Divine Comédie


 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Like a Deal With The Devil" - ft. Tennessee Williams & Thomas A. Jacobs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Thomas A. Jacobs
avatar
Alpha King


J'ai : 24 ans, je crois et je suis : célibataire . Mon avatar est : Gaspard Ulliel . :

et j'ai posté : 141 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 27/11/2016 pour mon profil et j'ai : 140 points. Dernier petit détail, je joue également : Wyatt Korbin Inventaire : : Télékinésie
Dernier mot : :

Bow down plead for your innocence
Heads will roll if you don't repent



Age : 22

MessageSujet: "Like a Deal With The Devil" - ft. Tennessee Williams & Thomas A. Jacobs   Mer 1 Fév - 18:08

Thomas A. Jacobs & Tennessee WilliamsEverything goes as planned … For now ?
Like a Deal With The Devil

Le soleil se levait doucement sur la ville de Los Angeles, la vie commençait à grouiller dans les rues, tout le monde s'activait pour que cette société fonctionne comme chaque jour. Une machine bien huilée qui tournait sans réel défaut. Un ordre un peu trop parfait … Des hauteurs de son appartement, Thomas se tenait devant sa baie vitrée, un verre de whisky à la main, contemplant la mise en marche de la machine humaine qu'était cette ville. Dans son esprit, chaque matin, il ne pensait qu'à une chose. Et si quelqu'un laissait un petit grain de sable dans ces magnifiques rouages ? Et si quelqu'un perturbait la bonne marche de tout ceci ? Le chaos prendrait le dessus … Et l'ennui ne serait plus. Mais bon, le démon Irlandais n'avait pas non plus envie de déclencher tout ceci. Il était bien trop faignant et contemplatif pour ça. Il préférait s'occuper de son business, en donnant une certaine aise aux éléments les plus perturbateurs qui eux seraient capable de semer une zizanie sans précédent. Délégation involontaire d'une tâche … C'était toujours plus drôle ainsi. Aujourd'hui était un jour relativement important de tout ceci. Aujourd'hui, après de longs mois de mise en place, de long mois à s'intégrer et à se faire discret, il allait enfin avoir la possibilité d'élargir son carnet d'adresse, de se rapprocher des éléments dissidents, et de commencer à orchestrer ce qui sera sans doute un beau bordel.

Un sourire en coin habitant comme souvent son visage, il était déjà visuellement paré, habillé impeccablement comme à son habitude, quelques mèches de ses longs cheveux tombants sur ses yeux, il passait inaperçu en tant que démon mais dégageait tout de même un charisme qui le faisait sortir du lot en comparaison des humains. Il termina son verre d'alcool et le reposa sur le bar qui ornait une partie de son salon, et se décida finalement à quitter son domicile. La matinée commençait à avancer et il avait une visite d'appartement de prévu. Même quand on est un démon, il faut bien gagner sa vie quand on veut passer inaperçu. Son rendez-vous ne dura pas bien longtemps et en une petite dizaine de minutes, la vente fût conclue. Une journée bien remplie si vous voulez mon avis. Sans plus attendre, une fois séparé de ses heureux clients, il prit le temps de se rendre à pied au lieu où il avait son rendez-vous le plus important : le Jameson's Irish Pub*, situé sur Hollywood Boulevard. Un lieu aussi convivial que classe, dont Thomas était un grand habitué. Il y arriva peu avant midi, et entra dans l'établissement. Comme souvent, les charmantes serveuses de l'établissement venait l'accueillir et discutait un peu avec lui. Il était arrivé plusieurs fois qu'en fin de soirée, il reparte avec l'une d'entre elle … Mais c'est une autre histoire. Malgré son côté très classieux et presque snob, Thomas restait simple ici, et trouvait sa place au comptoir. Tout ceci lui rappelait son pays natal, dans lequel il retournera sans doute un jour … Il s'installa donc au comptoir et salua le gérant, avec qui il commença à parler de banalités durant un long moment.

Le temps passait assez vite, et les pintes se vidaient les unes après les autres. Le milieu de l'après-midi pointait le bout de son nez lorsqu'une nouvelle fois, la porte de l'établissement s'ouvrit. Il suffit d'un regard en coin de la part du démon pour deviner que la personne qui l'intéressait venait d'entrer.  Il quitta donc sa place au comptoir et se dirigea vers son invité.

« Tennessee ! Bienvenue dans mon second chez-moi ! Viens, allons nous installer.  »

Accompagné du jeune homme, il se dirigea vers une table relativement isolé du reste et laissa comprendre au gérant, d'un simple signe de main, qu'il fallait essayer de les déranger le moins possible. Le gérant acquiesça et prévint alors ses serveuses. Les deux hommes s'installèrent à la table désignée par le démon, face à face.

« Tu veux boire quelque chose peut-être ?  »

Cette fois le sourire qui ornait le coin des lèvres de Thomas était bien moins carnassier, plus amical et plus posé, ayant vraiment pour but de détendre son interlocuteur. A voir si cela aurait l'effet escompté ...


*Le Jameson's Irish Pub est un vrai pub qui est réellement situé sur le Walk Of Fame d'Hollywood Boulevard  Bière

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tennessee Williams
avatar
Héro ... ïnomane


J'ai : 23 ans et je suis : célibataire . Mon avatar est : Dave Franco . :

et j'ai posté : 89 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 04/11/2016 pour mon profil et j'ai : 501 points. Dernier petit détail, je joue également : Maxwell

MessageSujet: Re: "Like a Deal With The Devil" - ft. Tennessee Williams & Thomas A. Jacobs   Mar 7 Fév - 18:31


Like a Deal With The Devil

- Tennessee & Thomas -



Tennessee n’avait sans doute pas fait le bon choix mais, il s’en fichait. Il avait passé la nuit avec un de ses amis toxicos à couper l’héroïne offerte par son nouveau boss. Bien sûr, il s’était servi et n’était pas déçu de la marchandise. Pas une seule fois il ne s’était demandé dans quelle embrouillée il s’était embarqué. A ses yeux, n’importe quel jeu en valait la chandelle et, quelle chandelle. Avec la quantité qu’il avait à sa disposition, il pouvait revendre et enfin avoir dans ses poches un peu d’argent. C’était comme un capital de départ, un crédit qu’il n’avait pas à rembourser, du moins, pas sous la même forme.

Il passa donc la nuit à préparer son petit business en s’assurant bien que son partenaire était de confiance. Au cas où, c’était lui qui gardait le plus gros de la marchandise ainsi qu’un œil sur son associé. Le lendemain, il avait rendez-vous avec son patron si on pouvait qualifier cette relation de professionnelle. L’heure du rendez-vous n’était pas précisée, c’était juste « dans l’après-midi » donc Tennessee pris son temps le matin pour faire un tour dans le quartier et passant de temps en temps sa tête dans le pub en question pour voir s’il était présent. Ce ne fut qu’un peu plus tard dans l’après-midi qu’il poussa la porte pour voir directement au comptoir celui qui l’attendait. Il n’hésita pas et le rejoignit alors que l’homme en question se levait déjà n’étant plus très intéressé par les pintes vides.

« Tennessee ! Bienvenue dans mon second chez-moi ! Viens, allons nous installer. »

Il haussa les épaules et le suivit. Le bar ne l’aurait pas dérangé mais comprenait tout à fait que son hôte puisse désirer un peu d’intimité. La discussion risquait de flirter avec les limites de la légalité, il n’y avait aucun doute. La table était un peu à l’écart et le junkie en profita pour balader son regard sur les profondeurs de l’endroit et sur les gens. C’était certain qu’il n’y serait jamais venu seul et doutait sincèrement de pouvoir s’offrir quoique ce soit sur la carte. Ce n’était pas le cas de son patron, visiblement très habitué des lieux puisqu’il intima au gérant d’un geste de la main de ne pas venir les déranger.

« Tu veux boire quelque chose peut-être ? »

Il ne réfléchit même pas et répondit directement :

« Non merci. » il n’avait pas envie de dépenser ses maigres économies ici et doutait de la générosité de son interlocuteur dont il ne connaissait, d’ailleurs, toujours pas le nom. Cette question devait être réglée.

« Je ne sais même pas comment vous vous appelez et vous avez l’air de savoir beaucoup de choses de moi. Est-ce que ce sont mes parents ou des amis qui vous ont parlé ? Pourquoi moi ? »

Il avait le droit d’être curieux de savoir pourquoi il était là, pourquoi lui précisément. Des camés, il y en avait beaucoup dans une ville aussi grande, tous prêt à un n’importe quoi pour un peu de poudre magique.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Thomas A. Jacobs
avatar
Alpha King


J'ai : 24 ans, je crois et je suis : célibataire . Mon avatar est : Gaspard Ulliel . :

et j'ai posté : 141 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 27/11/2016 pour mon profil et j'ai : 140 points. Dernier petit détail, je joue également : Wyatt Korbin Inventaire : : Télékinésie
Dernier mot : :

Bow down plead for your innocence
Heads will roll if you don't repent



Age : 22

MessageSujet: Re: "Like a Deal With The Devil" - ft. Tennessee Williams & Thomas A. Jacobs   Jeu 9 Fév - 14:52

Thomas A. Jacobs & Tennessee WilliamsEverything goes as planned … For now ?
Like a Deal With The Devil

Installés à une table à l'écart du reste du bar, Thomas et Tennessee étaient maintenant plus ou moins isolés. Évidemment il ne s'agissait pas d'un espace clos, mais la confidentialité serait respecté et aucune oreille ne viendrait traîner dans le coin. Le démon proposa donc à son jeune interlocuteur de boire quelque chose, mais celui-ci ne pris même pas le temps de réfléchir et refusa aussitôt. Le démon leva les épaules et fît signe à l'une des serveuses d'approcher, laquelle arriva assez rapidement en arborant un magnifique sourire.

« Est-ce que tu voudrais bien être un amour et m'amener un triple whisky s'il te plaît ?  »

La demoiselle s'exécuta assez rapidement, et le démon la remercia, lui payant directement le verre et lui laissant un joli pourboire. Une fois la serveuse repartie, le démon se tourna de nouveau vers Tennessee.

« Je ne sais même pas comment vous vous appelez et vous avez l’air de savoir beaucoup de choses de moi. Est-ce que ce sont mes parents ou des amis qui vous ont parlé ? Pourquoi moi ? »

Un léger sourire en coin s'afficha sur les lèvres du démon qui avala une gorgée de son verre.

« Quel manque de politesse de ma part, j'ai totalement omis de me présenter à toi. Thomas Andrew Jacobs, enchanté mon cher Tennessee. »

Il remis rapidement sa cravate en place et avala une nouvelle gorgée de son whisky, s'en délectant toujours autant.

« Ta famille et tes amis n'ont rien à voir avec les informations que j'ai à ton sujet. Tout me viens de l'un de mes propres contacts … L'homme même à qui l'on a confié la tâche de te conduire à ta cellule le jour où tu as été amené en prison. »

Le démon pouvait lire l'impatience se dessiner sur le visage de Tennessee qui n'attendait qu'une chose : savoir pourquoi lui plutôt qu'un autre.

« Pourquoi toi, hein ? Je vais te l'expliquer rapidement. J'ai pas mal discuté avec ce cher gardien de prison, qui m'a parlé de la descente à votre squat, quand tu t'es fait arrêté. Il m'a dis que les gars avaient rarement vu autant de drogue au même endroit … Vous deviez avoir de sacrés fournisseurs. Je lui ai demandé de garder un œil sur ceux qui avaient été embarqués ce soir là. Le groupe dont tu fais partie. Vous vous êtes tous fait enfermés. Mais tu es le seul à avoir a peu près tenu le coup. Tous les autres ont pété les plombs, se sont fait embarqués en isolement ou pire pour certains … Tu étais le seul à réussir à tenir malgré les horreurs de cette prison … Tous ces éléments ont créé une corrélation qui nous amène à ce moment précis. »

D'un trait, il finit par sécher son verre, qui représentait encore facilement deux fois ce qu'un homme boirait en trois fois plus de temps.

« Comme je te l'ai dis, je sais que tu as des contacts qui m'intéressent. Car eux-même ont des contact encore un peu plus haut placés, qui m'intéressent encore d'avantage. Tu es le premier rouage d'une grande machine, Tennessee. Mais nous ne sommes pas là pour parler de ça. Nous sommes là pour parler des détails de la tâche que j'ai a te confier. »

Le téléphone du démon se mit à vibrer. Il le regarda vite fait, et son expression changea, prenant une allure plus … énervée ? Il décrocha rapidement et gratifia son interlocuteur d'un « Pas maintenant. » relativement sec. Il raccrocha très vite après ça et rangea son téléphone avant de se tourner de nouveau vers Tennessee.

« Je sais que tu as passé un certain temps dans tout ce milieu. Tu connais des dealers. Qui eux-même connaissent de plus gros dealers.  J'ai besoin que tu amènes ces ces dealers à me contacter, en leur faisant comprendre que je peux leur offrir un logement où il seront à l'abri des forces de l'ordre. Pour le reste, je m'occuperais de tout, ce ne sont pas les affaires qui t'intéressent. Il faut juste que tu les amènes à me contacter. Et à chaque fois que l'un d'eux viendra à moi, je viendrais te trouver pour te remettre ta … Petite prime, dont tu pourras disposer comme tu l'entends. »

Posant son coude sur la table, le démon fixa Tennessee de son regard quelque peu carnassier.

« Des questions ?  »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tennessee Williams
avatar
Héro ... ïnomane


J'ai : 23 ans et je suis : célibataire . Mon avatar est : Dave Franco . :

et j'ai posté : 89 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 04/11/2016 pour mon profil et j'ai : 501 points. Dernier petit détail, je joue également : Maxwell

MessageSujet: Re: "Like a Deal With The Devil" - ft. Tennessee Williams & Thomas A. Jacobs   Dim 5 Mar - 11:25


Like a Deal With The Devil

- Tennessee & Thomas -



Tennessee n’était pas vraiment stressé ou inquiet dans le fond, il était plus curieux qu’autre chose. Après tout, beaucoup de gens à sa place auraient refusé le deal, peu d’héroïnomanes certes. Plus les minutes et secondes défilaient, plus le jeune homme avait comme un sixième sens en alerte. Lors de leur première rencontre, il s’était déjà dit que son futur boss n’était sans doute pas humain. Son intuition prenait en force, nourrissant sa curiosité.

« Quel manque de politesse de ma part, j'ai totalement omis de me présenter à toi. Thomas Andrew Jacobs, enchanté mon cher Tennessee. »

C’était déjà plus facile à conceptualiser avec cette information banale mais cruciale. Le dénommé Thomas ne semblait pas en avoir fini avec son temps de parole, ni avec son whisky.

« Ta famille et tes amis n'ont rien à voir avec les informations que j'ai à ton sujet. Tout me viens de l'un de mes propres contacts … L'homme même à qui l'on a confié la tâche de te conduire à ta cellule le jour où tu as été amené en prison. »

Tennessee n’exprima aucune émotion. Ils savaient que les gardiens étaient corrompus, en vivant derrière les barreaux, il en avait eu toutes les preuves, souvent des flagrants délits d’ailleurs. Néanmoins, il eut un petit pincement au cœur en pensant au jour de son incarcération. Sans doute ne qu’il ne l’oubliera jamais, sans doute qu’il en connaîtra d’autres. Néanmoins, il n’avait toujours pas répondu à sa question principale, à savoir, pourquoi le choisir lui. Des héroïnomanes, il y en avait beaucoup. C’était d’ailleurs un drôle de choix vu leur réputation construite au travers de la littérature des années 80 et 90. Menteurs, voleurs, pas dignes de confiance, mauvais, traitres, la liste péjorative était longue.

« Pourquoi toi, hein ? Je vais te l'expliquer rapidement. J'ai pas mal discuté avec ce cher gardien de prison, qui m'a parlé de la descente à votre squat, quand tu t'es fait arrêté. Il m'a dis que les gars avaient rarement vu autant de drogue au même endroit … Vous deviez avoir de sacrés fournisseurs. Je lui ai demandé de garder un œil sur ceux qui avaient été embarqués ce soir là. Le groupe dont tu fais partie. Vous vous êtes tous fait enfermés. Mais tu es le seul à avoir a peu près tenu le coup. Tous les autres ont pété les plombs, se sont fait embarqués en isolement ou pire pour certains … Tu étais le seul à réussir à tenir malgré les horreurs de cette prison … Tous ces éléments ont créé une corrélation qui nous amène à ce moment précis. »

Tennessee n’avait pas passé beaucoup de temps avec ses amis tombés avec lui. Ils avaient étés répartis dans des prisons différentes, seul un acolyte avait été dans le même trou. Ce type avait fait une overdose quelques semaines plus tard, déclenchant une grande enquête dans la prison pour trouver, sans résultats concrets, d’où venait toute cette poudre blanche précieuse. Apprendre que les autres aussi avaient mal supporté la prison ne le faisait pas se sentir mieux. Lui aussi avait détesté chaque minute dans cet endroit avant de finir par laisser tomber, déprimer et haïr lui coûtait trop d’énergie.

Le verre fut achevé d’un trait impitoyable devant le silence de Tennessee.

« Comme je te l'ai dis, je sais que tu as des contacts qui m'intéressent. Car eux-même ont des contact encore un peu plus haut placés, qui m'intéressent encore d'avantage. Tu es le premier rouage d'une grande machine, Tennessee. Mais nous ne sommes pas là pour parler de ça. Nous sommes là pour parler des détails de la tâche que j'ai a te confier. »

En résumé, il n’avait pas besoin de savoir. Il connaissait ce genre de système. C’était la même hiérarchie qui régnait dans les réseaux de drogues dures. Les petits dealeurs se faisaient toujours avoir pendant que leurs boss se la coulaient douce dans d’autres pays. Une sonnerie de téléphone se fit entendre, ce n’était pas le sien, il n’en avait pas. Thomas ne semblait pas très heureux de cet appel visiblement impromptu et le fit comprendre à son interlocuteur. Tennessee ne se posa pas de question, il s’en fichait totalement tant qu’au final, il avait son salaire. Quelque soit sa forme.

« Je sais que tu as passé un certain temps dans tout ce milieu. Tu connais des dealers. Qui eux-même connaissent de plus gros dealers. J'ai besoin que tu amènes ces ces dealers à me contacter, en leur faisant comprendre que je peux leur offrir un logement où il seront à l'abri des forces de l'ordre. Pour le reste, je m'occuperais de tout, ce ne sont pas les affaires qui t'intéressent. Il faut juste que tu les amènes à me contacter. Et à chaque fois que l'un d'eux viendra à moi, je viendrais te trouver pour te remettre ta … Petite prime, dont tu pourras disposer comme tu l'entends. »

Le voilà devenu larbin d’agent immobilier. Le monde ne tournait décidément plus très rond. Qu’importe. Ca ne lui coutait rien au final. Tennessee devait quand même aller voir ces types, les convaincre de passer chez Thomas ne devait pas être une mission bien difficile. En réalité, le petit junkie s’attendait à pire, bien pire. C’était presque un soulagement pour lui. Quand son nouveau boss lui demanda s’il avait des questions, terminant enfin son monologue, Tennessee répondit directement :

« Pas vraiment. J’imagine que je saurai ce que j’aurai besoin de savoir au moment voulu. Mais, vous êtes nouveau dans le coin et dans le business, ils ne vous feront pas confiance. Les descentes de polices sont des plus en plus fréquentes et ils sont sur les dents »

Il se posait aussi la question de la provenance du coffret plein d’héroïne qu’il avait reçu la veille au grand damne d’Eva. Si Thomas pouvait se fournir d’aussi grandes quantités et les offrir à ses larbins, il n’avait pas besoin de camés pour contacter des dealers ou plus hauts gradés. Ce paradoxe lui trottait dans la tête, se demandant au final s’il n’était pas en train de faire une connerie qui allait le laisser pour mort dans une ruelle ou l’envoyer en prison pour 20 ans. Mieux valait mettre les choses au clair maintenant.

« C’est un genre de test que vous voulez me faire passer ? Vous n’avez pas besoin de moi pour contacter des gens du milieu vu les quantités que vous savez vous procurer. Je pourrais faire absolument n’importe quoi, jamais aucun des types que je ne connais ne me donnerait autant »

Son ton n’était pas agressif ou provocateur, juste totalement neutre comme il avait appris à l’être en prison quand il s’adressait à plus fort que lui.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Thomas A. Jacobs
avatar
Alpha King


J'ai : 24 ans, je crois et je suis : célibataire . Mon avatar est : Gaspard Ulliel . :

et j'ai posté : 141 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 27/11/2016 pour mon profil et j'ai : 140 points. Dernier petit détail, je joue également : Wyatt Korbin Inventaire : : Télékinésie
Dernier mot : :

Bow down plead for your innocence
Heads will roll if you don't repent



Age : 22

MessageSujet: Re: "Like a Deal With The Devil" - ft. Tennessee Williams & Thomas A. Jacobs   Jeu 23 Mar - 3:53

Thomas A. Jacobs & Tennessee WilliamsEverything goes as planned … For now ?
Like a Deal With The Devil

« Pas vraiment. J'imagine que je saurai ce que j'aurai besoin de savoir au moment voulu. Mais, vous êtes nouveau dans le coin et dans le business, ils ne vous feront pas confiance. Les descentes de polices sont des plus en plus fréquentes et ils sont sur les dents »

Le jeune homme avait de l'analyse. Mais il lui manquait des éléments. Un démon parvient toujours à ses fins, et Tennessee en serait témoin. Thomas sentait que Tennessee avait énormément de questions qui lui trotaient dans la tête, et il s'en amusait presque, en voyant que celui-ci n'osait pas les poser.

« C’est un genre de test que vous voulez me faire passer ? Vous n’avez pas besoin de moi pour contacter des gens du milieu vu les quantités que vous savez vous procurer. Je pourrais faire absolument n’importe quoi, jamais aucun des types que je ne connais ne me donnerait autant »

Un soupire amusé échappa alors au démon, qui fit signe de loin au gérant du bar pour que l'une des serveuses lui amène directement la bouteille de whisky. Ça ferait un sacré gain de temps. La serveuse arriva rapidement, souriante, et reparti aussitôt afin de ne pas déranger la discussion.

« Tu n'y es pas du tout mon jeune ami. Cette mission te paraît simple, mais elle est d'une importance que tu ne soupçonnes même pas. Je ne peux pas t'en dire plus maintenant, mais ne t'en fait pas, tu seras le premier au courant. Et ce n'est que le début Tennessee ... Ne t'en fait pas, tu ne seras pas qu'un vulgaire coursier. Tu va être le premier rouage d'une énorme machine qui ne demande qu'à être mise en marche. Et tu en seras un élément essentiel. Je me doute que ça fait beaucoup d'un coup pour toi, mais ne t'en fait pas, tout se passera bien. »

Il se servit alors un verre de whisky, en profitant pour en proposer au jeune homme.

« Si je n'avais pas besoin de ton aide, nous n'aurions pas cette discussion, Tennessee. Tu l'as souligné toi-même, je suis nouveau dans le coin et dans le business, ils ne me feront pas confiance si je les approche directement. Alors que toi ... Leur confiance, tu l'as déjà un peu plus. Si c'est de toi que viens l'idée de venir me voir, ça facilitera les négociations suivantes. Quand à leur inquiétude sur les descentes de polices, c'est bien ce qui me pousse à vouloir qu'ils me contactent. Tu vois, à la base, je suis agent immobilier, et j'ai quelques très beaux endroits, de type luxueux, qui ne peuvent pas être revendus à n'importe quel gueux. J'ai besoin de gens fortunés pour acheter ces biens. Et dans cette ville, hormis les acteurs et les hommes d'affaires qui sont déjà propriétaires de villas, qui a de l'argent et un besoin de place et de sécurité ? »

Thomas sentait d'avance la question de Tennessee qui tentait de franchir la barrière de ses lèvres mais le démon y mit un terme en reprennant directement la parole.

« Pour ce qui est des descentes de police, disons que j'ai ... Des moyens assez efficaces de les empêcher sur mes propriétés. Ça fait partie des détails qui ne t'intéressent pas vraiment, mais qu les intéressera eux. »

Thomas ne savait pas si Tennessee comprenait où tout ceci menait, mais dans son esprit démoniaque, le plan était parfait? Tennessee en serait le rouage déclencheur, et bientôt, la machine du Chaos allait s'activer, prendre la ville d'assaut et pousser toutes ces âmes fébriles à révéler leurs torts, leurs vices et leurs pêchés. Aucune âme ne pourrait plus échapper à sa damnation, et Thomas en tirerait des pouvoirs toujousr plus grands. Il deviendrait un démon supérieur. Tout ce plan n'avait que son propre intérêt, mais il pouvait déjà sentir le parfum de la victoire pointer le bout de son nez, et ça, c'était une sentation sans égal.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: "Like a Deal With The Devil" - ft. Tennessee Williams & Thomas A. Jacobs   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Like a Deal With The Devil" - ft. Tennessee Williams & Thomas A. Jacobs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 04. [Palmer] Deal with the Devil.
» Les pires histoires sont des histoires de famille. [ft Tennessee Williams]
» The Sacrifice of Haiti "Pact with the Devil"
» Recherche au Deal
» PACKAGE DEAL parfait pour les series

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divine Comédie :: Los Angeles County :: Central L.A :: Hollywood-