Divine Comédie


 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Poussez madame ! [ft. Maxwell Snyder]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Paige Matthews
avatar
Princesse moderne


J'ai : 22 et je suis : Amoureuse d'un certain vampire, jeune maman . Mon avatar est : Taylor Momsen . :

et j'ai posté : 183 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 28/09/2016 pour mon profil et j'ai : 460 points. Dernier petit détail, je joue également : Anna Tasarov

MessageSujet: Poussez madame ! [ft. Maxwell Snyder]   Mar 14 Fév - 22:32

Poussez madame !

feat. Maxwell Snyder



Les cris de douleurs retentissaient dans toute la maison d'ordinaire si calme – entre deux disputes des futurs parents - de Maxwell Snyder, c'en était jusqu'à croire qu'un assassinat y avait lieu et que le professeur était en fait le nouveau Dexter de sa génération. Pourtant la soirée avait plutôt bien commencée ce jour-là, Maxwell et Paige avaient dîné correctement, ou plutôt Maxwell avait pratiquement forcé la jeune femme à manger autre chose que des chips, s'inquiétant pour la santé des bébés, et tous deux avaient même discuté une bonne partie de la soirée, de tout et de rien, sans élever la voix.

Un miracle, aurait-on dit il y a peu. Plus la grossesse de la sorcière avançait, plus Max et elle s'entendait plutôt bien. Ou disons mieux au moins. Seulement voilà, une grossesse ne dure pas toute la vie, 9 mois c'est déjà bien long et toutes les bonnes choses ont une fin non ?

Vers le milieu de la soirée, Paige se sentit mal et partie se coucher, mettant cela sur le compte de la fatigue. Max resta au salon, lisant tranquillement sur le fauteuil près de la cheminée quand sa lecture fut perturbée par des cris venant de la chambre. « Max... MAXWELL !  » L'intonation de la jeune femme était tellement aiguë, on sentait son agitation et sa peur distinctement. Maxwell se rua à l'étage, trouvant Paige dans la salle de bain privative de la chambre à coucher, étendue au sol dans une petite flaque mêlant liquide indéfini et sang, incapable de faire une phrase correcte.

« T.. Tombée. Mal. Ventre. … Tellement mal que... tombée. Je... Hôpital !  »

Paige attrapa la manche de Maxwell et tira dessus de toutes ses forces, sans forcément y avoir de logique derrière puisque la peur nous conduit à faire des choses étranges, elle l'implora du regard de faire quelque chose avant de fondre en larmes, effrayée par ce qu'il pourrait bien arriver à ses enfants.


made by guerlain for epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maxwell Snyder
avatar
Dr House


J'ai : 32 ans et je suis : en couple (plus ou moins) . Mon avatar est : Jack Falahee . :

et j'ai posté : 363 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 11/09/2016 Je n'oublie pas de remercier : dreamy., dailyjackfalahee pour mon profil et j'ai : 993 points. Dernier petit détail, je joue également : Tennessee & Rika Inventaire : : Renard à neuf queues
Dernier mot : :




MessageSujet: Re: Poussez madame ! [ft. Maxwell Snyder]   Ven 24 Fév - 23:52


Poussez madame !

- Maxwell & Paige -


I'm peeling the skin off my face 'Cause I really hate being safe

Plus les jours passaient, plus le visage de Maxwell retrouvait son habituel air détaché, apathique, certains iraient même jusqu’à dire, hautain. Ses journées avaient retrouvé leur calme habituel, que de rares évènements ponctuels et anodins venaient à peine secouer. Il avait guéri des blessures infligées par Jack et leur relation était au beau fixe. Avec la future mère de ses enfants, les discussions et disputes s’étaient calmées, se transformant en échanges presque cordiaux. Il avait même réduit ses horaires de travail pour passer plus de temps à préparer la venue au monde de ses bébés. Il était apaisé. Ou, tout du moins, c’était ce que les apparences laissaient croire, aussi trompeuses qu’à leur habitude.

Les coups de Jack n’étaient pas oubliés et, il n’était pas rare que Maxwell l’imagine mort, ne sachant pas quoi penser de tels fantasmes macabres, se demandant s’ils venaient de lui ou étaient dus à une quelconque influence du démon qu’il avait lui-même placé sur son chemin. Ses pensées étaient complexes, dans un autre domaine qu’à son habitude, le laissant complètement perplexe. Quant à Paige, il avait adouci son comportement, ayant finalement accepté la situation. Ce n’était pas que les avantages de la paternité lui étaient apparus tels une épiphanie, plutôt qu’il s’était résout comme à une fatalité contre laquelle on ne pouvait absolument pas lutter. Alors, oui, il avait toujours le choix de tout refuser et nier en bloc mais, ce n’était pas la bonne solution non plus. Debout dans la future chambre des bébés, il ne comprenait pas toutes ces couleurs, ces jouets stupides et cet engouement que l’humanité avait pour une progéniture baveuse et pleureuse. Même s’il ne comprenait pas, il avait tout fait de manière à ce que les choses se passent bien. La chambre en question était dotée de tout l’équipement – onéreux – des jeunes parents exemplaires. Plusieurs livres sur la question étaient rangés sagement dans la bibliothèque de la maison. Quant à Paige, il évitait de trop l’énerver et la surveillait presque comme une enfant, veillant à ce qu’elle mange bien, ne fume pas et ne boive pas. Malgré tout ce rituel, il n’arrivait pas à s’attacher à l’idée d’une famille. Le professeur était un solitaire, un solitaire condamné – Jack se plaisait à lui rappeler. Un test récent dont il avait gardé les résultats secrets l’avait informé que ses nerfs avaient déjà commencé à se dégrader, ne lui laissant, dans le meilleur des cas, qu’une petite dizaine d’années. A quoi bon s’attacher à des enfants qui ne se souviendraient même pas de lui et grandiraient sans doute avec un autre homme que leur père biologique ?

Toutes ces idées macabres n’encombraient pas son esprit ce soir-là, assis sur un fauteuil au salon, s’occupant à lire l’article écrit par un de ses collègues. Par lire, comprenez : dénigrer mentalement avec un petit sourire narquois. L’accouchement n’était pas prévu avant une semaine et Jack avait eu la décence d’avoir beaucoup de travail dans le but d’une promotion, le laissant un peu en paix. Le petit ami en question s’était racheté de sa colère explosive avec un comportement exemplaire et un cadeau plutôt hors du commun. Dans un panier assez large près de la cheminée, dormait un magnifique animal à la fourrure blanche rayonnante près des flammes. C’était une renarde à neuf queues, une espèce unique gardée précieusement par des sorciers spécialistes des animaux magiques. La bête était tout simplement magnifique et adorable, les futurs parents ayant tous les deux craqués sur elle. Un sortilège la faisait passer pour une chienne tout à fait normale aux yeux des étrangers. D’ailleurs, lorsqu’un cri résonna, elle releva la tête et se précipita à l’étage, arrivant avant Maxwell.

Dans la salle de bain, Paige était au sol, visiblement la proie de douleurs fulgurantes.

« T.. Tombée. Mal. Ventre. … Tellement mal que... tombée. Je... Hôpital !  »

Le stress prit le médecin en voyant la jeune sorcière pleurer à chaudes larmes. Il l’aida à se relever en la rassurant comme il pouvait :

« Ne t’inquiète pas, ce sont juste les jumeaux qui veulent naître plus tôt que prévu. Je t’emmène à l’hôpital »

Il l’aida à marcher, la soutenant, un bras autour de sa taille. Sur le sol, de petites taches de sang accentuèrent l’inquiétude du médecin qui ne dit rien. Au salon, il installa Paige sur un fauteuil, lui donnant quelques instructions :

« Ne bouge pas d’ici, je vais chercher la voiture et prévenir Linda d’accord ? Essaye de respirer comme tu as appris en attendant. Tout va bien se passer tu as certainement encore de grosses heures de travail devant toi »

Il se hâta ensuite vers le garage, sortant son téléphone. La dénommée Linda était une de ses collègues, la chef du service de gynécologie et d’obstétrique. Elle suivait Paige et Maxwell lui avait demandé de gérer le moment délicat de l’accouchement, refusant que la mère de ses enfants ne soit réduite à faire la file et attendre des heures un médecin digne de ce nom. Il gara la voiture au plus près de la porte et aida Paige à s’y installer place passager tout en veillant que leur animal de compagnie, visiblement inquiet, n’en profite pas pour partir en vadrouille dans le quartier.

En route, il tenta encore de la rassurer, tout en se concentrant sur la route :

« Linda est aussi en chemin vers l’hôpital et la salle sera prêt à notre arrivée. Ne t’inquiète pas, tout va bien se passer »

Il avait beau se répéter, il n’en était pas lui-même convaincu. Même s’il n’était pas désireux de cette progéniture, le médecin cynique ne leur souhaitait pas du mal pour autant et faisait son possible pour leur offrir la meilleure naissance avancée possible. D’ailleurs, les excès de vitesse s’enchainèrent sur le compteur et il n’hésita pas à se garer sur une place handicapée, la plus proche possible de l’entrée de l’hôpital qu’il connaissait si bien. Une infirmière vint l’aider à sortir la future maman de la voiture et servit aux jeunes parents inquiets un sourire bien veillant et des promesses. Prudent, le professeur avait laissé un appareil photo dans la voiture en cas de départ anticipé et l’avait fourré dans sa poche. Il fallait bien immortaliser le moment non ?

Une fois dans la salle d’accouchement, Maxwell était déjà un peu plus rassuré. Au moins, il y avait tout l’équipement ici pour gérer le moindre souci et une équipe médicale. Une sagefemme était là, prodiguant à Paige allongée sur la table de précieux conseils. Le futur papa restait debout à côté, ne sachant trop que dire ou que faire, se sentant parfaitement inutile alors qu’il était dans son élément.  En fait, il ne s’était jamais senti aussi inutile de sa vie. Il était là, debout comme un con alors que Paige faisait tout le travail. Visiblement, il y en avait encore pour un petit moment. Il proposa donc :

« Tu veux que j’aille te chercher quelque chose ? A boire ? A manger ? Quelque chose ? »

C’était bien peu mais, ce n’était pas lui qui avait l’utérus au bord de l’explosion. Ce fut la sagefemme qui répondit :

« Et bah prenez-lui la main et dites-lui que tout va bien se passer, rassurez-là grand nigaud ! »

« Je ne vois pas en quoi … »

« Exécution ! »

La femme en question avait de l’âge et assez d’autorité pour que le médecin s’exécute avec la tête du mec qui ne comprenait pas tout à fait ce qui se passait autour de lui.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


_________________

I've seen what man can do when the devil lives inside you



Charney
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Paige Matthews
avatar
Princesse moderne


J'ai : 22 et je suis : Amoureuse d'un certain vampire, jeune maman . Mon avatar est : Taylor Momsen . :

et j'ai posté : 183 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 28/09/2016 pour mon profil et j'ai : 460 points. Dernier petit détail, je joue également : Anna Tasarov

MessageSujet: Re: Poussez madame ! [ft. Maxwell Snyder]   Dim 26 Mar - 22:37

Poussez madame !

feat. Maxwell Snyder



D'aussi loin qu'elle se souvenait, jamais elle ne s'était sentie aussi impuissante, exit le jour où la Chicago River avait failli lui prendre le dernier souffle de vie, exit le jour où elle avait découvert qu'Adrian était mort, exit toutes les douleurs qu'elle avait pu ressentir auparavant, tout cela n'était strictement rien en comparaison : elle saignait, des douleurs abdominales lui donnaient l'impression d'être écrasée par plusieurs tanks d'affilés, Paige n'arrêtait pas de penser aux deux petits êtres qui voulaient pointer le bout de leur nez, elle était responsable d'eux, de leur venue au monde. Et actuellement, elle avait très peur.

Partie pour se brosser les dents comme chaque soir avant d'aller se coucher, elle était tombée dans la salle de bain de Maxwell sous le joug de violentes douleurs, depuis tout se déroulait comme si elle n'était pas là, les événements s’enchaînaient et Paige avait la désagréable sensation de voir le tout défiler comme si elle regardait un film au cinéma, elle voyait flou, entendait un mot sur trois, le seul sens qui ne lui faisait pas défaut était le toucher. Alors qu'elle n'avait entendu qu'à peine la moitié de ce que lui avait dit Maxwell, elle l'avait cependant bien senti la soutenir pour la conduire ensuite dieu sait où... A l'hôpital, elle supposait.

C'était donc ça l'accouchement ? Comment les femmes pouvaient décemment qualifier cela comme 'le plus beau jour de leur vie' ? Elles vivaient le reste du temps séquestrées par de dangereux psychopathes ou quoi ? Paige avait atrocement mal, c'était comme si les jumeaux creusaient d'eux même dans sa chair pour sortir, elle s'attendait vraiment à voir leurs têtes dépasser d'un trou dans son ventre d'un moment à l'autre... Si ils avaient autant d'énergie à mettre dans la vie quotidienne que dans l'accouchement, ça promettait des journées sportives... Un léger sourire en coin se dessina sur ses lèvres à cette perspective, elle allait être maman, on y arrivait officiellement.

Encore dans le flou, elle se sentit transférée de la chaise roulante sur laquelle on l'avait mise à la table de travail de la salle d'accouchement, aveuglée par une forte lumière, elle vit le visage de Maxwell la remplacer peu de temps après, ouvrant la bouche sans qu'elle soit capable de comprendre ce qu'il voulait, seulement des bribes de mots se frayèrent un chemin dans le coton entourant la tête de la jeune femme chercher... boire... manger... Il allait manger ? Maintenant ? Paige secoua la tête, tout doucement, pour elle, elle le sommait de rester ici, en fait, elle lui disait qu'elle ne voulait rien, ce qui n'était pas complètement faux dans tous les cas.

Elle entendit ensuite un bourdonnement et comprit que la sage femme avait parlé quand elle vit le visage de Maxwell se tourner vers elle. Quelques secondes plus tard, elle sentit le jeune homme recouvrir sa main des siennes, l'enveloppant dans une petite chaleur pas désagréable. La jeune sorcière tourna à demi vers lui et, contre attente, elle lui sourit. « Max... » Ce qui voulait en soit tout dire et ne rien dire du tout.

La sage femme annonça que le col de Paige était déjà très bien dilaté et qu'il n'y avait plus beaucoup de temps avant l'arrivée des bébés, l'esprit de la blondinette s'égara, elle serra la main de Maxwell, en proie au doute tout à coup. Elle articula du mieux qu'elle pu. « Tout... est... bien... prêt ? Nous ? Maison ? » Notez que c'était la première fois qu'elle utilisait le 'nous' pour les désigner Maxwell et elle... Mettons ça sur le compte de la péridurale.

Elle n'eut cependant pas le temps d'en dire plus, le médecin venait d'arriver dans la salle et bien heureusement puisque le travail était en train de bien commencer et en force. La douleur arracha un nouveau cri à la future maman qui planta ses ongles dans la peau de la paume de Maxwell, soufflant comme si elle venait de courir de Los Angeles à Tokyo sans jamais s'arrêter (NDA : chose impossible, évidemment).

Passons les détails gluants etc, 30 minutes de travail plus tard, les sages femmes remirent aux nouveaux parents deux petites merveilles, un garçon et une fille. Voulant leur mettre des petits bracelets caractéristiques, l'infirmière demanda les prénoms, Paige, épuisée, se tourna vers Maxwell pour qu'il leur donne ceux sur lesquels ils avaient tellement bataillés avant de tomber d'accord. Elle, ne voulait qu'une chose, jamais décrocher son regard du bébé qui dormait dans ses bras.

A cet instant précis, elle comprenait le sens de 'plus beau jour de ma vie'


made by guerlain for epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maxwell Snyder
avatar
Dr House


J'ai : 32 ans et je suis : en couple (plus ou moins) . Mon avatar est : Jack Falahee . :

et j'ai posté : 363 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 11/09/2016 Je n'oublie pas de remercier : dreamy., dailyjackfalahee pour mon profil et j'ai : 993 points. Dernier petit détail, je joue également : Tennessee & Rika Inventaire : : Renard à neuf queues
Dernier mot : :




MessageSujet: Re: Poussez madame ! [ft. Maxwell Snyder]   Lun 1 Mai - 21:55


Poussez madame !

- Maxwell & Paige -


I'm peeling the skin off my face 'Cause I really hate being safe

Tout était tellement bizarre. Maxwell était la rationalité incarnée, il ne s’inquiétait pas vraiment pour tout l’aspect humain mais plutôt, pour l’aspect biologique de la chose. Avoir des enfants c’était une chose, subir des gosses handicapés ou à moitié débile à cause d’un accouchement foireux en était une autre. Néanmoins, il pouvait comprendre que Paige soit un peu sur une autre planète. D’ailleurs, elle lui serrait la main si fort qu’il allait sans doute avoir une trace.

« Tout... est... bien... prêt ? Nous ? Maison ? »

Oui Yoda, tout est prêt. Il n’eut pas le temps de répondre que le médecin arriva. Maxwell garda un œil sur tout le travail. Même s’il n’était pas spécialiste en accouchement, il voulait avoir son mot à dire dans l’histoire. Heureusement, tout se passa bien malgré le stress des jeunes parents. Le jeune sorcier fut plus perturbé par la venue au monde des deux bébés qu’il ne l’aurait cru. Comme la tradition le voulait, c’était à lui de couper les cordons. Paige avait la petite fille dans ses bras et Maxwell son petit garçon. Les émotions le submergeaient mais, comme d’habitude il n’arrivait pas à les identifier mais, il semblait assez satisfait.

« Salut toi … »

Le bébé pleurait encore et son papa l’examinant sous toutes les coutures d’un œil presque expert. L’infirmière vint les récupérer pour les emmener faire les premières mesures et les premiers tests. En les enveloppant, elle demanda les prénoms.

« Olivia pour la petite et William pour le garçon »

Elle nota sur les bracelets qui enserraient leur poignet si fragile pendant que le médecin s’occupait de remplir les papiers officiels.

« Dieu vous a donné de beaux bébés ils ont l’air en parfaite santé », dit-elle avec un sourire alors qu’elle tendait les papiers à Maxwell.

Ce dernier n’aimait pas les questions de religion, encore moins les médecins religieux. Les bons sentiments l’avaient envahi tout le temps du travail et maintenant, il était temps de revenir à son état normal :

« Oui le petit Jésus nous a fait don de gamètes sans trop de défauts. Lui ou le grand Satan. Je sais pas, je les confond tout le temps »

Son sarcasme était sensible mais, pour une fois, pas tellement méchant. Paige était trop absorbée par le fruit de ses entrailles pour gérer le père de ses enfants trop turbulents. Mais, la jeune maman commençait à subir le contre-coup de la fatigue et la sage-femme emmena les bébés pour faire les premiers tests. Lorsqu’elle comprit que Maxwell était sur ses talons, elle se retourna :

« Tout vas bien se passer, vous pouvez rester avec la jeune maman »

« Pour faire quoi ? La regarder dormir ? Nan je préfère m’assurer que vous ne mélangiez pas mes enfants avec ceux d’un autre. Aller hop, on a des tests à faire »

Il passa donc tout un moment avec ses bébés, surveillant bien chaque manipulation, y allant de son petit commentaire à chaque fois qu’il en avait envie. Résultat, il était certain que ses enfants allaient bien, c’était un soulagement. Le contre-coup de la fatigue commença à le prendre aussi et il retourna dans la chambre où Paige dormait pour s’installer sur un fauteuil et somnoler également.

La nuit fut courte et aux premières lueurs, les enfants étaient de retour dans la chambre des parents. Maxwell avait encore les papiers officiels dans sa veste, c’était désormais à son tour d’aller à la mairie reconnaitre ses enfants. Alors que Paige semblait toute émerveillé, les bons sentiments du médecin étaient retombés. La réalité l’avait rattrapé et le voilà qui devait reconnaitre des enfants qu’il ne verrait sans doute pas devenir adultes. Bien sûr, il n’allait pas s’enfuir et être lâche au dernier moment. Ses jumeaux auront son nom même s’ils ne se souviendront peut-être jamais de lui. Au moins, ils ne manqueront de rien, la famille Snyder était plus qu’aisée et il ne faisait pas exception.

« Je vais à la mairie voir pour le côté administratif », annonça-t-il simplement avant de quitter la pièce.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


_________________

I've seen what man can do when the devil lives inside you



Charney
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Paige Matthews
avatar
Princesse moderne


J'ai : 22 et je suis : Amoureuse d'un certain vampire, jeune maman . Mon avatar est : Taylor Momsen . :

et j'ai posté : 183 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 28/09/2016 pour mon profil et j'ai : 460 points. Dernier petit détail, je joue également : Anna Tasarov

MessageSujet: Re: Poussez madame ! [ft. Maxwell Snyder]   Lun 22 Mai - 1:16

Poussez madame !

feat. Maxwell Snyder



« Olivia pour la petite et William pour le garçon »

Voilà. Les jumeaux étaient là, bien portants, en très bonne santé, mignons comme tout. Ils étaient bien réels dans les bras de leurs parents. Paige avait une sourire jusqu'aux oreilles, elle était pleine de transpiration, ses mèches blondes collaient sur son visage tout rouge, elle était essouflée et évidemment, elle avait mal, mais tout passait en second plan lorsqu'elle regardait le petit bout de chou qu'elle tenait dans ses bras, sa fille, les yeux clairs de sa mère, les cheveux bruns de leur père, un mix parfait entre Maxwell et Paige en somme. Elle supposait qu'il en était de même pour William bien qu'elle n'eut pas le temps de s'émerveiller autant de son fils que l'infirmière avait déjà emmené les deux bébés pour s'en occuper.

Maxwell Snyder restant Maxwell Snyder en toutes circonstances, il ne put s'empêcher de faire des réflexions comme à son habitude, trop épuisée, Paige se contenta de tourner la tête et de fermer les yeux, sombrant peu à peu dans un repos bien mérité. En trente secondes elle fut partie au pays des rêves,

Suivi la sieste la plus longue de sa vie, se réveillant une fois entre temps pour prendre une douche obligatoire, elle repartit bien vite auprès de Morphée. Elle ne se réveilla que quelques heures après, en entendant des bruits autour d'elle. Battant des paupières pour dégager sa vue brouillée par la fatigue elle constata que les bruits venaient de Max qui était dans un coin de la chambre avec les bébés et une femme, regardant les jumeaux, des étoiles dans les yeux.

« ... » Paige ouvrit la bouche mais, pâteuse, rien n'en sortit, elle observa la scène plusieurs minutes avant d'avoir assez de salive pour parler, déjà un peu plus réveillée. « Euh, bonjour ?


made by guerlain for epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maxwell Snyder
avatar
Dr House


J'ai : 32 ans et je suis : en couple (plus ou moins) . Mon avatar est : Jack Falahee . :

et j'ai posté : 363 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 11/09/2016 Je n'oublie pas de remercier : dreamy., dailyjackfalahee pour mon profil et j'ai : 993 points. Dernier petit détail, je joue également : Tennessee & Rika Inventaire : : Renard à neuf queues
Dernier mot : :




MessageSujet: Re: Poussez madame ! [ft. Maxwell Snyder]   Mar 4 Juil - 20:56


Poussez madame !

- Maxwell & Paige -


I'm peeling the skin off my face 'Cause I really hate being safe

Maxwell passa peu de temps à la mairie. Il était 8h pile, même les fonctionnaires n’étaient pas réveillés. Il hésita un moment avant d’apposer sa signature sur le papier, l’acte de naissance. Une fois l’encre incrustée, il n’y avait pas de marche arrière. Le voilà désormais père de deux enfants. Aucun sourire, juste un soupir. Avant de retourner à l’hôpital, il s’arrêta dans un petit restaurant de quartier prendre son petit-déjeuner. Son café était aussi amer que son humeur. L’émerveillement s’était éteint depuis plusieurs heures et les soucis revenaient. Qu’allait-il faire avec une paire de jumeaux ? L’instinct paternel ce n’était un point fort chez lui. Il choisit néanmoins d’appeler sa mère, son père puis son frère pour annoncer la nouvelle. Malgré tout, le jeune médecin adorait sa famille, même s’il ne l’avouait pas. Evidemment, ils étaient beaucoup plus enjoués que lui, annonçant qu’ils seraient là rapidement. Maxwell dû donc faire son retour à l’hôpital. Il passa en vitesse chez lui récupérer son ordinateur, il fallait bien rentabiliser le temps perdu.

Toute la famille était autour des nouveau-nés. Maxwell un peu à l’écart, occupé à fixer son écran. Paige venait de se réveiller, intriguée par cette petite foule autour de ses enfants. Le médecin présenta son jumeau et sa mère, son père étant occupé au travail.

« Voilà ma mère Maria et mon jumeau James, ils se sont invités tout seuls »

Evidemment sa génitrice lui lança un regard de travers mais, elle était trop enchantée pour le réprimer. La pauvre femme avait abandonné l’idée d’une progéniture pour son deuxième fils. Elle se présenta à la jeune maman et Maxwell ne rajouta rien, essayant de se concentrer le plus possible sur son ordinateur. Cette situation le mettait particulièrement mal à l’aise et il évita de poser son regard sur les bébés, centre de toute l’agitation. Sa mère était en bonne santé mais, à un stade plus avancé dans la maladie. Ses gestes étaient des fois incontrôlés tout comme ses mots. Par sa simple présence, elle le renvoyait à sa fatalité.

Une infirmière vint s’ajouter à la petite foule de la chambre. C’était le moment de vérifier que les nouveau-nés avait passé une bonne nuit et de leur donner leur premier petit-déjeuner. Pendant qu'elle commença à expliquer à Paige, Maxwell ne bougea pas de sa chaise. Elle interpella le médecin :

« Vous ne voulez pas venir voir ? »

Sa réponse était brève et rapide et, négative. Evidemment, il s'attira les foudres de sa mère et, éternel fils à moment, finit par se lever et se joindre à la démonstration. Malgré tout, son visage témoignait du peu d'intérêt qu'il portait à la scène.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


_________________

I've seen what man can do when the devil lives inside you



Charney
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Poussez madame ! [ft. Maxwell Snyder]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» poussez madame poussez » archimède
» Remettre en question le leadership de Madame Maryse Narcisse !
» Madame Duvivier a-t-elle un programme de gouvernement ?
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
» Is Starvation Contagious? By John Maxwell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divine Comédie :: Los Angeles County :: Central L.A :: Los Feliz :: Maison de Maxwell Snyder-