vous aimeriez croiser. L'homme à l'origine de ce cri de détresse se traîne au sol, effrayé. Il semble pourtant être un habitué de ce genre d'environnement, mais visiblement, jamais il n'avait rencontré quelqu'un comme la personne qui lui fait face.

« Rien de bien grave, voyons … J'aimerais juste t'offrir un petit quelque chose. »

Loin d'être rassuré, l'homme au sol tente tout de même de se relever, inquiet. Mais soudain, de son dos, il sort une arme de poing, un 9mm très courant chez les jeunes dealers. Il le pointe d'un seul coup sur l'homme qui lui fait face, qui ne bouge pas d'un pouce et qui garde une main dans son dos, en ne montrant absolument aucun signe de peur ou de quoi que ce soit de similaire. Il dégagerait même une certaine confiance ...

« Pourquoi vous m'avez amené là ? Hein ?! J'ai rien à faire ici moi ! »

Amusé, son interlocuteur avance d'un pas vers lui. Un homme bien habillé, beaucoup trop bien pour ce genre d'endroit, et dégageant une aura … Diabolique. Thomas Jacobs s'avance, laissant son regard briller à la lueur de la lune qui s'infiltre dans les craquements du plafond et par les vitres brisées.

« Je te sens quelque peu tendu mon ami. J'aimerais juste te remercier pour le service que tu m'as récemment rendu … Mais c'est un cadeau … Particulier.  »

La panique se lit clairement dans les yeux du jeune homme armé qui n'arrive pas à comprendre ce qu'il se passe. Voyant Thomas faire un pas vers lui, il craque et décoche une balle dans un bruit sourd qui résonne dans l'endroit abandonné. D'un simple mouvement de main, le démon dévie la balle qui va se loger dans une poutre sur le côté. Le jeune homme n'est pas sûr de ce qu'il viens de voir et pense juste avoir manqué son tir, et avale sa salive, tirant une nouvelle fois. Au moment de son tir, il ferme les yeux une fraction de secondes, juste la fraction dont le démon avait besoin pour se téléporter juste derrière lui.

« Qu'est-ce que … Hé ?! T'es passé où ?! »

Sourire en coin armé sur son visage, Thomas pose juste sa main sur l'épaule du jeune homme qui manque de faire une crise cardiaque et qui n'ose même pas se retourner.

« Eddy … Je sens que tu as peur … Mais calme-toi. Il n'y a pas de raison d'avoir peur. »

« Qu'est-ce que c'est que ce bordel ? ... »

« Tu ne te souviens pas, Eddy ? Tu m'as rendu service récemment …  »

« Quoi ? Mais je vous connais même pas ? Qu'est-ce que vous m'avez fait faire ? »

« Juste une petite course, rien d'important pour toi, ne t'en fais pas. Tu ne t'es attiré aucun ennui … Et j'aimerais te remercier. »

« … Comment ? »

« J'aimerais t'offrir … Un voyage. Dans un endroit chaud. Est-ce que ça te dis?  »

« Euh … Ouais, ouais ça pourrait être pas mal … Ça serait où ? »

« Dans un endroit empli de magie, où l'alcool coule à flot et où les plaisirs sont infinis …  »

« Ça sonne bien … »

« Je sais, je sais … Alors ? Ça te tente ?  »

« Ouais, ouais carrément ! »

Le jeune homme finit par se retourner vers son interlocuteur, quelque peu rassuré, et range son arme. Le démon irlandais renforce son sourire alors que son regard croise celui du jeune homme. Mais avant même que celui-ci ne puisse dire quoi que ce soit, il se retrouve avec la lame d'une dague en travers de la gorge. Les yeux grands ouverts, ses poumons se mettent à se remplir de sang, ne laissant plus le moindre filet d'air passer, et laissant le pauvre homme s'étouffer dans son propre sang. Il tombe à genoux, puis s'écroule à genoux avant de finir entièrement au sol.

« Bon voyage en Enfer, mon cher. »

Son sourire ne le quittant pas, Thomas récupère sa dague et en essuie la lame sur les vêtements de sa victime, avant de la ranger.

« Bien, notre invité devrait bientôt arriver. »

Retournant tranquillement dans l'ombre tout en surveillant la porte, Thomas finit par retourner s'installer sur la chaise qu'il s'est installé. Posant l'un de ses pieds sur le genou de l'autre jambe, il saisit le verre de whisky qu'il avait laissé et le sirote, n'attendant qu'une chose : sa cible de premier choix.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tennessee Williams
avatar
Héro ... ïnomane


J'ai : 23 ans et je suis : célibataire . Mon avatar est : Dave Franco . :

et j'ai posté : 80 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 04/11/2016 pour mon profil et j'ai : 387 points. Dernier petit détail, je joue également : Maxwell

MessageSujet: Re: "Dangerous addictions" | ft. Thomas A. Jacobs & Tennessee Williams   Ven 6 Jan - 16:21

Thomas A. Jacobs & Tennessee WilliamsAnd here he goes, right in the wolf's trap.
Dangerous addictions


Dans une ville telle que Los Angeles, les hommes ne s’appartenaient plus vraiment, soumis à la folie ambiante et glorifiée dans tous les métiers. Des corps dorés se pavanaient au soleil sous des regards lubriques. Les vendeurs soldaient leurs âmes dans les derniers jours avant le réveillon de Noël où les valeurs des présents valaient plus que les esprits présents. Des petites filles au visage de poupée couraient de boutiques en boutiques croulant sous des sacs emplis d’objets ruinant leur enfance et le portefeuille de leur parent sous le regard bienveillant de femmes en plastique. La foule malgré ses discussions animées et ses regards enluminés par les décorations de lumière avait quelque chose de malsain, dégageait un sentiment de perdition comme si tout avait du sens et en même temps, plus rien n’en avait.

Tennessee baladait son regard mordoré sur cette foule à laquelle il se sentait étranger depuis un moment maintenant. Cette construction instable qu’on appelait société et qu’on aimait qualifier « de merde » tout en passant devant un sans-abri sans lui accorder le moindre regard semblait avoir rejeté notre protagoniste et, il ne s’en plaignait pas vraiment. Lorsque son esprit se perdait dans le passé, il ne comprenait pas grand-chose. Pourquoi avait-il perdu tant de temps pour tant de gens ? Pourquoi des choses stupides et futiles lui avaient semblées tellement importantes ? Si l’humain était fait pour accorder du sens à ce qui n’en avait pas, Tennessee semblait avoir perdu cette capacité. Les gens ne l’intéressaient pas, les jeux non plus, la fête de Noël le laissait de glace, les friandises ne goutaient que la cendre, plus grand-chose ne l’animait. Même sa propre vie n’avait plus d’intérêt. Plus il pensait, se perdant dans des réflexions sinueuses, suivant chaque fois une piste différente dans les méandres, moins il comprenait. Et pourtant, il passait des heures entières, le regard dans le néant, préoccupé par le vide si séduisant.

La seule horloge à sa vie était l’héroïne qui le réveillait par le manque et le rendormait par sa présence tant désirée. D’ailleurs, les quantités ne diminuaient jamais et il semblait développer une résistance héroïque face à ces montagnes de blanc. Il se savait prisonnier mais s’en fichait. Sa prison était dotée de barreaux dorés et l’extérieur lui apparaissait comme un endroit horrible. Les autres ne comprenaient pas, tant mieux pour eux. Tant mieux si le monde leur plaisait, s’ils aimaient faire partie de ces foules abruties et de cette société dont ils se plaignaient. Le monde lui semblait comme une infinité de maison de poupées, il ne décrivait pas différemment son passé bien différemment. Sauf qu’il n’y avait plus personne qui venait jouer avec lui et l’attente dans le fin fond d’un grenier s’éternisait.

Ses pas se succédaient l’un après l’autre sans qu’il fasse vraiment attention. Les discussions autour de lui n’arrivaient pas à transpercer son brouillard, le laissant sourd et préoccupé par des questions qui n’avaient pas de réponse. Son horloge lui indiquait qu’il était bientôt l’heure de trouver de quoi s’endormir un peu. C’était d’ailleurs le but de sa destination, les quartiers un peu moins touristiques où un buisines fructueux s’était installé depuis longtemps. Tennessee connaissait ces endroits par cœurs et une bonne majorité de ses habitués. Sauf que, cette fois, il avait rendez-vous un peu plus loin, dans une usine désaffecté. Le lieu ne lui semblait pas glauque, après tout, ce n’était qu’un bâtiment vide comme il y en avait d’autres. Sans doute que son propriétaire avait jugé les petits lutins chinois moins cher que les petits lutins américains. Ce n’était pas la première fois qu’il venait. En réalité, il avait déjà dormi ici plusieurs nuits comme beaucoup d’autres déclassés sociaux. Son dealer devait l’attendre ici, sans doute avait-il une autre affaire à régler dans le coin.

Tennessee n’était pas rentré par l’entrée principale. A force de traîner dans tous les coins, il connaissait les raccourcis, les fenêtres brisées et les portes fracturées. Dans les bureaux des étages, un vieillard imbibé d’alcool dormait ou était mort à cause du froid ou d’une quelconque autre raison. Ce n’était pas les affaires de Tennessee et il continua son petit chemin sans se poser de questions. Voir un hypothétique cadavre ne le dérangeait pas, ce n’était pas la première fois. Il avait vu des toxico faire des overdoses, d’autres s’injecter une aiguille dans les parties intimes ou la gorge. Il avait vu des règlements de compte entre gangs et le sang tâcher les murs. La prison lui avait également apprit à se mêler de ses affaires et à ne pas essayer d’aider les autres.

En arrivant dans la salle principale, un drôle de spectacle l’accueillit. Un homme gisait à terre et un autre était assis sur une chaise face à l’entrée principale. Visiblement en train de boire quelque chose. Qu’est-ce que c’était que ce plan foireux ? Il n’avait pas envie de s’approcher, ça c’était un coup à finir en taule où à se faire descendre par un mec un peu trop énervé. Néanmoins, sa dose d’héroïne devait être dans le coin et peut-être que le mec assis l’avait. Son instinct de survie ne s’alluma pas, visiblement anesthésié comme son bon sens. La mort ne le terrifiait pas, il avait déjà connu lui-même l’overdose.

Visiblement, son hôte l’avait repéré d’une façon quelconque car il se retourna. Le junkie choisit de prendre les devants et demanda :

« C’est toi qui a ce que je veux ? »

Et avec un peu de chance, il était tombé sur un flic un peu taré, le genre qu’on voit dans les films et son manque de bon sens allait le renvoyer directement à la case prison.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Thomas A. Jacobs
avatar
Alpha King


J'ai : 24 ans, je crois et je suis : célibataire . Mon avatar est : Gaspard Ulliel . :

et j'ai posté : 137 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 27/11/2016 pour mon profil et j'ai : 136 points. Dernier petit détail, je joue également : Wyatt Korbin Inventaire : : Télékinésie
Dernier mot : :

Bow down plead for your innocence
Heads will roll if you don't repent



Age : 21

MessageSujet: Re: "Dangerous addictions" | ft. Thomas A. Jacobs & Tennessee Williams   Mar 10 Jan - 18:25

Thomas A. Jacobs & Tennessee WilliamsAnd here he goes, right in the wolf's trap.
Dangerous addictions

Tapis dans l'ombre, l'oeil rivé sur l'entrée principale de l'usine, Thomas n'attendait qu'une chose, l'arrivée de sa cible. Profitant de ce moment de calme avant une potentielle tempête, il avale une lampée de son verre de whisky, fermant les yeux et prenant une grande respiration. Malgré sa simple volonté de vouloir profiter de son retour parmi les vivants, son devoir le rappelait tout de même à l'ordre de temps à autre, lui redonnant à chaque fois cette petite volonté de condamner une pauvre âme à une éternité de souffrance … Ou tout du moins, de s'en donner le crédit. Parce qu'en plus d'avoir été capable d’escroquer la vie en revenant sous la forme d'un démon, il est également réputé pour escroquer les autres démons en prenant crédit des nouveaux arrivants. Certains le détestent pour ça, d'autres n'arrivent qu'à avoir un immense respect pour ses capacités. De son côté, peu importe, tant qu'il peut mener l'existence qu'il désire, rien d'autres n'a de réelle importance.

Espérons qu'il arrive bientôt … La patience n'a jamais été mon fort.

Dans le silence mortel de ce bâtiment abandonné, un léger bruit retentit soudainement … Comme un pas sur le sol. Le sourire du démon apparaît plus marqué au coin de ses lèvres. Les légers bruits de pas se renforcent petit à petit, venant clairement de derrière lui. C'est maintenant clair, la personne qu'il attendait se tient à l'écart, derrière lui. Ne cachant clairement pas son sourire, Thomas se retourne et pose son regard sur  l'homme qui l'observe. Un jeune homme brun, aux yeux presque injectés de sang, une sorte de fatigue constante présente dans son regard. Visiblement un simple humain, rien de spécial ne se dégage de lui, si ce n'est un certain vécu pour son jeune âge.

« C'est toi qui a ce que je veux ? »

« Et bien et bien … Bonsoir, tout d'abord, mon jeune ami …  »

Reposant son verre, le démon Irlandais se lève et avance légèrement, sans agressivité, vers son invité.

« J'ai cru comprendre que tu revenais de temps difficiles … D'une expérience compliquée, tant physiquement que psychologiquement. Et je peux comprendre qu'après une telle expérience, je peux comprendre ta volonté de … Te libérer l'esprit.  »

Alors que ses mots glissent lentement dans l'air et résonnent légèrement dans l'espace mort de cette usine, Thomas s'avance encore un peu plus vers son interlocuteur, jaugeant son regard, portant toujours cette flamme de confiance dans ses propres yeux.

« Comme tu le pensais si bien, je suis effectivement en possession de cette délivrance que tu recherches tant.  »

Il prit alors un petit écart, et d'un ancien rangement inutilisé depuis bien des années, il sortit une boîte de la taille d'une boite à chaussures, recouverte d'un long tissu blanc. Voyant l'envie dans le regard de son interlocuteur, il montra tout de même bien qu'il n'allait pas directement lui laisser échapper.

« Je ressent assez aisément que te demander si tu sais ce que tu fais serait futile, mais de la même façon, tu te doutes que tout ceci aura un prix.  »

A cet instant, le sourire déjà carnassier du démon se renforça, une idée se forgeant petit à petit dans son esprit tordu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tennessee Williams
avatar
Héro ... ïnomane


J'ai : 23 ans et je suis : célibataire . Mon avatar est : Dave Franco . :

et j'ai posté : 80 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 04/11/2016 pour mon profil et j'ai : 387 points. Dernier petit détail, je joue également : Maxwell

MessageSujet: Re: "Dangerous addictions" | ft. Thomas A. Jacobs & Tennessee Williams   Jeu 12 Jan - 21:13

Thomas A. Jacobs & Tennessee WilliamsAnd here he goes, right in the wolf's trap.
Dangerous addictions


« Et bien et bien … Bonsoir, tout d'abord, mon jeune ami … »

Tennessee avait une étrange impression assez diffuse. Il ne se sentait pas en sécurité, il y avait quelque chose de malsain dans cette pièce, sans doute l’aura de son interlocuteur. Le junkie le détailla rapidement et renforça son idée qu’il s’était mis dans les ennuis. Ce type n’avait pas du tout l’air du milieu mais, il n’avait pas non plus l’air d’être un flic. C’était quelque chose de plus maléfique que ça.

Une fois debout devant lui, il s’approcha légèrement et Tennessee recula, sur ses gardes.

« J'ai cru comprendre que tu revenais de temps difficiles … D'une expérience compliquée, tant physiquement que psychologiquement. Et je peux comprendre qu'après une telle expérience, je peux comprendre ta volonté de … Te libérer l'esprit. »

L’expression du petit camé se pinça. Que savait-il sur lui et surtout, pourquoi avait-il ces informations ? Tennessee n’avait pas d’ennemi, ou du moins, personne ne lui venait à l’esprit. Comment leurs existences, visiblement très différentes, en étaient-elles venues à se croiser ? Il s’avança et le mortel se recula mécaniquement. Leurs regards étaient fixés et l’inconnu avait clairement le dessus.

« Comme tu le pensais si bien, je suis effectivement en possession de cette délivrance que tu recherches tant. »

Tennessee ne se détendit pas. Il n’avait pas ces termes et son niveau de suspicion était terriblement alarmant. Aussi, quand la source de ses angoisses s’écarta pour récupérer une boîte dans un rangement, le regard mordoré de Tennessee ne le quitta pas. Ce ne fut que lorsqu’il se rapprocha à nouveau, qu’il baissa les yeux pour détailler cette nouvelle pièce du puzzle. C’était un contenant de la taille d’une boîte à chaussure recouverte d’un long tissu blanc. Qu’est-ce que c’était cette connerie ? Il y en avait bien pour un kilo d’héroïne là-dedans si c’était bien ladite substance et pas la tête d’un pauvre malheureux ou le cœur de sa belle-fille …

« Je ressent assez aisément que te demander si tu sais ce que tu fais serait futile, mais de la même façon, tu te doutes que tout ceci aura un prix. »

Le sourire maléfique qui accompagnait cette déclaration le fit frissonner. L’ambiance était particulièrement pesante et, un observateur extérieur croirait sans grande difficulté au début d’un film d’horreur. L’usine froide et immense le faisait se sentir encore plus petit et, un rapidement coup d’œil au cadavre un peu en arrière de la scène, encore plus faible. De l’héro, il en trouverait ailleurs, pour une fois, même son addiction maladive semblait d’accord avec lui, le danger était donc réel. Il fallait être stupide pour penser que le prix évoqué représentait un montant d’argent, aussi énorme qu’il puisse être.

« Ecoute, je ne sais pas qui tu es mais, j’ai pas envie d’être mêlé à ces conneries »

La déclaration avait le mérite d’être clair. Sans tergiverser, il se retourna et se dirigea vers les escaliers qui l’avaient conduit ici. L’idée d’être face à un surnaturel de type vampire, le seul qu’il avait côtoyé, s’imposa dans son esprit et une petite voix lui murmura que le moment de se repentir était peut-être arrivé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Thomas A. Jacobs
avatar
Alpha King


J'ai : 24 ans, je crois et je suis : célibataire . Mon avatar est : Gaspard Ulliel . :

et j'ai posté : 137 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 27/11/2016 pour mon profil et j'ai : 136 points. Dernier petit détail, je joue également : Wyatt Korbin Inventaire : : Télékinésie
Dernier mot : :

Bow down plead for your innocence
Heads will roll if you don't repent



Age : 21

MessageSujet: Re: "Dangerous addictions" | ft. Thomas A. Jacobs & Tennessee Williams   Jeu 19 Jan - 17:09

Thomas A. Jacobs & Tennessee WilliamsAnd here he goes, right in the wolf's trap.
Dangerous addictions

« Ecoute, je ne sais pas qui tu es mais, j’ai pas envie d’être mêlé à ces conneries »

Sans réellement attendre, le jeune homme commença à partir, empruntant le chemin par lequel il était arrivé. Ne bougeant pas pour le moment, le démon attendit juste d'être hors du champ de vision de son interlocuteur et disparu subitement, réapparaissant juste devant la fenêtre brisée du bureau par laquelle sa cible était arrivée. Il déposa alors la boîte qu'il avait sortie, toujours recouverte de son drap blanc, et finit par la découvrir et par l'ouvrir, la positionnant de façon à ce que sa cible puisse la voir, puis il alla s'appuyer contre un mur, dans l'ombre la plus totale, scindant le silence du bâtiment et entendant petit à petit les pas du jeune homme se rapprocher. Il le vit finalement entrer, et bloquer devant la boîte ouverte. Elle était remplie d'héroine, tassée et remplie à ras-bord. Il y en avait pour une sacrée quantité. Profitant des quelques secondes d'hésitations de sa cible, Thomas s'approcha aussi discrètement que la mort et posa très légèrement sa main sur l'épaule du jeune homme. Maintenant en contact avec lui, il pouvait lire en lui, savoir qui il était, ce qu'il ressentait … Quel plaisir d'être un démon.

« Je sais ce que tu penses, Tennessee. Je sais que tu te dis que tu es tombé dans un piège, qu'il va t'arriver des choses atroces et que tu n'as certainement pas envie de retourner en prison. Mais ne t'en fait pas … Rien de tout cela n'arrivera.  »

De quelques pas légers, Thomas contourna Tennessee pour revenir face à lui, gardant le léger contact de sa main sur l'épaule du jeune humain.

« Je sais à quel point tu as besoin de cette drogue. Je sais que tu as besoin de cette aide. Et je te l'offre, Tennessee. Mais je sais aussi que tu n'as presque plus rien sur toi, et que tu as peur que je te prenne tout. Je te rassure, je ne te demanderais pas le moindre dollar. Non … En revanche, tu comprends qu'une telle substance ne peut se céder sans contrepartie dans de telles quantités. Cependant je pense que la contrepartie que je vais te proposer sera à ton goût.  »

Voyant qu'il parvenait légèrement à capter l'attention du jeune homme, peu importe la méthode, il marqua une légère pause pour laisser à Tennessee le temps de réaliser.

« Tu connais beaucoup de monde dans cette ville, jeune homme. Bien plus que moi. Et tu connais des personnes … Importantes, des personnes plutôt bien loties financièrement … Et moi, j'ai quelque chose qui pourrait les arranger. Des habitations dans lesquelles ils pourraient vivre sans craindre une descente de police soudaine, de beaux appartements, de belles maisons qui leur offrirait une tranquillité absolue … Tu vois où je veux en venir, n'est-ce pas ?  »

Rompant le contact durant ses paroles, il se planta devant Tennessee, et pointa la boîte remplie d'héroine du doigt.

« Je sais que tu as une capacité de négociation et de conviction plutôt élevée. Et je sais que tu as les contacts qui m'intéressent. Voici le marché que je te propose. Voici une avance. A chaque fois que tu me feras parvenir un client, je t'en fournirais davantage.  »

Un sourire légèrement dessiné au coin de ses lèvres, Thomas tendit lentement sa main vers Tennessee.

« Marché conclu ?  »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eva R. Blake
avatar



J'ai : 28 ans et je suis : divorcée. . Mon avatar est : Katheryn Winnick. . :

et j'ai posté : 40 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 01/11/2016 Je n'oublie pas de remercier : balaclava pour mon profil et j'ai : 318 points. Dernier petit détail, je joue également : personne. Inventaire : : Télékinésie

MessageSujet: Re: "Dangerous addictions" | ft. Thomas A. Jacobs & Tennessee Williams   Jeu 26 Jan - 7:54


dangerous addictions.
Qu'est-ce que je suis en train de faire ? Se demandait Eva en son fort intérieur. Cela durait depuis quelques minutes déjà qu'elle râlait toute seule. Les comportements de ce genre appartenaient à une case de mystères qui lui paraissaient inaccessibles et incompréhensibles.  Du même niveau que des fumeurs qui sortaient, pendant une soirée tranquille, pour aller fumer. Cela s'apparentait nettement à des fous, pour Eva. Qu'une substance, quel quelle soit, parvienne à faire sortir un être humain dans un froid pareil lui semblait nuisible. Cette raison seule suffisait à la dissuader d'essayer quoique ce soit. D'autres raisons confortaient son avis. A ce niveau-là, elle pouvait se montrer assez dure. Quand elle apprenant qu'une personne souffrait d'un cancer des poumons s'en plaindre, alors qu'en parallèle elle consommait quantité de tabac, Eva ravalait ses pensées. Jamais elle n'en viendrait à déclarer que la personne en question l'avait cherché, mais elle n'en pensait pas moins. C'est pour ça qu'il était plutôt ironique d'apprendre qu'elle devait s'occuper d'une personne qui avait ouvert sa propre brèche de descente aux Enfers. Il existait maintes raisons qui peuvent susciter la compréhension, Eva en avait une vague idée dans le cas de Tennessee. Il suffisait d'avoir deux yeux pour comprendre qu'elle avait à faire avec un gosse perdu. Cela adoucissait son jugement. De plus, il n'était pas méchant, bien au contraire. Au moins, cela lui donnait un minimum envie de l'aider en dehors de son obligation professionnelle. Elle espérait que leurs rapports s'amélioreraient avec le temps. C'était normal qu'il se méfie d'elle. Eva s'efforçait de gagner sa confiance. Le temps ferait sûrement ses oeuvres.

Dans le cadre de son métier, elle avait dû agir de la sorte à maintes reprises. Toutefois, il ne s'agissait pas du même aspect ni des mêmes enjeux. Grâce à ses compétences et à son travail, elle avait eu l'occasion de faire des filatures. Elle appréciait ça ; elle se voyait dans le rôle de l'héroïne d'une saga policière écrite ou à la télévision. Elle en avait tellement regardé pendant son adolescence ! Elle se souvenait que cela exaspérait ses sœurs, qui aspiraient à d'autres programmes. Il ne fallait pas être devin pour deviner dans quel domaine la jeune femme se dirigerait. Pendant plusieurs années cela avait été ainsi avant de devoir assumer son rôle de mère à temps plein. Désormais, il n'en restait rien. Eva avait obtenu un emploi de garde du corps pendant un temps, par l'intermédiaire de ses contacts. Cela n'avait pas duré. Dire que maintenant elle assumait ce rôle, du moins un mélange entre surveillante et baby-sitter. On lui aurait demandé un jour de faire ce travail, elle se serait contenté d'un regard narquois et d'un « Jamais ». Quelle ironie.

Tennessee n'apprécierait pas. Personne n'apprécierait d'être suivi à son insu. Cependant, il fallait admettre qu'Eva était plutôt bien renseignée sur les potentiels dangers qui se présentaient dans ce genre de ville. Il y avait peu de chances qu'il se passe réellement quelque chose. Elle risquait davantage d'interpeller un dealer qui se montrerait un peu trop présomptueux. En somme, les dangers s'avéraient minimes. Néanmoins, elle préférait agir ainsi plutôt que s'en vouloir de ne pas avoir agi plus tard. Pendant cette filature et tant d'autres, elle se faisait toujours la réflexion que ses capacités hors normes lui rendaient bien service. Ce qui n'était pas audible pour une oreille humaine l'était pour elle (cela avait ses limites, bien entendu). Si bien qu'elle parvenait à entendre les paroles qui s'étaient échangées entre le potentiel dealer et Tennessee. Lorsque la jeune femme entendit de manière nette la phrase suivante : « Ecoute, je ne sais pas qui tu es mais, j’ai pas envie d’être mêlé à ces conneries », elle se dit pour elle-même qu'il n'était pas totalement stupide, il avait un minimum de jugement. Eva se trouvait aux aguets, se doutant que l'autre personne n'en resterait pas là et chercherait à retenir le jeune homme. Eva s'était rapprochée, attentive. « Je sais ce que tu penses, Tennessee. Je sais que tu te dis que tu es tombé dans un piège, qu'il va t'arriver des choses atroces et que tu n'as certainement pas envie de retourner en prison. Mais ne t'en fait pas … Rien de tout cela n'arrivera.  » Eva leva les yeux au ciel. Une image d'un loup énorme avec de grandes dents qui se penchait sur une brebis egarée en lui promettant d'être végétarien s'imposait dans son esprit. Pour elle, cela revenait au même. Cette personne n'avait aucune crédibilité. Peut-être qu'elle disait ça parce qu'elle ne se trouvait pas face à lui et était extérieure à la situation, mais cela s'affichait comme une évidence. Elle priait pour que les parents de Tennessee aient eu la bonne idée de lui raconter l'histoire du petit chaperon rouge.

« Je sais à quel point tu as besoin de cette drogue. Je sais que tu as besoin de cette aide. Et je te l'offre, Tennessee. » Un peu plus et Eva croirait vraiment à l'image qui s'était formée dans son esprit. Elle était curieuse de voir à quoi il ressemblait. Elle ignorait pourquoi, mais elle supposait d'après sa voix et son choix de mots qu'il présentait bien. Comme si cela trompait les esprits. «  Mais je sais aussi que tu n'as presque plus rien sur toi, et que tu as peur que je te prenne tout. Je te rassure, je ne te demanderais pas le moindre dollar. Non … En revanche, tu comprends qu'une telle substance ne peut se céder sans contrepartie dans de telles quantités. Cependant je pense que la contrepartie que je vais te proposer sera à ton goût.  » Eva se tendit instantanément. Elle ignorait de quoi il retournait, mais à cet instant, son avis sur la personne était fixe. Le genre de personne qui la rebutait totalement. Elle était à deux doigts d'intervenir. Elle n'en n'eut pas le temps ; l'homme continuait déjà : «  Tu connais beaucoup de monde dans cette ville, jeune homme. Bien plus que moi. Et tu connais despersonnes … Importantes, des personnes plutôt bien loties financièrement … Et moi, j'ai quelque chose qui pourrait les arranger. Des habitations dans lesquelles ils pourraient vivre sans craindre une descente de police soudaine, de beaux appartements, de belles maisons qui leur offrirait une tranquillité absolue … Tu vois où je veux en venir, n'est-ce pas ?  » Eva se méfiait. Cela ne devait pas être que ça. De plus, d'après les fréquentations récentes de Tennessee, elle doutait qu'il connaisse grand monde. Dans tous les cas, c'était louche et sentait l'arnaque à plein nez. Il allait forcément exiger quelque chose d'autre. Elle le sentait mal.

« Je sais que tu as une capacité de négociation et de conviction plutôt élevée. Et je sais que tu as les contacts qui m'intéressent. Voici le marché que je te propose. Voici une avance. A chaque fois que tu me feras parvenir un client, je t'en fournirais davantage.  » Ce qui revenait à vendre son âme au diable, à quelques choses près. Eva ne voulait pas que Tennessee s'engage dans des combines pareilles. Il n'en n'avait pas besoin. Eva disposait de l'argent nécessaire pour lui prodiguer le nécessaire, sans qu'il ait besoin de faire quelque chose de particulier. Ce n'était pas bon pour lui de faire ce marché. Surtout qu'il ignorait jusqu'où cela pourrait lui mener.

Eva sortit de sa cachette sans se presser, apparaissant subitement, en premier lieu aux yeux du parfait inconnu. Tennessee ne la voyait pas encore. Comme elle l'avait pressenti, il présentait bien. Vraiment bien, même. Le genre de visage qui suffirait à baisser la garde de n'importe qui. Il était plus grand que Tennesee – bien que ce ne soit guère difficile. Il dégageait quelque chose de particulier, sans qu'elle ne parvienne à mettre un doigt dessus. Son instinct lui soufflait. Et elle s'y fiait. Il devait être surpris de la voir. Surtout qu'elle n'avait pas l'air d'une défoncée ni d'une accro. L'ombre d'un sourire narquois apparut sur son visage alors qu'elle vrillait ses yeux dans les siens. Il souriait, en plus. Première vérification : Il n'avait pas de grandes dents. Même un joli sourire. Le genre de sourire dont il fallait pourtant se méfier. « Je ne ferais pas ça si j'étais toi » lâcha finalement Eva, à l'adresse de Tennessee. Il devait être surpris. Puis la surprise allait être gagnée par l'indignation et probablement par la colère. Oups ? Eva l'avait juste regardé une seconde avant de se concentrer de nouveau sur l'individu non identifié. Elle s'approcha pour se retrouver à la hauteur de Tennessee et face à son interlocuteur. Elle fixa sa main tendue en haussant un sourcil, d'un air à peine dédaigneux, pour revenir sur son visage. Il dégageait vraiment quelque chose. Et cela n'avait rien à voir avec le fait qu'il était potentiellement joli à regarder. «  Tu porterais une pancarte avec écrit : « Je ne suis pas quelqu'un à qui se fier » que ce serait plus subtile » se contenta-t-elle de faire remarquer avant de regarder Tennessee, se désintéressant totalement de Monsieur Subtil. Elle avait déjà remarqué la présence d'héroïne, mais elle prenait conscience de la quantité qui s'offrait à Tennessee. Évidemment, c'était pareil que d'agiter une souris devant un chaton. Tennessee correspondait totalement au rôle. Sauf qu'il était plus malin qu'un bébé chat. Du moins, elle comptait là-dessus. « Fie-toi à ton premier instinct : Ne lui fais pas confiance. Tu n'as pas besoin de lui pour avoir ce que tu veux » .


_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tennessee Williams
avatar
Héro ... ïnomane


J'ai : 23 ans et je suis : célibataire . Mon avatar est : Dave Franco . :

et j'ai posté : 80 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 04/11/2016 pour mon profil et j'ai : 387 points. Dernier petit détail, je joue également : Maxwell

MessageSujet: Re: "Dangerous addictions" | ft. Thomas A. Jacobs & Tennessee Williams   Sam 28 Jan - 13:02

Thomas A. Jacobs & Tennessee WilliamsAnd here he goes, right in the wolf's trap.
Dangerous addictions

Tennessee se dépêchait de quitter ces lieux. Son instinct lui disait que les choses ne pouvaient qu’empirer s’il restait traîner. Malheureusement, il n’eut pas vraiment l’occasion de s’enfuir, la créature venant d’apparaître devant lui, lui glaçant le sang. Les vampires étaient rapides, il en avait déjà vu mais, à ce point c’était un miracle. Le doute l’envahissait, accélérant son rythme cardiaque. L’idée folle d’être en présence d’autre chose que d’un vampire le pris. Les surnaturels lui semblaient tellement nombreux dans son petit monde qu’il se sentait en infériorité numérique. La mystérieuse boîte était sur une table et, cette fois, ouverte, dévoilant au monde son contenu. C’était bel et bien de l’héroïne, le junkie en avait assez vu dans sa courte vie que pour en reconnaître au premier coup d’œil. Par contre, il n’en avait jamais vu une telle quantité. C’était impressionnant. Il devait y avoir assez de substance pour tuer une centaine de personnes.

Quant à son possesseur il était désormais près de lui, sa main sur son épaule, étrangement calme.

« Je sais ce que tu penses, Tennessee. Je sais que tu te dis que tu es tombé dans un piège, qu'il va t'arriver des choses atroces et que tu n'as certainement pas envie de retourner en prison. Mais ne t'en fait pas … Rien de tout cela n'arrivera.  »

Comment connaissait-il son nom et savait-il pour son passage en prison ? Une fois face à lui, il continua de parler et Tennessee avait l’impression d’avoir le diable en face de lui.

« Je sais à quel point tu as besoin de cette drogue. Je sais que tu as besoin de cette aide. Et je te l'offre, Tennessee. Mais je sais aussi que tu n'as presque plus rien sur toi, et que tu as peur que je te prenne tout. Je te rassure, je ne te demanderais pas le moindre dollar. Non … En revanche, tu comprends qu'une telle substance ne peut se céder sans contrepartie dans de telles quantités. Cependant je pense que la contrepartie que je vais te proposer sera à ton goût.  »

Il arqua un sourcil, tiquant sur le mot « drogue ». Tous les gens dans le systèmes, clients acheteurs ou fournisseurs, personne n’utilisait ce terme tellement connoté néophyte. S’il ne faisait pas partie du business, comment s’était-il fourni une telle quantité. Peut-être était-ce un voleur qui devait écouler son magot avant de se faire égorger par des caïds. Mais dans ce cas, pourquoi ne pas lui demander de l’argent. Il y en avait bien pour dix milles dollars là-dedans. Pourquoi ce genre de plan foireux ne lui arrivait qu’à lui ?

« Tu connais beaucoup de monde dans cette ville, jeune homme. Bien plus que moi. Et tu connais des personnes … Importantes, des personnes plutôt bien loties financièrement … Et moi, j'ai quelque chose qui pourrait les arranger. Des habitations dans lesquelles ils pourraient vivre sans craindre une descente de police soudaine, de beaux appartements, de belles maisons qui leur offrirait une tranquillité absolue … Tu vois où je veux en venir, n'est-ce pas ?  »

C’était qui ce type ? Un agent immobilier pour caïds ? Quant à ses présumées connaissances, Tennessee connaissait quelques adresses et des gars qu’il avait rencontré en prison mais, ne pouvait se vanter de connaître tout Los Angeles. D’ailleurs, qui le pourrait ? Avant de finir son petit monologue il pointa la précieuse boîte.

« Je sais que tu as une capacité de négociation et de conviction plutôt élevée. Et je sais que tu as les contacts qui m'intéressent. Voici le marché que je te propose. Voici une avance. A chaque fois que tu me feras parvenir un client, je t'en fournirais davantage.  »

Tennessee leva les yeux vers lui alors qu’il tendait sa main lui demanda si le marché était conclu. C’était une offre qui ne pouvait pas se refuser. Juste avec la quantité de la boîte il pourrait être tranquille pour plusieurs mois, voire même recouper et revendre et enfin trouver de l’argent par lui-même. Il se mordit la langue, ne sachant que faire, réfléchissant à toute vitesse même si une voix dans sa tête lui hurlait d’accepter avant que son contrat ne s’envole. Il sursauta presque quand une voix interrompit sa réflexion, une voix qu’il connaissait depuis plusieurs jours maintenant.

« Je ne ferais pas ça si j'étais toi »

Il leva les yeux au ciel et souffla, exaspéré. Qu’est-ce qu’elle fouttait ici celle-là ? Eva les avait rejoints, sans y être invitée bien sûr. Sans doute qu’elle l’avait suivi. La colère commença doucement à monter. Il n’aimait pas qu’on se mêle de ses affaires, encore moins qu’on l’espionne. Cette fille n’était là que pour lui pourrir la vie sous prétexte que ses idiots de parents la payaient pour ça.

«  Tu porterais une pancarte avec écrit : « Je ne suis pas quelqu'un à qui se fier » que ce serait plus subtile »

Cette fois, ce n’était pas à lui qu’elle s’adressait mais à son interlocuteur. C’était évident que ce type n’était pas quelqu’un de confiance mais, dans ses affaires là, personne ne pouvait faire confiance. Tennessee avait déjà vu des toxicomanes braqueur leur propres parents ou dépouiller le cadavre de leur « meilleur ami » emporté par une overdose.

« Fie-toi à ton premier instinct : Ne lui fais pas confiance. Tu n'as pas besoin de lui pour avoir ce que tu veux »

Cette fois, c’était à lui qu’elle s’adressait. Pour qui se prenait-elle pour oser intervenir de cette façon. Sa propre mère n’en avait eu que faire de lui à sa naissance, sa mère adoptive l’avait abandonné, c’était mal barré si Eva voulait se prendre pour sa mère. Furieux, il répondit sèchement, bien plus que son visage poupon ne l’aurait laissé croire :

« Je n’ai pas besoin de toi non plus. Vas te faire foutre »

Il se tourna ensuite vers l’inconnu ayant pris sa décision sur le coup de la colère et la peur de voir l’offre s’envoler.

« Il va falloir qu’on discute des modalités mais l’affaire est conclue »

Il ne jeta même pas un regard à Eva, des airs désapprobateurs, il n’avait connu que ça depuis des années. Ce n’était pas un de plus qui allait le faire changer de direction. C’était justement ces regards qui le poussaient à s’éloigner de plus en plus des gens.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Thomas A. Jacobs
avatar
Alpha King


J'ai : 24 ans, je crois et je suis : célibataire . Mon avatar est : Gaspard Ulliel . :

et j'ai posté : 137 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 27/11/2016 pour mon profil et j'ai : 136 points. Dernier petit détail, je joue également : Wyatt Korbin Inventaire : : Télékinésie
Dernier mot : :

Bow down plead for your innocence
Heads will roll if you don't repent



Age : 21

MessageSujet: Re: "Dangerous addictions" | ft. Thomas A. Jacobs & Tennessee Williams   Sam 28 Jan - 16:59

Thomas A. Jacobs & Tennessee WilliamsAnd here he goes, right in the wolf's trap.
Dangerous addictions

« Je ne ferais pas ça si j'étais toi. »

Alors qu'il était prêt à conclure son pacte avec le jeune homme, le démon Irlandais entendit soudain une nouvelle voix titiller ses tympans. Une voix féminine … En apparence relativement posée mais néanmoins emprunte d'une certaine bestialité … Une louve peut-être ? La partie devenait encore plus intéressante … Voilà qu'une louve se souciait du bien-être et de la sécurité d'un jeune junkie tout droit sorti de prison … On dirait presque le début d'un roman, n'est-ce pas ? Curieux de voir de qui venait cette voix, le démon décala légèrement son regard, laissant apparaître une jeune femme blonde au regard relativement sévère et aux traits assurés. Pour avoir trouvé aussi facilement l'endroit, elle devait soit être du milieu, soit avec suivi Tennessee … Un sourire amusé s'afficha alors sur les lèvres de Thomas, qui s'amusait à lire les réactions de la jeune femme dans son regard.

« Tu porterais une pancarte avec écrit : « Je ne suis pas quelqu'un à qui se fier » que ce serait plus subtile »

Dans sa tête, Thomas s'entendit éclater de rire à cette remarque. Certes il n'avait clairement pas choisi le chemin de la subtilité, mais à aucun moment il n'avait cherché à tromper son monde où à cacher le fond de sa pensée. Il ne cherchait qu'une chose, atteindre ses cibles, peu importe la méthode, et même si parfois la finesse était plaisante, à ce moment précis elle n'aurait été d'aucune utilité.

« Fie-toi à ton premier instinct : Ne lui fais pas confiance. Tu n'as pas besoin de lui pour avoir ce que tu veux »

La curiosité du démon fut piqué à vif quand il sentit la colère monter d'un coup en Tennessee, alors que celui-ci ne le laissait pas réellement paraître.

« Je n'ai pas besoin de toi non plus. Vas te faire foutre. »

Il vit soudain le jeune homme se tourner de nouveau vers lui, clairement animé par de noires émotions, les préférées du démon …

« Il va falloir qu'on discute des modalités mais l'affaire est conclue. »

Le sourire de Thomas se renforça, mais cette fois ce n'était plus un sourire amusé, mais un sourire presque carnassier, qui s'il n'était pas contrôlé laisserait clairement transparaître sa nature démoniaque. Il pointa rapidement son regard vers la jeune femme derrière Tennessee, qui semblait consternée par le déroulement des événements, et sans un mot, il lui adressa un ''merci'' tout à fait ironique et moqueur, avant de reporter son attention sur le jeune homme en lui offrant une poignée de main assurée.

« Je sens que nous allons bien nous entendre, mon jeune ami. Retrouves-moi au Jameson's Pub demain après-midi, nous discuterons des modalités. »

En relâchant la main du jeune homme, il ôta de son cou une chaîne à laquelle était raccrochée une clé. Il referma donc la boîte, la verrouillant avec un cadenas, et confia ensuite la clé à Tennessee.

« Il ne me reste qu'à te souhaiter une excellente fin de soirée !  »

Il laissa une petite tape amicale sur l'épaule du brun et commença à repartir, croisant ainsi de plus prêt la jeune femme, qu'il salua d'un geste de tête à la fois poli et empli de sarcasme et de moquerie.

« Mademoiselle, un plaisir. »

Repassant ses mains dans ses poches, il s'engouffra ainsi dans l'ombre des escaliers par lesquels Tennessee était arrivé ici, disparaissant du champ de vision des deux autres personnes présentes. Il se dirigea vers la porte principale, ne se souciant d'absolument rien, et quitta le bâtiment en laissant le claquement de la lourde porte résonner dans l'usine abandonnée. Il prit une grande inspiration, profitant de l'air frais de la nuit, et s'engouffra un peu plus dans les ruelles formées par l'écart de ces bâtiments délabrés. Au détour de l'une d'elle, il bouscula involontairement un homme, visiblement un camé en manque. Son regard injecté de sang ne trompait pas, et on sentait une certaine once d'instabilité dans ses mouvements. Et visiblement cet homme n'était pas content de s'être fait bousculé, sortant ainsi un cran d'arrêt et hurlant tel un dément alors qu'il tenta de planter le démon. Thomas se contenta d'attraper son avant-bras afin de bloquer le coup, laissa un soupire lui échapper et fît non de la tête. Il repoussa ensuite le bras de l'homme, et ce dernier fût projeté violemment contre un mur proche. Replaçant ses mains dans ses poches, le démon continua son chemin sous la lueur de la lune, toujours animé par ce petit sourire malsain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eva R. Blake
avatar



J'ai : 28 ans et je suis : divorcée. . Mon avatar est : Katheryn Winnick. . :

et j'ai posté : 40 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 01/11/2016 Je n'oublie pas de remercier : balaclava pour mon profil et j'ai : 318 points. Dernier petit détail, je joue également : personne. Inventaire : : Télékinésie

MessageSujet: Re: "Dangerous addictions" | ft. Thomas A. Jacobs & Tennessee Williams   Sam 28 Jan - 18:55


dangerous addictions.
Eva s'attendait à la colère de Tennessee, qui s'avérait tout à fait compréhensible. Cela aurait été surprenant qu'il réagisse autrement. Que ce soit grâce à son expression, à son regard ou à sa gestuelle : tout l'indiquait. Ce qu'il lui dit ne la surprit guère, elle ne broncha même pas sous la recommandation vulgaire. Il était vrai qu'étant donné son air juvénile, on ne s'attendrait pas à ça de sa part. Cependant il avait vécu des choses ces derniers temps qui l'avaient définitivement changé. De plus, malgré son air enfantin, il avait toujours la vingtaine – ce qui faisait de lui un adulte et non un gosse, même si elle le voyait comme tel. Etant énervé, il n'y avait rien de surprenant à ce qu'il lâche des mots pareils. Hypocritement, elle avait tendance à penser qu'elle avait agit ainsi seulement à cause de ce qu'il avait laissé entendre – à savoir, un danger prédominant. Et qu'il ne l'en remerciait pas de la meilleure des manières. Les mauvaises langues diront certainement qu'elle n'avait pas à le suivre. Bah oui, et alors ? De toute manière, elle avait visiblement bien fait – ce type ne lui inspirait nullement confiance. Il y avait quelque chose chez lui, qui la dérangeait profondément sans qu'elle ne puisse mettre le doigt dessus, hormis ses propositions franchement douteuses.

Son comportement ne la blessait pas. Puisqu'ils n'étaient pas proches. Par contre, la suite des événements suffit à briser son visage neutre. «  Il va falloir qu’on discute des modalités mais l’affaire est conclue » Non. Il ne venait pas de dire ça. Ce n'était pas possible. Sur le coup, elle était trop choquée pour réagir. Elle fixait Tennessee, les yeux légèrement écarquillés, avant de remarquer que leur interlocuteur lui mimait un « merci » des lèvres. Il était clairement en train de se moquer d'elle, ce qui suffit à la mettre en colère. Certes, Eva n'était pas blessée par les paroles de Tennessee, mais elle n'appréciait certainement pas d'être remise à sa place devant lui. Elle ignorait pourquoi, mais elle n'aimait pas ça. D'autant plus que ce dernier se réjouissait totalement de la situation – et à raison -, il reçut un bon vieux regard noir en réponse. La jeune femme continua de le fusiller du regard, alors qu'il échangeait une poignée de main avec Tennessee qui raviva un flot d'insultes et de critiques dans son esprit. Quel crétin, non mais comment peut-on être aussi stupide ?! Elle n'en revenait tout simplement pas. Il y avait de grandes chances pour qu'elle ait aggravé la situation en intervenant ou qu'elle ait précipité les choses, certes. Mais elle ne pouvait décemment pas rester indifférente alors qu'elle entendait Tennessee dire qu'il ne se sentait pas en sécurité ? C'était son boulot ! En dehors de ça, il y avait sa conscience, aussi. On intervenait quand quelqu'un était dans une situation délicate, non, oui, peu importe ? En tout cas, la situation dérapait totalement et elle maugréait intérieurement. Contre tout le monde – Tennessee, l'inconnu et elle-même.

Lorsque l'inconnu passa près d'elle pour s'en aller, il mima un signe de tête avec un « Mademoiselle, un plaisir ». Eva ne répondit pas, trop occupée à le fusiller du regard. Un regard qui énoncait clairement un « Toi et moi, si on revoit... Tu ne t'en sortiras pas aussi facilement ». Il y avait très peu de chances qu'ils se recroisent un jour, par hasard, mais si jamais l'occasion se présenterait, Eva aurait le dernier mot. Finalement, il s'esquiva et Eva le suivit du regard, changeant de position pour le suivre des yeux jusqu'à ce qu'il disparaisse. Ce n'était pas quelqu'un d'ordinaire. Certainement pas dans un sens positif. Il cachait quelque chose, il dégageait une aura... indescriptible. Alors qu'elle le fixait, un cheminement de pensées se fit. Elle avait déjà ressenti ça, auparavant. Des bribes de souvenir. La compréhension se fit dans son esprit et elle en fut si déroutée qu'elle parut un instant vulnérable, ébranlée. La catastrophe de la situation lui explosa en pleine figure réussit à calmer sa colère, même à la faire disparaître. Elle avait beaucoup plus important à penser.

Brusquement, Eva saisit le bras de Tennessee à la volée tandis qu'il s'apprêtait à lui fausser compagnie. Elle ignora son regard incendiaire pour le regarder dans les yeux et débiter instannément : « Tu as probablement toutes les raisons du monde pour être énervé contre moi et tu me détestes certainement maintenant, mais je t'en prie, écoute-moi ». Elle se rapprocha de manière imperceptible, comme pour veiller à ce qu'il prenne conscience de ses paroles : « Je sais que tu penses connaître tous les dangers qui peuvent se présenter à toi, mais... » elle désigna d'un geste vague l'endroit où l'inconnu avait disparu « Ce type-là est différent. Il n'est pas comme ceux que tu as pu connaître. Je n'ai pas à te dire ce que tu dois faire mais... Ne va pas à ce rendez-vous. Je t'en prie, Ten » appuya-t-elle en faisant en sorte qu'il la regarde et continue de l'écouter « Ne passe pas de marché avec lui, s'il te plaît ». Cela sonnait presque comme une supplication, tant son hypothèse l'angoissait – si elle était bien exacte. Elle avait dû serré un peu plus le bras de Tennessee pour le pousser à l'écouter, mais pas au point de lui faire mal, ni avec sa force de louve. Elle contrôlait sa puissance, à force de pratique. Les dérapages demeuraient rares. Ce n'était pas ça qui la trahirait. Mais son angoisse vis à vis de l'inconnu, oui. Parce qu'elle savait - du moins, supposait - ce qu'il était. Quitte à se faire détester et à insister, elle ne voudrait pas avoir les conséquences de tout ça sur la conscience. Eva ne souhaitait pas que Tennessee soit confronté à ça. Il s'agissait bien de la dernière chose dont il avait besoin.



_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tennessee Williams
avatar
Héro ... ïnomane


J'ai : 23 ans et je suis : célibataire . Mon avatar est : Dave Franco . :

et j'ai posté : 80 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 04/11/2016 pour mon profil et j'ai : 387 points. Dernier petit détail, je joue également : Maxwell

MessageSujet: Re: "Dangerous addictions" | ft. Thomas A. Jacobs & Tennessee Williams   Ven 3 Fév - 22:05

Thomas A. Jacobs & Tennessee WilliamsAnd here he goes, right in the wolf's trap.
Dangerous addictions

Sa décision était peut-être un peu précipitée, peut-être un peu folle ou exagérée mais, elle était prise. Après tout, qu’avait-il à perdre réellement ? Il avait déjà connu la rue, les ambulances et même les overdoses. Dans le pire des cas, il se ferait tuer et ne manquerait à personne. Le sourire carnassier de son interlocuteur ne le perturba pas, il avait vu plus angoissant. Quant à Eva, il l’ignorait et ne voulait même pas la regarder.

« Je sens que nous allons bien nous entendre, mon jeune ami. Retrouves-moi au Jameson's Pub demain après-midi, nous discuterons des modalités. »

Tennessee connaissait l’endroit mais, n’y allait jamais, ce n’était pas son genre d’endroit favoris. Une petite clé était attachée à un collier qu’il enleva et posa près de la précieuse boîte. Quel intérêt d’une telle mise en scène ? Qu’importe tant qu’il avait l’objet en question.

« Il ne me reste qu'à te souhaiter une excellente fin de soirée !  »

Il s’en alla après un geste pour Tennessee et un mot ironique pour la blonde persuadé que son intervention avait convaincu le junkie d’accepter. Il n’avait sans doute pas tort mais, les causes et raison de l’accord n’avaient aucun intérêt, seul le fait qu’il ait été passé comptait. Un instant, le jeune homme se retourna, l’incompréhension marquée sur son visage. Qui pouvait laisser à un héroïnomane une telle quantité de poudre sans aucune sécurité ? Qu’est-ce qui l’empêchait de prendre la marchandise et partir de l’autre côté du pays ou même passer une frontière ou l’autre ? Peut-être la promesse d’en avoir plus. Il se fit la réflexion qu’il devait être vraiment stupide pour faire confiance à un toxicomane. Il se redirigea son attention sur la boîte en question et s’approcha pour l’ouvrir alors qu’Eva commençait à parler.

« Tu as probablement toutes les raisons du monde pour être énervé contre moi et tu me détestes certainement maintenant, mais je t'en prie, écoute-moi »

Il ne répondit pas, beaucoup plus intéressé par la substance sous ses yeux, il gouta une once et eut un sourire. Il savait que l’étranger n’avait pas menti mais, c’était comme si tout à coup il se rendait compte qu’il avait vraiment en sa possession de telle quantité.

« Je sais que tu penses connaître tous les dangers qui peuvent se présenter à toi, mais... « Ce type-là est différent. Il n'est pas comme ceux que tu as pu connaître. Je n'ai pas à te dire ce que tu dois faire mais... Ne va pas à ce rendez-vous. Je t'en prie, Ten »

Elle faisait en sorte qu’il l’écoute mais, il n’en avait rien à faire. Absolument rien. Il pensait déjà à l’argent qu’il allait se faire de ce cadeau et à ce qu’il pourrait en faire. La poigne d’Eva sur son bras et son inquiétude flagrante le fit lever les yeux au ciel.

« Ne passe pas de marché avec lui, s'il te plaît »

Il se dégagea de son étreinte et s’occupa de fermer la boîte et de la prendre en main avant de se tourner vers celle qui se faisait beaucoup trop de soucis pour lui.

« Ecoutes-moi bien. Je ne suis pas ton frère. Je ne suis pas ton fils. Je ne suis pas ton petit ami. Je ne suis même pas ton ami. Je ne suis qu’un pauvre putain de toxico comme il y en a plein dans cette ville. Je ne sais pas si tu fais semblant de t’inquiéter ou si tu es suffisamment conne pour le faire vraiment mais, tu n’en as besoin. Rentre chez toi faire quelque chose de plus intéressant. Je n’en vaux pas la peine, tu vas te retrouver dans des histoires de merde en me suivant comme ça. Tu ne vas pas gâcher ta vie pour quelqu’un qui a déjà gâché la sienne. Réfléchis un peu »

Ses mots avaient le mérite d’être clairs et lucides et, étrangement dénués de toute agressivité. Sans ajouter quoique ce soit, estimant que tout avait été dit, il s’en alla commençant à réfléchir à la suite des évènements.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

"Dangerous addictions" | ft. Thomas A. Jacobs & Tennessee Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tim Thomas
» Derrière le masque... (Thomas et Victoire of Norfolk)
» Your guardian angel {pv Thomas of Norfolk}
» Tim Thomas sur le marché des transaction !
» Mélanie quitte le bar du mistral [PV Thomas]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divine Comédie :: Los Angeles County :: Central L.A-