Divine Comédie


 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 It's time to get to know each other || Tennessee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Eva R. Blake
avatar



J'ai : 28 ans et je suis : divorcée. . Mon avatar est : Katheryn Winnick. . :

et j'ai posté : 45 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 01/11/2016 Je n'oublie pas de remercier : balaclava pour mon profil et j'ai : 399 points. Dernier petit détail, je joue également : personne. Inventaire : : Télékinésie

MessageSujet: It's time to get to know each other || Tennessee   Mar 14 Fév - 22:56


It's time to get to know each other.
Petit à petit, Eva avait ralenti son allure pour finir par s'arrêter, essoufflée, les mains posées sur ses cuisses. Il ne lui fallut que quelques secondes pour reprendre son souffle et se redresser. Elle venait de s'arrêter dans un parc, non loin d'une aire de jeux. Depuis un moment, cette habitude de faire un jogging tous les matins s'était installée. Cela lui faisait du bien – pour s'aérer l'esprit, se dépenser, penser à rien, ou au contraire, pour penser à tout un tas de choses. Depuis une semaine, elle s'efforçait d'échapper à une nouvelle sensation qui menaçait de la submerger. A savoir, l'impression de rater tout ce qu'elle entreprenait. Comme si à chaque fois qu'elle tenait quelque chose, ladite chose explosait en mille morceaux. Un peu plus et elle finirait par croire des choses négatives qui ne lui serviraient pas à grand chose. Son regard vague se porta sur les enfants qui jouaient. Par-delà la musique provenant de ses écouteurs, elle entendait leurs rires et leurs éclats de voix. Elle s'arrêta sur la silhouette d'une petite fille, blonde, qui jouait avec l'une de ses camarades, en souriant de toutes ses dents. Elle ignorait combien de temps s'était écoulé jusqu'au moment où elle détourna les yeux. Sûrement trop longtemps. Cela faisait partie de la liste de choses auxquelles elle ne devait surtout pas penser. Alors, la jeune femme réajusta ses écouteurs et tourna les talons, direction son appartement.

Il lui restait un peu de marche à faire, ce qui ne la dérangeait pas outre mesure. Eva s'avérait être une personne hyperactive. Elle avait toujours besoin de quelque chose à faire, de quelque chose auquel penser. Son corps ne supportait pas d'être au repos trop longtemps. N'importe quelle activité lui était bénéfique. A l'heure actuelle, cela devait bien faire un an et demi, voire plus, qu'elle habitait le quartier. Pourtant, elle ne connaissait personne. Du moins, personnellement. Elle reconnaissait certaines personnes, mais ça s'arrêtait là. Eva n'avait jamais souhaité se familiariser avec les autres. Elle s'était complètement isolée du monde extérieur, bien que les apparences ne le montraient pas et que ce soit en contradiction avec son besoin de ne pas se retrouver seule. Cet équilibre précaire entre sa solitude profonde et son apparente activité lui semblait bien délicat. Toutefois, elle l'entretenait plutôt bien. Enfin, c'était ce qu'elle se disait par moment.

Une fois arrivée dans le hall, la jeune femme se hâta de monter les escaliers et de rejoindre son appartement. Mécaniquement, elle se débarrassa de ses vêtements, les mit au sale pour ensuite se glisser dans la douche. Elle profita du jet d'eau brûlant un petit moment. Comme on pouvait s'y attendre, ses pensées vagabondèrent. A la suite de sa dispute avec Tennessee, ne le voyant pas réapparaître, elle avait prévenu ses parents suite à leur demande qu'elle avait peut-être échoué. Elle avait promis de les recontacter si jamais il réapparaissait. Eva aurait pu s'abstenir. Après tout, cela ne faisait qu'une semaine – mais Eva mettait un point d'honneur à miser sur la transparence. Il s'agissait de leur argent, de leur enfant, même si on pouvait être sceptique vis à vis de leur histoire – dans tous les cas, c'était leurs problèmes, pas ceux d'Eva. Ce n'était qu'un travail. Et elle leur devait des comptes. Malgré tout, elle s'inquiétait. Elle essayait de se résoudre à l'idée de ne plus le revoir et d'avoir lamentablement échoué dans sa mission. Elle qui détestait se sentir inutile, elle était servie. C'était dommage. Eva aurait aimé l'aider. Il fallait croire qu'il n'en n'avait pas envie, ou alors, qu'Eva s'y prenait très mal. Elle ignorait laquelle de ces deux hypothèses était la plus déprimante.

Brusquement, Eva redressa la tête, les sens en alerte. Elle n'avait plus vu le temps passer. Depuis combien de temps était-elle sous la douche ? Avait-elle entendu quelqu'un toquer ? Fronçant les sourcils, elle attendit. Oui, elle avait bien entendu. En toute vitesse, elle se dépêcha d'arrêter le jet d'eau, de sortir et d'enfiler un peignoir. Un cadeau de son ancienne vie, mais qu'elle n'avait pas pu se résoudre à s'en séparer. Pieds nus, elle pressa le pas pour aller ouvrir la porte. Peu de gens s'aventurait jusqu'à son appartement, hormis quelques indésirables. Il y avait peu de chances pour qu'elle tombe nez à nez avec Tennessee, comme par magie, apparu sur son seuil. Toutefois, il valait mieux ne prendre aucun risque. De toute façon, elle n'en n'avait rien à faire de paraître ridicule dans cet accoutrement – il s'agissait bien du cadet de ses soucis. Eva n'avait pas la même notion de gêne ou de pudeur que les autres. Au moins, elle portait quelque chose sur le dos – c'était mieux qu'être totalement nue. Ouvrant la porte à la volée, elle eut l'occasion de découvrir le visage du nouveau venu et ses yeux s'écarquillèrent. « Tennessee ? » Si sa vue la trompait, avec son odorat, elle ne risquait pas de se tromper. Non qu'il dégageait une odeur désagréable – seulement, étant louve, certaines choses lui sautaient aux yeux, étant donné qu'elle était plus sensible grâce à ses sens. Comme l'odorat. Le soulagement l'envahit, comme une vague. Cela devait se voir sur son visage, probablement. L'ombre d'un sourire se dessina sur son visage, sans qu'elle puisse le retenir. Mais elle essaya de se contenir du mieux qu'elle put – elle ne souhaitait pas le contrarier par mégarde. Eva devenait paranoïaque à force de se soucier de ce qui était bien de faire ou non. Spontanément, elle ne put que lâcher un : «  Ne reste pas là. Entre » avant d'ajouter avec un air penaud « Enfin, si tu veux ». Elle se débrouillait comme une manche. Elle ignorait quoi faire, quoi dire, ce qu'il ne fallait pas... Eva était quelqu'un de spontané, devoir surveiller ses paroles et ses gestes n'était pas chose aisée. Pour ponctuer ses paroles, elle s'écarta légèrement, comme pour le laisser passer. Tennessee s'avérait très doué pour la prendre par surprise, décidément. Un peu plus et elle était persuadée de ne jamais le revoir. Sans savoir pourquoi, cette perspective ne lui plaisait pas. Et le voilà, sur le seuil de sa porte d'entrée.

_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tennessee Williams
avatar
Héro ... ïnomane


J'ai : 23 ans et je suis : célibataire . Mon avatar est : Dave Franco . :

et j'ai posté : 89 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 04/11/2016 pour mon profil et j'ai : 501 points. Dernier petit détail, je joue également : Maxwell

MessageSujet: Re: It's time to get to know each other || Tennessee   Jeu 23 Fév - 23:12


 It's time to get to know each other

- Eva — Ten -


The worst things in life come free to us 'Cause we're just under the upper hand And go mad for a couple grams

Le vent soufflait, emportant avec ses bourrasques tout ce qu’il pouvait, transformant le ciel en un ballet de parapluies coloré. Evidemment, la pluie était de la partie, tombant drue sur les têtes encapuchonnées de ceux qui avaient été assez braves pour s’aventurer dehors. Los Angeles n’était pas habituée à un tel climat et les touristes affichaient une certaine déception derrière leur fenêtre, ils n’étaient pas parcours tant de kilomètres pour retrouver le même temps qu’ils avaient fuis. Quant à Tennessee, il était trempé comme un chien. Le squat qu’il avait l’habitude de fréquenter était désormais décoré de trois jolis centimètres d’eau. Seuls ceux qui étaient trop défoncés pour le voir étaient restés allongés sur leur canapé, les doigts bleuis par l’air froid qui entrait malicieusement par une fenêtre brisée. Malheureusement, le petit junkie était bien trop conscient pour profiter de cette innocence mortifère. Ce n’était pas qu’il avait réduit ses consommations, oh non, tout au contraire. La seringue s’était enfoncée tellement de fois dans sa veine ces derniers jours qu’il n’était même plus sûr d’avoir encore une veine à cet endroit-là, le creux de son coude s’était transformé en un hématome géant. Mais, ça n’avait aucune importance pour lui. Avec la quantité d’héroïne, il pouvait se défoncer comme bon lui semblait. Evidemment, il n’avait pas tout gardé pour lui et avait rapidement vendu la moitié de la quantité à un dealer qu’il connaissait. Au début, son idée était de s’occuper du business lui-même mais, tout le monde savait que les camés ne vendaient pas. Il avait donc décidé de se débarrasser d’une partie de son stock en échange d’un bon paquet de billet. En plus, pour la première fois, l’argent qu’il gagnait, il pouvait l’investir dans autre chose que l’entretient de son addiction puisqu’il avait mis de côté de quoi s’occuper un moment.

Sauf, qu’il n’avait pas vraiment investit dans un parapluie et son habituel sweat-shirt trempé était devenu une véritable glacière fashion. Dans son sac à dos, il avait toutes ses affaires, à savoir son argent et un briquet, les affaires du pauvre en résumé. Le système des transports de la ville ne l’aida pas puisque le petit écran affichait que le prochain tram ne passait pas avant une demie heure. Résultat, son temps de marche le transforma en un glaçon mobile. En arrivant dans un quartier dans lequel il n’avait pas vécu bien longtemps, il s’arrêta et réfléchit moins d’une minute avant de changer de direction et d’avancer en soupirant vers l’appartement d’Eva. Leur dernière entrevue n’avait pas été particulièrement amicale et Tennessee n’avait pas donné signe de vie depuis une semaine. Sans doute que si cette tempête inattendue n’avait pas frappé, ses pas ne l’auraient jamais emmené jusqu’à ce quartier trop propre pour quelqu’un comme lui.

A l’entrée de l’immeuble, il se servit du passage d’un voisin pour entrer en même temps sans trop attirer l’attention. Dormir dans le hall ne l’aurait pas dérangé mais, le fait de savoir qu’il aurait peut-être accès à des couvertures et une douche cinq étages plus haut le motiva à grimpa deux à deux les marches qui le séparait de son hypothétique refuge. Il n’était pas certain de pouvoir entrer et espérait simplement attiser sa pitié comme un chiot avec de grands yeux tristes. D’ailleurs, son regard mordoré et son visage poupon se prêtaient parfaitement à l’exercice. Dans les escaliers il croisa une dame qui portait les marques du temps sur son visage, elle lui proféra quelques remarques sur la traînée d’eau qu’il laissait derrière lui. Tennessee ne s’arrêta pas même pas, habitué à ne plus donner aucune attention aux gens qui l’entouraient comme si au final, toutes ces voix ne maugréaient que des choses incompréhensibles.

Devant le palier d’Eva, il passa une main dans ses cheveux plaqués contre son crâne avant de frapper plusieurs coups secs. Son appel n’était pas particulièrement violent, plutôt pressé. La maîtresse des lieux ouvrit la porte, couverte d’un peignoir qui avait l’air particulièrement confortable. Elle était aussi mouillée mais, la cause devait plus être cherchée dans une douche bien chaude que dans des heures d’errances dans une ville assiégée par les nuages.

« Tennessee ? »

Elle semblait assez surprise de le voir mais, pas désagréablement, ce qui était un bon point. Pour lui, évidement. Avant qu’il ait ouvert la bouche pour demander avec ses grands yeux brillants s’il pouvait entrer, elle l’y invita. La technique des yeux tristes, un grand classique qui avait déjà fait ses preuves.

« Ne reste pas là. Entre … Enfin, si tu veux »

Elle s’écarta aussi pour le laisser passer et il répondit sur un ton ironique, mais pas agressif, en levant les yeux au ciel.

« Je préfère rester dehors attendre pour voir si d’ici quelques heures la rue en pente se transforme en piscine histoire de pouvoir nager quelques longueurs »

Il entra directement, souriant en sentant la chaleur de l’appartement sur son corps frigorifié. D’ailleurs la porte de la salle de bain était ouverte, comme l’entrée du paradis. Sans attendre, il se débarrassa de son sac à dos et, dans la foulée de son sweat-shirt, découvrant son torse fin et plutôt bien dessiné et sa peau dorée. Alors qu’il enlevait ses chaussures, son jeans devant suivre, il croisa le regard plutôt étonné de son hôte. Il dirigea le sien vers son haut difforme en boule sur le sol dont s’échappait une petite flaque d’eau avant de la regarder elle, dans les yeux.

« Je nettoierai t’inquiètes »

Une fois sa promesse faite, il se débarrassa de toute pièce de tissu, pas pudique pour le moins du monde. Son corps était plutôt fin, correspondant parfaitement au courant « heroin chic » à la mode au milieu des années 90. Le creux de son bras gauche était bleu, maltraité par le passage abusif d’une seringue mais, c’était la seule imperfection qu’on pouvait lui trouver. Ça, et sa petite taille pour un homme. Contrairement à ce qu’on pouvait attendre d’un junkie, sa peau n’était pas blafarde mais plutôt dorée, Los Angeles et son soleil aidant mais, témoignant surtout d’une teinte espagnole ou mexicaine quelque part dans sa famille biologique qu’il ne connaissait pas. N’ayant pas des sommes d’argent à claquer dans de la nourriture et, l’héroïne étant le meilleur des coupe-faim, il ne mangeait pas beaucoup et, les lignes de ses muscles élancés se voyaient parfaitement. Il était loin d’avoir le physique des bodybuilders qui se pavanaient devant leur miroir et sur Instagram mais se rapprochait vraiment pas mal des mannequins hommes qui portaient les plus belles pièces qui existaient. Quand on ajoutait ces qualités à ses yeux mordorés, on pouvait facilement se demander comment un si beau garçon pouvait avoir une vie si hors-normes, si destructrice.

D’ailleurs, il ne resta pas bien longtemps s’exhiber, filant sous la douche abandonnée par Eva, poussant un soupir de soulagement sous l’eau chaude avant d’arborer un sourire jusqu’aux oreilles. C’était un véritable bonheur de sentir cette chaleur moite autour de lui. L’odeur des produits très parfumés y était pour beaucoup aussi dans cette sensation de bien-être. Il y resta un moment avant d’en sortir, se disant que son hôtesse malheureuse voudrait bien aussi profiter de l’eau chaude avant que le réservoir ne soit vide. Il se sécha grossièrement et sortit de la salle de bain, toujours nu comme un ver. Eva était assise sur une chaise et il resta derrière un fauteuil, cachant le bas de son corps. L’urgence étant passée, Tennessee se rendait compte que sa tenue d’Adam ne devait pas plaire à tout le monde. Feignant une fausse gêne, il se mordit la lèvre en baladant son regard dans la pièce avant de la fixer elle.

« Désolé pour … ça … Est-ce que tu as encore mes vêtements ou tu t’en es débarrassée ? Je ne suis pas hyper motivé à remettre ceux-là », dit-il en désignant d’un geste de la tête son tas difforme et mouillé gisant encore sur le sol.

Vicieux, Tennessee lui servit encore son regard de chiot battu et un petit sourire qui allait avec, espérant avoir des vêtements secs et, pourquoi pas, un chocolat chaud et un lit pour cette nuit. Le lit étant, bien évidemment, plus intéressant que la boisson chocolatée mais, avoir les deux malgré son attitude pendant leur dernière rencontre montrerait qu’il n’avait pas tout perdu de son immense pouvoir de persuasion.

« Et si t’as du Nesquick je ne suis pas contre … »

Paradoxalement, que le junkie se serve de son caractère mignon pour avoir ce qu’il voulait n’était pas une mauvaise nouvelle, le signe d’une dégradation morale ou quoi que ce soit du genre. Non, il avait toujours fait ça sans réelle mauvaise intention ou plutôt, sans l’intention de nuire à qui que ce soit. C’était le signe que le Tennessee aux grands yeux mordorés et au rire éclatant n’était pas bien loin, quelque part sous cette détresse. Sans doute que, n’étant plus dans l’urgence de la dépendance grâce à Thomas, il se détendait un peu et laissant entrevoir qui il était réellement.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eva R. Blake
avatar



J'ai : 28 ans et je suis : divorcée. . Mon avatar est : Katheryn Winnick. . :

et j'ai posté : 45 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 01/11/2016 Je n'oublie pas de remercier : balaclava pour mon profil et j'ai : 399 points. Dernier petit détail, je joue également : personne. Inventaire : : Télékinésie

MessageSujet: Re: It's time to get to know each other || Tennessee   Lun 27 Fév - 19:48


It's time to get to know each other.
« Je préfère rester dehors attendre pour voir si d’ici quelques heures la rue en pente se transforme en piscine histoire de pouvoir nager quelques longueurs » répondit-il avant d'entrer, un sourire collé aux lèvres. Eva essayait tant bien que mal de réprimer le sourire qui menaçait d'éclairer son visage. S'il était d'humeur à plaisanter, c'était bon signe, non ? Le temps qu'elle ait refermé la porte derrière lui et se soit retournée dans sa direction, il venait de poser son sac à dos et s'apprêtait à ôter son sweat-shirt. Eva écarquilla les yeux, ne s'attendant pas le moins du monde à ce spectacle. Évidemment que ses vêtements étaient trempés et qu'il devait avoir hâte de s'en débarrasser, mais elle se serait attendue à ce qu'il attende d'être dans la salle de bain pour cela. Non que cela la dérangeait particulièrement, mais ce comportement s'avérait assez rare chez les humains. Ils avaient une certaine notion de la pudeur que ne connaissait pas Eva. Du moins, elle s'y était habituée aujourd'hui et faisait des efforts dans ce sens ; depuis le temps qu'elle vivait parmi eux.

Toutefois, Tennessee sembla se méprendre sur la surprise qui se lisait sur son visage et dans son regard. « Je nettoierai t’inquiètes » se hâta-t-il de préciser. Eva se contenta d'un geste vague de la main et d'un « Ne t'inquiètes pas pour ça ». Ce fut à ce moment-là qu'elle repéra un bleu au creux de son bras. Eva devinait aisément la raison de cette particularité mais n'y accorda pas plus d'attention que ça. Pas plus qu'à sa nudité. Surprise passée, elle n'en n'avait plus cure. Alors qu'elle se penchait pour récupérer le sac à dos qui traînait, Tennessee continua de se déshabiller avant de filer à la douche. Eva esquissa un sourire en entendant le soupire d'aise qu'il poussa en étant sous l'eau chaude. Sans plus de cérémonie, elle se dépêcha de ranger derrière lui, mettant les vêtements de Tennessee dans la panière prévue à cet effet. La jeune femme profita de ce répit pour ôter son peignoir et de s'habiller décemment. Du moins, d'un simple legging et d'un pull. Revenue au salon, elle n'osa pas sauver les effets qui restaient dans le sac à dos de Tennessee – il manquerait plus qu'il lui reproche de fouiller. Elle se contenta de le laisser sur un plan de travail et de nettoyer le sol. Une fois sa tâche finie, elle ne sut pas quoi faire d'autre qu'attendre sagement sur l'une des chaises qui encadraient la table à manger.

Il ne mit guère longtemps à ressortir de la douche, séché mais toujours nu. Lorsqu'elle leva les yeux vers lui et constata ce fait, elle nota que le bas de son corps était caché derrière le fauteuil qui trônait dans le salon. Tennessee affichait une légère gêne face à la situation et elle comprit ce qu'il souhaitait avant même qu'il n'ait formulée sa demande : «  Désolé pour … ça … Est-ce que tu as encore mes vêtements ou tu t’en es débarrassée ? Je ne suis pas hyper motivé à remettre ceux-là » le tout en désignant la panière où reposait les vêtements qu'il portait quelques instants plus tôt. Avant qu'il n'ait terminé sa tirade, elle s'était déjà levée. Tennessee la regardait d'un drôle d'air et affichait un sourire qui devait en faire fondre plus d'un. Comme n'importe quel enfant essayant de se rendre mignon, cela fonctionnait. Ceci étant dit, il n'avait pas besoin d'avoir recours à tout ce cinéma pour avoir ce qu'il demandait : elle lui donnerait bien volontiers. Mais il n'était pas obligé de le savoir. « Et si t’as du Nesquick je ne suis pas contre … » Cette fois-ci, il était tout bonnement impossible de s'empêcher de sourire : Eva esquissa un sourire en coin, amusée. Tennessee avait tout d'un gamin. « Peut-être. Suis-moi » fit-elle avant de se diriger vers la chambre qui lui avait été attribué quelques jours avant. Elle ouvrit le placard et lui désigna les vêtements qui reposaient sagement à l'intérieur, intacts depuis son départ. « Ceux que tu portais devraient être secs demain. Je te laisse t'habiller » lâcha-t-elle avant de le laisser seul. Bien entendu, elle n'allait pas se contenter de les faire sécher, mais les laver : c'est pourquoi elle lui disait demain. C'était une manière sous-jacente de lui faire comprendre qu'il pouvait rester ici, comme elle lui avait toujours dit. Aussitôt sortie, elle revint dans la cuisine et prépara ce qu'il souhaitait. La jeune femme hésita avant de sortir les biscuits qu'elle avait et de les exposer sur le plan de travail de la cuisine. Elle prit un plateau et plaça le chocolat chaud dessus. Tennessee réapparut à cet instant, habillé : il s'approcha. Eva désigna ce qu'elle avait sorti « Si tu as faim, sers-toi. La télé est à ta disposition si tu veux.» Elle laissa quelques secondes s'écouler avant de rajouter : «  Je dois faire quelques papiers ; n'hésites pas si tu as besoin de quelque chose d'autre ». Sur ce, elle alla récupérer la panière pour aller dans la salle de bain et mettre tous les vêtements dans la machine à laver. Une fois mise en route, Eva alla dans sa chambre, farfouilla dans ses dossiers pour récupérer ce qu'elle cherchait. Cela fait, elle retourna à la salle à manger, posa les papiers et s'assied. Le bruit ne la gênait pas, lorsqu'elle était concentrée, il en fallait beaucoup pour ébranler son attention. Elle ne tenait pas à accaparer Tennessee sans qu'il le veuille, surtout après ce qui s'était passé la dernière fois. Elle ne comptait pas en reparler ni embêter Tennessee. Elle faisait mine d'être occupée pour ne pas rester dans ses pattes. C'était l'occasion de s'occuper de la paperasse, bien que cela n'allait guère durer longtemps. Au moins, ce serait fait.

_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tennessee Williams
avatar
Héro ... ïnomane


J'ai : 23 ans et je suis : célibataire . Mon avatar est : Dave Franco . :

et j'ai posté : 89 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 04/11/2016 pour mon profil et j'ai : 501 points. Dernier petit détail, je joue également : Maxwell

MessageSujet: Re: It's time to get to know each other || Tennessee   Dim 5 Mar - 19:36


 It's time to get to know each other

- Eva — Ten -


The worst things in life come free to us 'Cause we're just under the upper hand And go mad for a couple grams

Tennessee était là, nu, sortant juste de la douche, les cheveux encore un peu mouillés, un air adorable de chiot. Même si la température de l’appartement n’était pas trop désagréable, il n’était pas très couvert et commençait à frissonner. Heureusement, la réaction d’Eva ne se fit pas attendre. Son petit sourire le rassura, il aurait ce qu’il était venu chercher. Du moins en partie. D’un pas souple, il la suivit jusque dans ce qui était toujours sa chambre. Même si son absence n’avait pas été particulièrement longue, sa baby-sitter aurait pu tout simplement décider d’envoyer tout voler par la fenêtre et de louer la pièce à un Mexicain sans papiers. Il se demanda sur le moment si ses parents étaient au courant de sa petite escapade. L’idée n’occupa pas son esprit plus d’une fraction de seconde. Avec le temps, il avait appris à ne pas accorder d’importance aux remarques ou à ce que pensaient ses géniteurs. Toutes ces voix, ces murmures, ces regards désapprobateurs le mettaient dans une catégorie dont l’évasion n’était pas possible. Depuis le début, personne n’avait cherché à savoir ou à comprendre. Souvent, il s’était posé une question, en quoi ce qu’il faisait dérangeait-il à ce point ? Il n’avait jamais fait de mal à personne et était jugé plus sévèrement que ceux qui faisaient du mal aux autres pour leur propre amusement.

Eva le laissa à ses pensées et il attrapa quelques vêtements pour se réchauffer. Devant la petite armoire, il repensa à sa chambre à New York, son grand dressing d’où s’échappaient des marques de toutes sortes. En refermant les portes, il se fit la réflexion que cette période était finie. Son regard mordoré se balada sur la petite chambre aux murs orangés. C’était tout ce qu’il avait désormais. Et, comme depuis toujours, cet avoir était soumis au bon vouloir de ses parents adoptifs, les biologiques ne lui avaient pas trouvé d’intérêt non plus. Un miroir était collé au mur et il observa son reflet de longs instants. Qu’est-ce qui avait à ce point changé chez lui pour provoquer tant de dégoût ? Il n’avait pas mal parlé à ses amis, il n’avait pas désobéi à ses parents, il n’avait même pas eu une mauvaise note. Il n’avait jamais été violent, ne mentait pas. Bien sûr qu’il avait des défauts mais, ils n’avaient pas changé, ne s’étaient pas empirés. Si ses parents l’avaient aimé plus d’une décennie ils avaient dû s’y faire non ? Pourquoi du jour au lendemain était-il devenu le paria à éviter, l’enfant honteux dont on ne parlait plus ? Ces questions, il se les posait depuis des années maintenant. A chaque fois, devant des miroirs différents, sous des éclairages autres, il ne voyait pas, ne comprenait pas. Au final, il s’était fait à l’idée de ne pas savoir ce qu’il y avait de si monstrueux. Peut-être que le reflet qu’il donnait aux autres était fracturé.

Dans la cuisine, un petit plateau orné de biscuit et d’une tasse de chocolat l’attendait. Eva était toujours là avec son petit sourire. Tennessee se demanda alors comment est-ce qu’elle le voyait, si l’image qu’elle avait de lui était aussi fracturée. Sans doute que oui, les discours aux termes blessants de ses parents avaient dû faire leur effet. Après tout, elle était une sorte de remplaçante qui faisait un travail qui les dégoûtait. Sans se faire prier, il vint prendre le plateau, accueilli par la fumée de la boisson aux parfums sucrés. Sa baby-sitter ne s’éternisa pas, visiblement occupée à autre chose bien qu’il semblait l’avoir interrompue pendant sa douche. Il ne cherche pas plus loin. En prison, le petit junkie avait appris à ne s’occuper que de ses affaires pour ne pas avoir de problèmes.

Dans un premier temps, il s’assit en tailleur sur le canapé pour profiter de son seul repas de la journée, savourant chaque bouchée des biscuits sablés. La télévision était éteinte et il ne prit pas la peine de l’allumer pour plusieurs raisons. Ses pensées l’occupaient bien plus que n’importe quel programme pouvait le faire, il ne voulait pas déranger Eva et, il avait appris à vivre sans. Une fois son repas terminé, il alla laver l’assiette et l’assiette avant de revenir sur le canapé, s’allongeant cette fois, le regard vers le plafond pas très haut. Il passa une main sur son visage avant de remonter la manche de son pull, observant sa peau bleuie. Les veines dans son bras semblaient mortes mais, il s’en fichait. Tous les autres avaient aussi leurs stigmates, visibles ou pas. De plus, garder une cicatrice ne le dérangeait pas, les cicatrices étaient là pour rappeler que le passé est réel et pas juste un mauvais rêve. L’anxiété commençait doucement à refaire surface et un seul regard vers son sac à dos le persuada de prendre sa dose ici.

L’héroïne chauffa doucement dans une petite cuillère sous les assauts frénétiques de la flamme d’un briquet. Quand le produit était prêt, il se l’injecta, assis sur le canapé. Une petite grimace tordit son visage. Trouver un autre endroit d’injection devenait capital vu l’état de sa peau. A peine la seringue enlevée et la petite goutte de sang témoin apparue que le flash se fit ressentir, apaisant immédiatement ses craintes et ses angoisses. Il rangea ses affaires dans son sac à ses pieds et, lorsqu’il releva la tête, il remarqua qu’Eva était revenue dans le salon et avait sans doute assisté à la scène. Il leva les yeux en l’air et s’allongea sur le canapé, lui tournant le dos. Tennessee n’avait pas envie de voir son visage ou son regard, il savait comment ils étaient, l’habitude.

« Si tu veux faire un commentaire, essaye de faire dans l’originalité »

C’était vrai qu’il en avait entendu beaucoup dans sa courte vie. Ils étaient tous insignifiants à ses yeux et certains l’énervaient même, ceux qui contenaient des passages du style « mais tu sais, c’est pour ton bien que je dis ça ». Tout ce qu’il espérait maintenant, c’était qu’elle garde son dégoût pour elle, se taise et le laisse tranquille même si une petite voix mauvaise dans son esprit lui murmurait qu’il n’allait pas tarder à retourner dehors prendre la pluie.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eva R. Blake
avatar



J'ai : 28 ans et je suis : divorcée. . Mon avatar est : Katheryn Winnick. . :

et j'ai posté : 45 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 01/11/2016 Je n'oublie pas de remercier : balaclava pour mon profil et j'ai : 399 points. Dernier petit détail, je joue également : personne. Inventaire : : Télékinésie

MessageSujet: Re: It's time to get to know each other || Tennessee   Dim 5 Mar - 22:04


It's time to get to know each other.
Pendant un moment, ils se contentèrent de faire ce qu'ils devaient faire dans leur coin respectif, Tennessee occupé à savourer son chocolat chaud et ses biscuits, assis en tailleur, tel un enfant, de l'autre côté Eva, faussement concentrée dans sa paperasse. Malgré tout, on pouvait sortir une forme de gêne, comme si l'un comme l'autre ignorait ce qu'attendait l'autre. Eva, pour sa part, ne parvenait pas à cerner Tennessee. Du moins, c'était le cas pour le moment. Peut-être que plus tard ce serait différent. En attendant, il en était ainsi. Il se révélait imprévisible. Elle le connaissait trop peu pour anticiper ses réactions, deviner ses pensées. Elle présumait qu'il devait s'être passé quelque chose, peu importe quoi, qui l'avait poussé à revenir. Ceci malgré lui. Il pensait vraisemblablement se confronter à une autre réaction de sa part, c'est pourquoi il avait veillé à montrer ses charmes, tant physique qu'autre chose. Eva était déroutée de voir qu'il ne la connaissait vraiment pas et croyait avoir besoin de ce genre de stratagème pour obtenir ce qu'il voulait. Elle ignorait s'il en était surpris ou s'il n'en n'avait cure. Secondement, était-il sorti nu de la douche délibérément ? Ou était-il foncièrement impudique ? Les deux, qui sait ? Dans tous les cas, cela menait à une impasse :  D'après ce qu'elle avait cru comprendre, Tennessee n'était pas vraiment amateur de sein. Il semblait davantage intéressé à l'autre sexe. Ce dont Eva s'en fichait éperdument, n'ayant pas de problème avec ça. Mais lui, espérait-il une réaction de sa part ? Si c'était vrai, il devait être déçu. Peut-être était-il habitué à ce que son charme opère. Il en avait, c'était indéniable. Néanmoins, il fallait plus qu'un corps nu de mâle pour la manipuler, de quelque manière que ce soit. Bien que la vue ne soit pas désagréable.

Eva se montra imperturbable pendant un moment. Elle ne leva pas le regard de ses papiers lorsque Tennessee nettoya les ustensiles utilisés, ni plus une fois qu'il fut allongé sur le canapé. Eva continuait sa tâche sans rechigner. Par contre, elle se demandait bien ce qu'elle allait pouvoir faire ensuite. Cela faisait un moment qu'elle n'avait plus habité avec quelqu'un, ni cohabité durablement avec un semblable. Après les derniers événements, elle ne souhaitait nullement le contrarier ou le braquer. Elle espérait bien qu'il resterait chez elle de manière durable. Impulsive et directe, elle craignait de commettre une maladresse tôt ou tard. Se contrôler ne sera pas aisé mais il faudra bien qu'elle fasse avec. Au moins le temps d'apprendre à le connaître.

Bien qu'elle ne regardait pas dans sa direction, Eva s'avérait consciente du moindre geste qu'il exécutait. Elle comprit ce qu'il faisait presque aussitôt. Cela ne voulait pas dire qu'elle entreprit quoique ce soit. Au contraire, elle se comporta pareil que le reste du temps. Finalement, après vérification, elle rangea tous ses documents dans le dossier adéquat et alla le remettre à sa place. Cela fait, elle se dirigea vers le salon et croisa le regard de Tennessee. Elle remarqua sur le champ qu'il était sur la défensive, par-delà les effets qu'avaient l'héroïne sur lui. Sans qu'elle ait eu le temps de faire quoique ce soit, il s'allongea sur le canapé, lui tournant le dos, et lui lâcha : « Si tu veux faire un commentaire, essaye de faire dans l’originalité ». La jeune femme ignorait s'il craignait vraiment qu'elle le juge. Sans doute que non. Cependant, il en était persuadé. Quelques secondes s'écoulèrent, laissant planer un silence. Elle hésita une seconde avant de tendre le bras, avec un mouchoir. Sa main frôlait presque la joue du garçon. Elle n'avait pas vraiment réfléchi, en fait. Elle avait juste vu cette petite tâche de sang. Il attendait une réaction de sa part et Eva ignorait vraiment comment réagir. Avec ce geste parfaitement inutile, elle voulait surtout lui faire comprendre qu'elle ne comptait pas lui faire la morale, ni à travers des paroles ni à travers des regards accusateurs. Quand il eut pris le mouchoir, elle posa un plaid sur le dossier, au cas où il en avait besoin, regardant Tennessee, bien que lui ne la voyait pas.

Elle n'eut pas l'occasion de voir sa réaction que son téléphone sonna. Pas du tout agacée par cette interruption, elle se dirigea vers l'appareil pour décrocher avec un «  Oui ? » avant de filer dans sa chambre, sans fermer la porte. Si elle avait remarquer le nom apparu sur l'écran, elle n'aurait peut-être pas décroché. Il s'agissait de sa grande sœur. Comme toujours, Eva se contenta de l'écouter plutôt que de répondre. Et encore, avec des phrases courtes et brèves. Elles échangèrent quelques paroles, notamment sur son travail actuel (Cela ressemblait plus à un « Il paraît que tu as trouvé un nouveau travail plus reposant ? » « Oui ») avant que le sujet épineux ne vienne sur la table. « Ils aimeraient beaucoup te voir samedi prochain. Tu sais que ça compte pour eux... » « Je sais » répondit Eva, plus sèchement qu'elle ne l'aurait voulu. « Les autres aussi seraient sûrement contents de te voir. Et ça te ferait du bien, aussi. Après tout, cela fait longtemps qu'on ne s'est pas vus » D'ordinaire, Eva se serait fait la réflexion que sa famille n'avait pas la même notion de « longtemps » que les familles humaines. Etant très doués et proches entre eux, il n'était pas concevable pour eux de ne pas se voir sur une courte période ou de communiquer. Avec ce qui s'était passé dans sa vie, Eva avait pris ses distances, ce qui avait fait souffrir ses parents. Ce n'était pas ce qu'elle souhaitait mais c'était plus fort qu'elle. « J'y songerais. Merci d'avoir appelé » Sa sœur à l'autre bout du fil soupira, sans doute persuadée d'avoir fait chou blanc. « Tu sais que je suis là si tu as besoin ? » Eva ferma les yeux et ne répondit pas pendant un petit moment « Je le sais, Lexie » finit-elle par répondre. « On se tient au courant, d'accord ? » Elle n'attendit même pas sa réponse avant de continuer « Je t'aime, frangine » comme au revoir. Ce qui fit sourire Eva « Moi aussi. A plus tard ». Après avoir raccroché, elle posa le téléphone sur sa table de chevet et laissa son regard vagabonder dans le vide. La jeune femme devrait y aller. Il n'y avait aucune raison valable pour ne pas le faire. Pourtant, elle hésitait.

Eva inspira un bon coup avant de quitter sa chambre. Elle ne s'était pas attardée trop longtemps, elle tenait à se changer les idées le plus tôt possible. « Qu'est-ce que tu veux manger ce soir, Tennessee ? » demanda-t-elle en passant avant d'aller vers la cuisine. « Quelque chose de particulier ou tu t'en fiches ? » Sans animosité aucune, plutôt sur un ton neutre, presque amical. Eva devait s'occuper l'esprit et les mains d'une façon ou d'une autre. Elle ne comptait pas sur Tennessee pour lui occuper l'esprit. La cuisine, elle, remplirait son rôle à merveille. Il valait mieux ça qu'autre chose.


_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tennessee Williams
avatar
Héro ... ïnomane


J'ai : 23 ans et je suis : célibataire . Mon avatar est : Dave Franco . :

et j'ai posté : 89 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 04/11/2016 pour mon profil et j'ai : 501 points. Dernier petit détail, je joue également : Maxwell

MessageSujet: Re: It's time to get to know each other || Tennessee   Lun 6 Mar - 19:03


 It's time to get to know each other

- Eva — Ten -


The worst things in life come free to us 'Cause we're just under the upper hand And go mad for a couple grams

Do you ache for her ?

Les yeux ouverts, fixés sur le tissu à quelques centimètres de sa peau, il ne disait rien. Sans difficultés, il sentait dans son dos un regard qu’il devinait accusateur. Le temps avait ôté à l’héroïne le pouvoir de le guérir, de le rassurer. Désormais, elle ne faisait que le libérer du mal provoqué par son absence. Son cœur était serré encore une fois malgré toutes ces fois où il disait à qui voulait l’entendre, que les mots des autres ne l’atteignaient plus. Lorsqu’il sentit sa présence se rapprocher, il leva ses yeux mordorés pour voir un petit mouchoir en papier sans vraiment comprendre. Il s’en saisit sans un mot avant de deviner qu’il était lié à la minuscule blessure que l’aiguille avait laissée sur sa peau détruite. Lorsque le petit junkie se retourna à moitié pour voir ce qui se passait dans son dos, il ne trouva pas sa baby-sitter, n’entendant qu’une conversation lointaine dans une autre pièce. Les mots étaient inaudibles mais le ton plutôt léger, Tennessee en déduit qu’elle ne parlait pas de lui. Dans ses doigts, le petit mouchoir de papier fut écrasé et réduit à l’état de chiffon. Ses yeux fixaient de nouveau le plafond avant de se fermer quelques instants. Tout son corps était relaxé et il se sentait somnoler doucement, se questionnant sur la quantité qu’il avait prise sans sentir de réel problème. L’overdose ne lui était pas inconnue, c’était une expérience unique qui définissait son passé et planait au-dessus de son futur, certain que c’était la meilleure mort qu’il pouvait souhaiter. Lorsqu’Eva revint c’était pour préparer à manger et Tennessee lui répondit simplement qu’il n’avait pas faim, ce qui était tout à fait vrai. Il la laissa tranquille, se limitant à ses pensées et finissant par somnoler et s’endormir sur le canapé.

Le lendemain, il était toujours là dans le petit salon occupé à jouer avec les chaînes de la télévision. Il n’était pas parti puisqu’il n’avait pas de raison de s’en aller et qu’Eva ne l’avait pas chassé. Elle avait d’ailleurs été très conciliante avec son shoot de la soirée, Tennessee se demandait si c’était une façade ou de l’honnêteté. Il ne savait pas et se questionnait. Mais, quelle que soit la réponse, sa soirée n’avait pas été désagréable, les plaintes n’étaient pas à l’ordre du jour, au contraire. Au final, les jours continuèrent comme ça, sans que Tennessee n’ait à se plaindre. En réponse, son comportement était aussi agréable et Eva non plus n’avait pas à se plaindre. Il l’aidait avec la cuisine - sans l’aider à finir les plats -, avec le ménage et avec les courses. C’était une façon pour lui de reprendre contact avec la vie réelle, loin de ses squats. Evidemment, il continuait de sortir, traîner, voir ses amis et remplir les tâches que Thomas lui confiait. C’était le meilleur arrangement qu’il avait signé et, sa vie retrouvait un peu de calme et une certaine régularité apaisante. A tel point qu’en trainant en ville, il avait revu des anciens amis de l’université, de ceux qui n’avaient aucune idée de son addiction ou de son passage en prison. Il justifia son absence par un déménagement et ses interlocuteurs ne posèrent pas plus de questions, se doutant que l’histoire n’était pas complète mais ignorant toute son ampleur. Ils l’invitèrent au bal de son ancienne faculté et Tennessee se sentit obligé de répondre par l’affirmative. Après tout, il n’avait rien de prévu.

De retour à l’appartement, il fouilla dans son sac reposant dans un coin de sa chambre pour s’emparer d’un peu d’argent. La soirée déborderait d’alcool mais, il lui fallait être présentable. De plus, l’idée de renouer avec la société et de passer une bonne soirée sans héroïne lui plaisait bien, comme un bon dans le passé. En sortant de sa chambre, Eva lui demandait ce qu’il trafiquait sans appréhension et il répondit, disant la vérité. Sa baby-sitter semblait plutôt satisfaite de cette tentative de renouer avec la société et lui confia quelques billets en plus. Tennessee se dit alors que ça serait dommage d’y aller seul et lui proposa de l’accompagner. Il dû insister mais finit par avoir gain de cause grâce à son regard adorable ou pas. Cette victoire en poche, il s’en alla errer dans les rues commerçantes, évitant les boutiques trop onéreuses.

Deux semaines plus tard, le soir en question, il enfila son costume. Tout ce qu’il y avait de classique, noir avec une chemise blanche. Il était plutôt pas mal et était en promotion, le meilleur plan pour le petit camé aux fonds limités. Dans le fond, ça faisait du bien à Tennessee de se voir bien habillé et bien coiffé dans un miroir, ça changeait de son habituel look délabré de gamin des rues, lui rendant un peu d’humanité. Quelques minutes après il vint toquer à la porte d’Eva, lui demandant à travers le bois si elle était prête.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eva R. Blake
avatar



J'ai : 28 ans et je suis : divorcée. . Mon avatar est : Katheryn Winnick. . :

et j'ai posté : 45 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 01/11/2016 Je n'oublie pas de remercier : balaclava pour mon profil et j'ai : 399 points. Dernier petit détail, je joue également : personne. Inventaire : : Télékinésie

MessageSujet: Re: It's time to get to know each other || Tennessee   Lun 6 Mar - 21:57


It's time to get to know each other.
En réponse à tous ses espoirs, Tennessee demeura à l'appartement. A la grande joie d'Eva, qui avait cessé de penser qu'elle échouait à chaque entreprise. C'était surtout tant mieux pour Tennessee. Au moins, elle avait la certitude qu'il avait un toit où dormir, de la nourriture dans son assiette, au chaud. Comme ça elle ne s'inquiétait pas pour lui et Tennessee allait bien. Ce nouveau climat, plutôt fragile, leur plaisait à tous les deux. Tennessee se montrait bien plus agréable qu'auparavant. Il l'aidait à sa manière, en cuisine, pour la vaisselle ou encore les courses. Il n'en fallait pas plus pour contenter Eva, qui débordait presque de bonne humeur. L'ancienne Eva revenait presque. De nombreux jours s'écoulèrent à ce rythme. Petit à petit, une entente s'installa et chacun prenait ses habitudes. Finalement, cette entente prenait le chemin auquel elle n'aurait jamais cru.

A un moment donné, un événement les sortit du petit quotidien qui venait de s'installer. Un jour, Tennessee sortit de sa chambre avec un air préoccupé. De bout en blanc, Eva lui avait demandé ce qu'il se passait et il lui avait avoué être invité à une soirée de retrouvailles avec des amis de la faculté. Eva n'arrivait pas à cacher sa satisfaction. Les choses prenaient vraiment une bonne tournure. Lentement mais sûrement, il réapprenait à vivre en société, il reprenait contact avec d'anciens camarades. Tout ça était bon pour lui. Elle se révélait si contente qu'elle lui confia quelques billets supplémentaires pour qu'il s'achète une tenue adéquate. Ce qui se passa ensuite fut des plus inattendues. En effet, il l'invita à l'accompagner. Déconcertée, sa perplexité devait se voir sur son visage puisque Tennessee crut bon d'insister et usa de plusieurs arguments pour la convaincre. Eva se persuadait que c'était une bonne chose car cela l'incitait à y aller. De cette manière, elle allait pouvoir s'assurer qu'il passerait une bonne soirée. Il le méritait. Puis, qui sait, peut-être bien qu'elle arriverait à s'amuser un peu, elle aussi. Finalement, il finit par sortir de l'appartement, en quête du vêtement nécessaire. Eva n'en n'avait pas besoin. Elle avait tout ce qu'il lui fallait.

Deux semaines plus tard, elle se retrouvait devant son miroir, en se dandinant d'un pied à l'autre, guère sûre d'elle.  Cela faisait... bien une éternité qu'elle n'était pas sortie dans ce genre d'occasions. Autrefois, elle était accompagnée de Jared. Elle était heureuse. Ils avaient leur fille. Maintenant, elle n'avait plus tout ça. Elle était juste … Evangeline. Lorsqu'on était trompé par quelqu'un, cela s'accompagnait de plusieurs symptômes, notamment la perte de confiance en l'autre sexe et en soi. Eva n'avait pas perdu ni l'un, ni l'autre. Premièrement, malgré les apparences, elle restait une grande romantique. Elle refusait tout simplement de croire qu'on ne pouvait pas trouver quelqu'un de bien et rester avec cette personne, en se sentant bien. Secondement, elle n'avait pas perdu confiance en elle et en son potentiel de séduction. Cela lui aurait fait trop plaisir. Bien sûr, elle s'était posée un milliard de questions inutiles et avait douté d'elle, s'était remise en question. Toutefois, la jeune femme s'était reprise en main après un certain temps : cela ne ferait que lui rendre service de douter d'elle et de perdre confiance en elle. Eva se savait belle, d'autant plus lorsqu'elle s'apprêtait. Maquillée sans trop l'être, vêtue d'une jolie robe bleu marine, chaussée d'escarpins, elle se regardait sous toutes les coutures. Cela fonctionnait. Pourtant, elle ressentait une forme de gêne. Ils allaient certainement s'amuser, il n'y avait aucune raison du contraire. Mais en avait-elle seulement le droit ?

Elle sursauta légèrement en entendant toquer, son accompagné par la voix de Tennessee lui demandant si elle était prête. Elle n'hésita qu'une seconde avant de mettre sa veste, de lui répondre que c'était bon et d'ouvrir la porte afin de sortir. Evangeline tomba quasiment nez à nez avec le cou de Tennessee, si bien qu'elle s'arrêta et eut le temps de découvrir sa tenue. Le moindre qu'on puisse dire, c'était que cela le changeait. Elle esquissa un sourire amusé et leva la tête pour croiser son regard : « Les costumes te vont plutôt bien, tu sais ». Cela la frappa pour la première fois. Il s'agissait vraiment d'un beau garçon, c'était incontestable. Qui sait, peut-être rencontrerait-il un garçon qui lui plairait bien dans cette soirée. Eva ignorait pourtant s'il avait la tête à ça. Ils échangèrent quelques paroles avant de sortir de l'appartement et de rejoindre la voiture d'Eva. Tennessee servit de co-pilote pour lui indiquer le lieu. Au bout d'une vingtaine de minutes, ils arrivèrent à la faculté mais il fallait trouver un endroit où se garer, ce qui ne fut pas chose aisée. Au final, ils réussirent tant bien que mal, bien qu'ils aient un petit peu de chemin à faire. En sortant, elle se fit la réflexion qu'elle ignorait pourquoi elle avait pris une veste. Elle n'avait pas froid. Mais les gens s'interrogeraient en la voyant sans. Elle cala son pas avec celui de Tennessee et ils marchèrent côte à côte jusqu'à la faculté. Ils échangèrent quelques paroles légères. Une fois arrivés à l'entrée, Eva se sentit bizarre. Elle n'était pas restée longtemps à la fac, préférant de loin l'école de police. Elle ne regrettait pas son choix. Mais du coup, elle se sentait décalée. Les études se trouvaient loin derrière elle. Du haut de ses vingt-huit ans, elle allait se sentir bien veille. Néanmoins, ce n'était pas bien grave. L'essentiel était que Tennnessee trouve son compte. Ils suivirent d'autres couples et de bandes d'amis en direction du lieu prévu. Eva lui demanda spontanément ce qu'il avait choisi à la fac, il lui répondit et bientôt, elle comprit qu'il n'y était pas vraiment resté longtemps. Cela ne la surprit qu'un peu. Contre toute attente, ils allaient peut-être être deux à se sentir étrangers...

En arrivant dans les lieux, Eva repéra directement le stand où un photographe était chargé de prendre en photo les couples. Elle s'apprêtait à les contourner quand elle remarqua que Tennessee regardait le stand, alors elle lui proposa d'en faire une et il accepta. Deux minutes plus tard, ils se retrouvaient à faire la pause, tous deux souriants. Comme elle s'y attendait, ils eurent droit aux réflexions du genre " Vous êtes vraiment beaux tous les deux !". Eva ne disait rien, ce n'était pas la peine de le contredire. Cela fait, Tennessee se dirigea vers la salle et Eva le suivit docilement et bientôt la musique lui agressa les oreilles. Non que celle-ci soit particulièrement forte, mais avec son ouï développée, c'était autre chose. Ils se dirigèrent ensemble vers le buffet. Tennessee lui demanda ce qu'elle voulait et elle répondit distraitement. Après tout, c'était elle qui conduisait de retour, elle n'allait pas pouvoir bien boire. Quelque part, tant mieux, Eva se révélait étrangement joyeuse et collante une fois ivre. Il valait mieux éviter cet embarras à Tennessee. « Tu reconnais des gens ? » demanda-t-elle en se penchant vers lui pour qu'il l'entende. Elle n'avait pas de difficultés, mais lui peut-être davantage. Il semblerait que non. Il y eut un moment de flottement, de gêne. Aucun des deux ne semblait savoir quoi faire. Le regard d'Eva se dirigea vers la scène où quelques-uns dansaient déjà. Cela faisait si longtemps ! Mue par une pulsion soudaine, avant qu'il n'ait pu dire quoique ce soit, elle se tourna vers Tennessee, lui sourit et lui tendit la main : « Est-ce que je peux t'inviter à danser ? ». Il fallait avouer, elle fut surprise de le voir accepter et lui prendre la main. Ni une ni deux, ils se dirigèrent vers la piste de danse, se frayèrent un passage et s'arrêtèrent. Eva n'hésita pas une seconde. Elle ne ressentait aucune gêne. Il n'y avait pas d’ambiguïté dans son esprit, elle voulait juste s'amuser et voir Tennessee sourire. Histoire qu'ils passent tous les deux un bon moment. Ils en avaient tous les deux besoin.

Elle ignorait combien de temps cela dura ni ce qu'elle fit exactement. Elle savait juste qu'à un moment donné, ses mains se retrouvèrent sur la taille de Tennessee. Enfin, ils étaient comme ça lorsque quelqu'un les aborda, visiblement une connaissance de Tennessee. Ils s'écartèrent de la piste de danse afin de pouvoir s'entendre entre eux. Ils échangèrent quelques mots, au cours desquels Tennessee la présenta à son ami. Elle se contenta de sourire et de répondre quand le nouvel arrivant lui adressait la parole. Soudain, elle se sentit subitement assoiffée. Eva tapota l'épaule de Tennessee et lui fit comprendre qu'elle allait se chercher à boire et comptait revenir dans quelques minutes. Au moins, cela le laisserait respirer un peu. Eva se dirigea tant bien que mal vers le bar. Elle aurait voulu prendre en photo le barman tant son expression était drôle lorsqu'il l'avait entendu réclamer de l'eau. Elle vida son verre d'un trait. Elle lâcha un léger soupir de satisfaction. « Eh bien, tu avais l'air assoiffée » Eva tourna la tête vers la personne qui venait de lui parler. Du moins, c'était ce qu'elle croyait. Elle se contenta de répondre une réponse affirmative, ne sachant pas quoi dire d'autre. Il était jeune. Trop jeune. Du même âge que Tennessee, environ. « Tu es seule ? » La question tant attendue. Ne souhaitant nullement être draguée plus que ça, elle hocha la tête « Non, je suis avec lui » en désignant Tennessee. Celui-ci tourna la tête vers elle et elle fit un petit geste de la main auquel il répondit. Tennessee n'était pas très imposant mais peu importait. L'idée était qu'il croit qu'elle était avec quelqu'un d'autre et que cela ne l'intéressait pas. Le stratagème fonctionna et elle fut aussitôt libre. Elle allait se diriger vers Tennessee lorsqu'elle constata qu'il faisait de même vers elle. Dans la cohue, elle posa sa main sur son bras comme pour être certaine de ne pas le perdre. C'était qu'il y avait beaucoup d'étudiants regroupés ici, mine de rien. « Hey, tu veux continuer de danser ou tu veux t'arrêter un instant ? » L'un comme l'autre lui allait.


_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tennessee Williams
avatar
Héro ... ïnomane


J'ai : 23 ans et je suis : célibataire . Mon avatar est : Dave Franco . :

et j'ai posté : 89 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 04/11/2016 pour mon profil et j'ai : 501 points. Dernier petit détail, je joue également : Maxwell

MessageSujet: Re: It's time to get to know each other || Tennessee   Jeu 16 Mar - 22:57


 It's time to get to know each other

- Eva — Ten -


The worst things in life come free to us 'Cause we're just under the upper hand And go mad for a couple grams

Do you ache for her ?

Tennessee était plutôt joli garçon, dans son style. Malgré ses airs justifiés de drogués, il restait beau. Bien habillé, il retrouvait une certaine normalité, loin de son quotidien et de ses soirées délabrées. Un moment, il se demandait ce qu’il allait faire là, dans cet endroit. Il avait dépensé de l’argent et allait continuer à en dépenser. Était-ce vraiment bien sage ? Quand Eva ouvrit la porte, il oublia toutes ses questions et se concentra sur elle. Sa baby-sitter était tout à fait présentable, très belle même.

« Les costumes te vont plutôt bien, tu sais »

Il répondit d’un sourire avant de lui répondre qu’elle était aussi très jolie. Mais, il ne s’attarda pas énormément sur le sujet, n’y pensant pas tellement. Ils ne tardèrent pas à quitter l’appartement et à se diriger vers l’Université. Qu’Eva choisisse de conduire lui fit se poser quelques questions. Comptait-elle boire et s’amuser ou est-ce qu’elle était là uniquement pour le surveiller ?

La nuit était agréable dans cette ville qui n’était jamais vraiment froide ou désagréable. D’autres étudiants et universitaires empruntaient le même chemin qu’eux, plusieurs petits couples et groupes d’amis pressés d’arriver. Minuit venait de sonner et la file à l’entrée commençait à s’allonger. Ni Tennessee ni Eva n’avait acheté de billet en prévente et tous deux durent faire la file. Aucun visage ne parlait au jeune héroïnomane qui avait oublié ce que c’était de se mêler à ce genre de foule. Après qu’Eva ait déposé sa veste au vestiaire ils se dirigèrent vers une des salles principales. Avant, il y avait ce petit stand de photographie où tout le monde passait pour garder un souvenir de la soirée et Tennessee convainquit Eva de s'y rendre juste pour un cliché. Ils étaient censés récupérer la photo sur facebook, tout était automatisé. Dans la salle principale, la musique était très forte et l’odeur correspondait déjà. La soirée était lancée et les gens dansaient déjà comme des fous, souvent déjà ivres en arrivant. Tennessee avait un peu de mal à s’y mettre, n’ayant pas encore bu. Mais, visiblement, Eva n’avait besoin d’aucun verre et l’invita.

A un moment, ils furent interrompus par une vieille connaissance de Tennessee comme les fantômes revenaient du passé. C’était un gars qu’il connaissait mais qui n’était pas vraiment un étudiant, c’était un type qui trainait sur les campus avec ses potes pour fumer et profiter de la vie. Eva discuta un peu avec eux avant de s’en aller au bar. Le junkie doutait fortement qu’elle puisse trouver des softs mais la laissa. Avec sa vieille connaissance, ils allèrent se prendre des premières bières vidées d’une traite avant d’être suivies par d’autres plus lentement bues. Il balada son regard sur la foule dont il s’était écarté pour discuter et rigola un peu en voyant les filles assises toutes seules sur le côté. Pensaient-elles vraiment qu’en 2017, dans une soirée où le sol allait être recouvert de plusieurs centimètres d’alcool un gars allait les inviter à un slow ? Eva lui fit un signe et il répondit, sans vraiment comprendre avant de finir sa bière. Son pote s’alluma un joint et Tennessee tira également dessus, habitué. Comme ils ne s’étaient pas vus depuis longtemps, il s’en fit même offrir un qu’il s’alluma sans problèmes. Tout le monde ici s’en foutait, les gens étaient presque tous ivres les autres étaient défoncés. Eva revint le voir, lui demandant s’il voulait retourner danser. Le junkie rigola un peu avant de répondre simplement :

« Je ne suis pas vraiment venu ici pour danser mais fais-toi plaisir je sais que tu ne bois pas »

Il ne lui proposa même pas de tirer un coup, certain que la réponse serait négative. Il termina sa troisième bière et s’en repaya une, commençant à se sentir d’une humeur plus festive. Il resta appuyé sur le bar, fumant tranquillement. Son pote était toujours près de lui-même s’il était occupé à discuter avec une fille, une petite étudiante de première, naïve, venue avec une si jolie robe. Tennessee ne lui jeta même pas un regard, beaucoup plus intéressé par ce qu’il tenait entre ses doigts, fragile et festive remplaçante de son héroïne fétiche. Quant à l’alcool, c’était assez récent en fait. A ses débuts, la boisson ne l’intéressait pas mais, visiblement, sa toxicomanie s’étendait. De toute façon, personne n’allait l’envoyer en prison pour quelques bières, contrairement à quelques grammes.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eva R. Blake
avatar



J'ai : 28 ans et je suis : divorcée. . Mon avatar est : Katheryn Winnick. . :

et j'ai posté : 45 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 01/11/2016 Je n'oublie pas de remercier : balaclava pour mon profil et j'ai : 399 points. Dernier petit détail, je joue également : personne. Inventaire : : Télékinésie

MessageSujet: Re: It's time to get to know each other || Tennessee   Ven 17 Mar - 22:24


It's time to get to know each other.
Eva ne nota qu'après avoir parlé que l'ami de Ten se trouvait toujours à ses côtés. Peut-être aurait-elle éviter ce qui allait suivre. Ten tenait un joint dans sa main. Eva savait en reconnaître un. Sans comprendre pourquoi, elle sentit l'effet d'une douche froide lorsqu'il se mit à rire. Comme si Eva était remarquablement drôle. Il semblerait qu'elle soit plus drôle qu'elle le pensait. Il se contenta de lui répondre : « Je ne suis pas vraiment venu ici pour danser mais fais-toi plaisir je sais que tu ne bois pas ».

Ce qui, à peu de choses près, équivalait à un « Fais ce que tu veux, je m'en fous, maintenant dégage ». Elle resta bien cinq secondes, à le dévisager bêtement. Mais Ten ne s'y attarda pas et tourna la tête presque aussitôt. Eva finit par s'éclipser, sentant qu'elle ne faisait que le gêner. Alors, elle se retrouvera comme une idiote, plantée au milieu d'une salle de bal, sans savoir quoi faire, en étant totalement décalée avec le reste des personnes présentes. Elle mit bien plusieurs secondes avant de se décider de bouger. Etait-elle si choquée que ça, au fond ? S'attendait-elle vraiment à passer une bonne soirée avec lui ? La réponse était simple : Oui. Il fallait se rendre à l'évidence, malgré tout ce qu'il lui était arrivé, Eva restait aveugle et naïve par moment. Il n'en n'avait tout simplement rien à faire d'elle. Il lui avait simplement demander de l'accompagner pour servir de taxi. Quelque part, elle se sentait trahie sans aucune raison. Il ne lui avait rien promis ni quoique ce soit de ce genre. En y réfléchissant, c'était plus que prévisible que la soirée tourne de cette manière. Toutefois, même en étant consciente de ça, elle se sentait étrangement... déçue.

Tandis qu'elle s'énervait contre elle-même, elle se résigna à aller occuper le siège désormais libre. Elle ne jeta pas un coup d'oeil aux filles assises à côté d'elle – elles n'appartenaient pas au même monde. Ces filles rêvaient de se faire aborder pour une danse, comme dans les films romantiques. Eva, elle, donnerait tout pour s'échapper. Elle aimait beaucoup ce genre de soirées, avant. La Eva d'il y a huit ans se serait sans doute amusée. Celle d'aujourd'hui ne trouvait plus cela amusant. Elle se sentait horriblement en décalage. Elle n'était plus capable de s'amuser dans ce genre de soirée, surtout en se retrouvant toute seule. La jeune femme ne connaissait personne et ne voulait connaître personne. Elle passa sa main sur son visage, agacée. Si c'était pour s'ennuyer comme un rat mort toute une soirée, elle aurait préféré être tenue au courant dès le départ : « Tu peux m'accompagner pour faire mon chauffeur s'il te plaît ? » et c'était réglé. Elle ne se serait attendue à rien. Mais non. Résultat, Tennessee était accoudé au bar, profitant d'un joint et d'une bière. Comment devait-elle réagir ? Lui faire la morale ? Lui en parler ? S'énerver contre lui ? Elle n'en savait rien. Bordel, elle n'était pas sa mère ! Celle-ci ferait mieux de se ramener et de s'occuper de son gosse au lieu de refiler le boulot à quelqu'un d'autre. Eva donnerait tout pour avoir cette chance, plutôt qu'assister à un bal regroupant plus de personnes bourrées que de personnes éclairées. Honnêtement, qu'est-ce qu'elle faisait là ?

Elle ignorait combien de temps s'était écoulé avant que quelqu'un ne vienne la sortir de sa torpeur. Elle avait essayé de garder un œil sur Tennessee mais en vain. Les souvenirs remontaient, de son dernier bal. Le nouveau venu était grand. Peut-être blond. Peu importe. Il lui proposait une danse. Sans en avoir vraiment envie, elle finit quand même par accepter. Au moins, on ne pourrait pas dire qu'elle avait fait preuve de mauvaise volonté. Quelques personnes continuaient de danser, alors que d'autres étaient trop occupés à boire ou à fumer, et à dégobiller au-dessus d'une cuvette. Des minutes passèrent... jusqu'à ce que le charme soit rompu. Une main aux fesses plus tard, Eva s'en allait, exaspérée. Que pouvait-on espérer d'autre, dans un endroit pareil ? Dans sa précipitation, elle heurta quelqu'un et bientôt, elle sentit une odeur aigre... et un liquide. « Pardon ! » s'excusa le jeune homme, titubant, avant de s'écarter et de s'en aller. Eva baissa les yeux : en effet, de la bière dégoulinait de son coin jusqu'au milieu de ses seins. Youpi, elle essayait un nouveau parfum : parfumée à la bière. Qui sait, cela pourrait faire de l'effet à quelqu'un. Eva n'était même pas vraiment énervée. Passée à la machine, sa robe deviendrait comme avant... enfin, plus ou moins. Comme ça, ça lui donnait une excuse pour s'éclipser. Elle mit une dizaine de minutes à se diriger vers les toilettes des filles. Elle plissa le nez, agressée par une odeur non appréciable. Eva inspecta les dégâts à la lumière artificielle. Une fille à côté d'elle lui tendit un paquet de mouchoir. Eva, surprise, la remercia. La fille lui répondit par un sourire avant de s'éclipser alors qu'une amie l'appelait à l'extérieur. Eva s'empara d'un mouchoir et épongea les dégâts. Cette scène devait faire partie des scènes les plus clichées de l'histoire du cinéma. Du moins, l'histoire du mec bourré qui renverse son verre sur l'héroïne. Eva aurait préféré ne jamais vivre ça mais, on ne choisissait pas les expériences que l'on faisait. Elle aurait encore préféré que quelqu'un soit là pour l'aider à éponger. Un sosie de Ben Affleck, pourquoi pas ? Elle en doutait mais bon, ça faisait du bien de rêver un peu. Dans ces conditions, elle aurait tout de suite trouvé la soirée plus intéressante. Sauf qu'il n'y avait pas de prince charmant à l'horizon – elle allait devoir survivre seule, comme une grande fille. Une fois fini et après s'être un peu arrangée, une troupe envahit les toilettes et Eva préféra battre en retraite. Elle revint dans la salle, histoire de vérifier que Tennessee se trouvait toujours là. C'était le cas. Tant mieux. Alors qu'elle s'apprêtait à battre en retraite, elle remarqua qu'il se retrouvait tout seul. Son ami avait disparu. Elle hésita quelques secondes, avant de s'encourager et de revenir le voir. Après tout, elle était venue avec lui, même s'il l'avait peut-être oublié. Elle ne tenait pas à ce qu'il garde un mauvais souvenir de cette soirée. Ne sachant pas tellement quoi dire, Eva lui tapota gentiment l'épaule pour attirer son attention. Cela fait, elle grimpa sur le tabouret libre à côté de lui. Soulagement. C'était qu'elle avait presque perdu l'habitude de porter des talons, cela faisait du bien de s'asseoir un peu. Elle posa ses mains sur ses genoux et regarda Tennessee dans les yeux " Tout va bien ?". Depuis le temps qu'ils s'étaient séparés, elle se demandait combien de verres il avait ingurgité. Il semblait avoir remarqué la tâche qui s'était formé sur sa robe. Eva ne trouva rien de mieux à dire que : " Si tu sens une forte odeur de bière, rassure-toi : ce n'est pas mon nouveau parfum ". Elle ne s'était pas improvisée alcoolique en une soirée, pour ça, il pouvait être rassuré. Elle aimait bien l'alcool mais, lorsqu'elle devait conduire, elle préférait rester prudente et garder ses idées claires. " C'était un camarade de classe ? " fit-elle pour essayer d'enclencher la conversation sur un nouveau sujet. Tennessee lui avait dit son nom, mais pas comment il l'avait connu. Eva s'avérait curieuse d'en apprendre plus. Ou elle souhaitait simplement discuter avec lui. Les deux explications fonctionnaient plutôt bien. La jeune femme n'avait pas envie de se retrouver seule, confrontée à sa solitude intérieure : elle cherchait à tout prix à la fuir, à en faire abstraction. Pour cela, elle misait gros sur Tennessee, bien que ce dernier n'en n'ait pas confiance.


_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tennessee Williams
avatar
Héro ... ïnomane


J'ai : 23 ans et je suis : célibataire . Mon avatar est : Dave Franco . :

et j'ai posté : 89 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 04/11/2016 pour mon profil et j'ai : 501 points. Dernier petit détail, je joue également : Maxwell

MessageSujet: Re: It's time to get to know each other || Tennessee   Lun 3 Avr - 23:41


 It's time to get to know each other

- Eva — Ten -


The worst things in life come free to us 'Cause we're just under the upper hand And go mad for a couple grams

Do you ache for her ?

Tennessee ne pensait pas à mal mais, ses vieux démons ne lui laissaient pas une seule seconde de paix. Alors que tout le monde s’amusait dans une sociabilité salissante, Tennessee préférait rester de côté, se demandant même ce qu’il fichait là, il n’était même plus étudiant. D’ailleurs, il se retrouva vraiment seul lorsque son pote fut entraîné sur la piste par la jeune étudiante. Tennessee ne dit rien et se contenta de rester dans ses pensées, se débarrassant rapidement de sa cigarette artisanale se rendant compte qu’elle n’allait pas vraiment l’aider à faire la fête. A peine une dizaine de minutes s’était écoulé qu’il s’ennuyait déjà, baladant son regard mordoré sur la foule à laquelle il n’arrivait plus à s’identifier. Evidemment, il pensa à ses amis des squats et à toutes les nuits qu’il avait passé dans ces endroits délabrés. Au final, Tennessee se sentait beaucoup plus proche de ces gens que de quiconque dans cette salle. En réalisant ce détail, il soupira et regretta de ne pas avoir pris un peu d’héroïne avec lui, elle lui aurait fait oublier ses idées noires.

A un moment, Eva réapparut dans son champ de vision. Visiblement, cette petite escapade lui avait fait gagner une douche de bière. Tennessee rigola et lui dit sur le ton de la plaisanterie :

« Ne t’inquiètes pas, il parait que la bière c’est bon pour les cheveux et pour la peau »

Au moins Eva était revenue près de lui. C’était une bonne nouvelle puisqu’il ne s’imaginait vraiment pas la laisser seule dans cet endroit même si au final, parmi une foule d’étudiants, elle ne risquait pas grand-chose. Elle le questionna alors sur son pote, visiblement curieuse de savoir comment ils s’étaient rencontrés. Le terme « camarade de classe » le fit sourire, qui utilisait encore ces mots en 2017 ? Eva visiblement. Sa réponse fut honnête, de toute façon, il n’avait rien à lui cacher :

« Loin de là. Il traine à la fac pour la clientèle d’étudiants en manque et de hippies prêts à se défoncer à tout ce qui est naturel »

Un mouvement de foule l’interrompit, le bar était pris d’assaut et Tennessee attrapa la main d’Eva pour s’extraire de là sans la perdre. Au final, il l’emmena bien plus à l’écart, près des vestiaires, là où la musique était beaucoup moins forte et où ils pouvaient s’entendre parler.

« Je crois que je ne suis pas assez défoncé pour m’éclater comme avant », dit-il en se passant une main sur le visage.

Une idée lui vint à l’esprit pour que cette soirée ne soit pas complètement un gâchis pour la pauvre Eva qui n’avait rien demandé.

« Ca te dis qu’on passe au night shop chercher une ou deux bouteilles et qu’on se pose quelque part ? Il fait beau et pas tellement froid. »

Au moins, c’était dit directement qu’il n’avait pas plus envie que ça de traîner ici plus longtemps. Au final, il regrettait complètement d’avoir dépensé de l’argent pour cette soirée, son élan d’enthousiasme était mort avec la fin de son verre. Un beau garçon qui invitait une jolie fille à s'isoler était généralement le signe d'une soirée agitée mais, Tennessee n'avait aucune arrière pensée. Dommage.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eva R. Blake
avatar



J'ai : 28 ans et je suis : divorcée. . Mon avatar est : Katheryn Winnick. . :

et j'ai posté : 45 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 01/11/2016 Je n'oublie pas de remercier : balaclava pour mon profil et j'ai : 399 points. Dernier petit détail, je joue également : personne. Inventaire : : Télékinésie

MessageSujet: Re: It's time to get to know each other || Tennessee   Mar 4 Avr - 18:07


It's time to get to know each other.
Sa récente douche à la bière avait le mérite de faire rire celui qui l'accompagnait. Eva se surprit elle-même à avoir chaud au cœur en l'entendant rire. Elle préférait nettement ça plutôt que le voir bouder ou afficher une expression pleine de lassitude ou encore d'indifférence. C'était comme si un petit éclairage s'opérait sur ce qu'était Tennessee, autrefois.  « Ne t’inquiètes pas, il parait que la bière c’est bon pour les cheveux et pour la peau » Eva se demanda s'il trouverait ça enfantin qu'elle lui tire la langue. Elle hésita trois secondes pour finalement écouter sagement sa réponse à sa question. Elle était censée être une adulte après tout. Autant qu'il soit convaincu que sa tutrice ait un minimum de maturité... Il ignorait à quel point. D'une part, elle était une adulte: en âge et physiquement, ses aspirations dans la vie ne se tournaient plus dans un domaine festif, dans une pensée de profit de la vie. Arrivée à cet étape de sa vie, elle avait eu le besoin de s'établir et de s'installer. Les événements de la vie ont fait que tout ne s'était pas passé comme elle l'aurait souhaité. Toutefois, elle ne désespérait pas et croyait toujours en l'amour. Elle considérait que ce serait rendre service à son ex et sa péripatéticienne qu'elle en vienne à se sous-estimer, se désapprécier, subir une désillusion du sentiment amoureux.

« Loin de là. Il traine à la fac pour la clientèle d’étudiants en manque et de hippies prêts à se défoncer à tout ce qui est naturel » Elle aurait préféré que Tennessee retrouve des amis et non ce genre de fréquentations. Décidément, on ne pouvait pas dire qu'elle avait de la chance. Tennessee devait déjà côtoyer ce type d'individu, aller à des soirées comme celle-ci devait l'encourager à voir d'autres personnes. A croire que l'univers se bornait à le renvoyer dans la même case. Déprimant. Eva fut surprise par un mouvement de foule qui assiégea le bar. Les contacts physiques ne la hérissait pas, cependant, il était devenu impossible de discuter posément avec son enfant à garder... Enfin, « enfant », c'était vite dit. Il ne ressemblait plus du tout à un enfant, surtout après ce qu'il avait vécu récemment. Eva n'eut pas le temps de proposer à  Tennessee d'aller ailleurs qu'il fit le nécessaire. Ce dernier s'empara de sa main pour la guider jusqu'à la sortie. Eva s'en sentit soulagée. Elle allait enfin pouvoir s'entendre penser !

Une fois près des vestiaires, elle se laissa aller à lâcher un soupir d'aise. Point négatif : en jetant un œil sur sa robe, elle voyait nettement les dégâts. Au cas où si sa poitrine n'était pas suffisamment visible, une tâche sombre faisait désormais l'affaire. « Je crois que je ne suis pas assez défoncé pour m’éclater comme avant » « Et moi trop vieille » répondit-elle spontanément, sans vraiment y réfléchir plus que ça. Elle le faisait toujours. Evangeline avait toujours été franche et directe. C'était ce qu'elle ressentait, après tout. En décalage. Elle n'aimait pas subir ce style de coup de vieux ; on ne pouvait pas dire que c'était un sentiment agréable. « Ca te dit qu’on passe au night shop chercher une ou deux bouteilles et qu’on se pose quelque part ? Il fait beau et pas tellement froid. » Pas froid, non, enfin... Pas pour Eva. Si Tennessee n'avait pas froid, tant mieux. Eva ne savait rien de ce genre de choses, comme les humains étaient fragiles. Au moins elle n'avait pas eu besoin de poser la question. « Parfait, comme tu veux » Elle ne prit même pas la peine de cacher son enthousiasme rien qu'à cette idée. Une migraine d'évitée ce soir, ô joie ! Eva se hâta d'aller récupérer sa petite veste pour qu'ils puissent s'échapper. Cela fait, elle fit comprendre à Ten qu'ils pouvaient s'éclipser. Lorqu'ils furent dehors, elle respira un grand coup. Un loup sommeillait en elle après tout : elle adorait être à l'air libre et ne supportait pas de rester enfermée longtemps. C'est pourquoi la proposition de Tennessee tombait à pic : n'étant pas particulièrement fatiguée, elle ne s'avérait pas contre à l'idée de prolonger cette soirée un peu plus longtemps. Il y avait encore quelques groupes non loin, occupés à discuter, rire, fumer. Les deux jeunes gens tracèrent leur chemin, tout droit, jusqu'à ce que la bâtisse s'éloigne petit à petit. Eva se laissa guider par Tennessee qui connaissait un peu le coin, compte tenu du fait qu'il y a effectué ses études. Ils discutèrent simplement pendant le trajet, d'aucun sujet particulier. Quand le silence s'installait entre deux, cela n'avait pas l'air d'affecter ni l'un, ni l'autre. En tout cas, ce n'était pas Eva qui allait s'en plaindre. Les silences avaient du bon parfois.

Au bout d'une vingtaine de minutes, ils finirent par trouver ce qu'ils cherchaient. Eva suivit docilement Tennessee. Toutefois, si elle devait être honnête... il faudrait qu'elle admette que son regard s'était effectivement posé sur différentes marchandises (des produits apéritifs, des bonbons, ce genre d'originalité) avec envie. Qu'est-ce que ces étales donnaient envie... Elle laissa Tennessee prendre ce qui voulait. De son côté, elle se faisait plaisir – elle n'avait aucune raison de se priver. Pour ça, elle ne ressentait aucune honte face à Tennessee : le fait qu'il soit là ne signifiait pas qu'elle devait se retenir. Chose faite, ils se dirigèrent vers la caisse. Eva avait une attitude particulière avec ce genre de personne : toute souriante, polie, comme une enfant sage. Avec son visage, l'image passait crème. On lui avait dit parfois qu'elle ressemblait à un ange, avec ses longs cheveux blonds et ses yeux bleus clairs. Elle prenait ça pour un compliment. Cela lui avait servi pendant son adolescence avec ses parents sur le dos. « Et si on se mettait là ? » proposa-t-elle au bout d'un moment, coupant court à une conversation. Ils venaient de dégoter un endroit singulier : une structure en pierre qui disposait d'un banc inférieur et d'un banc en hauteur. Elle se trouvait dans une sorte de parc qui se situait plus bas que la route : ainsi, les rares passants ne les voyaient pas. Sans hésitation aucune, Eva se percha sur le banc le plus haut, de façon à ce que ses jambes pendant le long du muret. Elle ignora si Tennessee lui jeta un regard surpris, vu la pénombre, alors la jeune femme se contenta de sourire innocemment. On avait bien le droit de sourire, non ? Ce genre de réponse convenait dans beaucoup de situations. Un sourire faisait vraiment ouvrir des portes. Comme une paire de fesses ou de seins. Ca tombait bien, Eva disposait de tout ça. Même si elle n'avait jamais été du genre à s'en servir pour obtenir ce qu'elle souhaitait – hormis avec son mari. Eva était en train d'ouvrir sa bouteille quand Tennessee la rejoignit. Ils avaient une jolie vue sur le petit parc – personne ne se trouvait là.  Plus par plaisanterie qu'autre chose, ils trinquèrent avec leurs bouteilles. Puis Eva porta la bouteille à ses lèvres, but quelques gorgées avant de s'arrêter. « Je n'aurais jamais cru arriver à un stade où je ne peux plus m'amuser dans ce genre de soirée » Elle se souvenait encore nettement des nombreuses soirées passées avec ses amis. Comme si c'était hier. Elle eut un petit rire « C'est presque inquiétant » avant de boire de nouveau. Vieillir avant l'âge... Elle n'aurait jamais pensé connaître ça. Qui pouvait s'étonner de savoir qu'elle avait pendant un moment perdu le goût de vivre après la maladie et le décès de sa fille suivi du divorce ? Eva commençait à peine à s'habituer au fait de reprendre une vie normale. Il fallait encore un peu de temps pour que les choses deviennent plus routinières. C'est à ce moment-là qu'elle remarqua que ses chaussures menaçaient de chuter lamentablement jusqu'au banc d'en bas. Elle n'y tenait pas tant que ça, alors elle jeta un coup d'oeil à sa  gauche, où se trouvait Ten et eut une idée saugrenue. Comme d'habitude, Eva ne prit pas le temps d'y réfléchir davantage avant de poser la question à l'intéressé, à savoir, si ça le dérangerait si elle mettait ses jambes sur lui (plus particulièrement ses mollets) afin de pouvoir s'adosser à la pierre et garder ses chaussures. Il sembla surpris mais ne refusa pas. Sur ce, elle obtempéra et fit en sorte qu'elle n'ait pas ses chaussures sur son pantalon – ce serait idiot de tâcher un si beau tissu, d'autant plus que cela lui allait si bien (beaucoup plus que ses sweats difformes). Une fois son dos calé et installée confortablement, elle le remercia et but de nouvelles gorgées. Son regard se fixa sur le profil de Tennessee. Il s'en rendit compte, ce qui obligea Eva à formuler ses pensées à voix haute : « Je suis désolée que tu n'aies pas pu t'amuser davantage ce soir ». Quitter la soirée aussi tôt et finir cette journée en sa compagnie ne devait pas être le genre de chose à laquelle il pensait au départ.


_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tennessee Williams
avatar
Héro ... ïnomane


J'ai : 23 ans et je suis : célibataire . Mon avatar est : Dave Franco . :

et j'ai posté : 89 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 04/11/2016 pour mon profil et j'ai : 501 points. Dernier petit détail, je joue également : Maxwell

MessageSujet: Re: It's time to get to know each other || Tennessee   Dim 30 Avr - 22:04


 It's time to get to know each other

- Eva — Ten -


The worst things in life come free to us 'Cause we're just under the upper hand And go mad for a couple grams

« The needle tears a hold
The old familiar sting
Try to kill it all away
But I remember everything
»

Tennessee était satisfait de sortir de cet endroit. Au final, il n’y avait même pas passé une heure et son enthousiasme s’était totalement évanoui. Alors qu’Eva récupérait sa veste, il baladait son regard sur les gens autour et lui et se sentait si différent. Des fois, l’étrange impression d’appartenir à un autre monde le prenait. Chaque personne qui défilait devant ses yeux semblait un fantôme, juste une ombre venue d’un autre monde pour le narguer. Un souvenir s’imposa avec force, une soirée qu’il avait organisé chez lui à l’époque du lycée et qui avait été l’évènement de l’année tant Tennessee était le lycéen populaire que tout le monde aimait. Désormais, tout avait changé mais, plus important encore, il avait changé.

Dehors, il marcha sans vraiment faire attention au monde autour de lui, pris dans une profonde introspection muette comme ça lui arrivait souvent. Une question l’obsédait depuis un moment mais, il avait enfin réussi à la mettre en mots. Tennessee avait changé, aucun doute là-dessus mais, avait-il gagné ou perdu ? Le petit junkie n’était pas aussi malheureux dans sa situation que ce que les autres aimaient lui accorder. Tout le monde, chaque fantôme autour de lui voulait qu’il guérisse mais, il ne se sentait pas malade, juste différent.

Los Angeles était une magnifique ville vivante et pleine de fantômes. La nuit, ils semblaient presque vivants et, les night shop étaient légions. Tennessee prit juste une bière, la moins cher du petit magasin tenu par un mexicain. Peut-être qu’un alcool frelaté l’aiderait à réfléchir ou à arrêter de réfléchir, peu importe. De toute façon, ces questions n’avaient pas de réponse. Elles n’avaient d’intérêt que par leur seule existence. Une mise en mot comme une mise à mort.

Ils finirent par s’installer sur une structure en pierre, une espèce de double blanc fait pour favoriser les échanges. Dommage que les seuls échanges qu’il ait favorisés soit les clodos qui venaient dormir dessus. Eva pris ses aises et Tennessee s’en fichait, il n’était pas pudique et les contacts humains ne le dérangeait pas. D’ailleurs, les squats qu’il aimait le plus étaient toujours plein de vies. Ces gens dont il avait partagé le quotidien n’étaient pas des fantômes à ses yeux, ils existaient réellement avec tous leurs défauts. Peu à l’aise dans ce costume trop étroit, il défit sa cravate, ouvrit sa chemise de quelques boutons et enleva sa veste se demandait s’il pourrait récupérer l’argent de cet achat totalement inutile.

Lorsqu’il se sentit trop observé, il se tourna vers Eva, se demandant pourquoi elle le regardait comme ça. Elle lui fit simplement par de ses regrets, voyant qu’il ne s’était pas amusé. Cette fois, ce fut à lui de l’observer, se demandant encore une fois ce qu’elle faisait là. Sa question n’était pas portée sur une spécificité temporelle mais, était plus générale. Ses parents la payaient et il ne comprenait pas vraiment leur intention. Les ponts avaient été coupés et aucune eau ne passerait dessous, il l’avait bien senti. Des fois, il se demandait s’ils allaient adopter un autre enfant. Après tout, ils n’étaient pas si vieux que ça, l’occasion était encore présente surtout vu le nombre de miséreux.

« C’est pas grave »

Sa réponse était concise, il n’avait pas vraiment envie de parler. L’humeur de Tennessee avait beau être changeante, la mélancolie était une compagne routinière. Oh, il n’était jamais vraiment triste, c’était juste qu’il ne savait pas quoi faire de toutes ces questions qu’il se posait. Il passait tant de temps à réfléchir, que plus rien ne semblait réel. C’était un peu comme s’il écrivait une histoire dont il pouvait décider de chaque détail sauf que, c’était son histoire et que les détails n’étaient que des souvenirs qu’il ne pouvait oublier.

« Des fois je me dis que si je pouvais tout recommencer, à des millions de kilomètres loin d’ici »

Il garda sa phrase en suspend plusieurs secondes, le regard dans le vide.

« Je ne ferais pas les mêmes erreurs »

Il ne parlait pas de l’héroïne, loin de là. Il parlait de ses parents, d’Enzo et d’une grande majorité des fantômes autour de lui. Il avait beau essayer de tout oublier, il s’en souvenait toujours. La vieille piqure familière l’accompagnerait même dans son voyage à l’autre bout du monde, il en était certain. Ses yeux mordorés reflétaient toutes ces pensées brisées qu’il ne pouvait réparer. Au final, il choisit de se lever, n’appréciant pas de se perdre autant.

« Tu devrais rentrer », dit-il à Eva en remettant sa veste.

Quant à lui, il ne comptait pas rentrer. La ville de nuit, il la connaissait mieux que de jour comme si les rues s’ouvraient sur de nouveaux horizons, de nouveaux mondes si familiers qu’il adorait arpenter. Des mondes sans aucun fantôme.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eva R. Blake
avatar



J'ai : 28 ans et je suis : divorcée. . Mon avatar est : Katheryn Winnick. . :

et j'ai posté : 45 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 01/11/2016 Je n'oublie pas de remercier : balaclava pour mon profil et j'ai : 399 points. Dernier petit détail, je joue également : personne. Inventaire : : Télékinésie

MessageSujet: Re: It's time to get to know each other || Tennessee   Sam 6 Mai - 17:56


It's time to get to know each other.
Chose peu étonnante, Tennessee lui rendit son regard. Elle le soutint sans problème. Elle le voyait troublé depuis quelques minutes déjà. Il semblerait que son début d'enthousiasme se soit subitement envolé au vu de la soirée. Ce n'était pas de la faute d'Eva, ça, elle en était certaine. Il devait s'attendre à quelque chose, en allant dans un tel lieu. Peut-être se rappeler son ancienne vie. Pour finalement regretter ou, au contraire, s'en détacher car il avait changé. Il était passé par la case « prison » après tout. Ce genre d'événement changeait une personne. Surtout une personne telle que Tennessee. Celui-ci lui assura que ce n'était pas très grave mais Eva ne le croyait pas, elle fit une légère moue avant de détourner la tête. Son regard se baladait dans le vide, ne fixant rien de particulier. Il semblait profondément las. Elle devait s'avouer un peu déçue : elle s'attendait à ce qu'il passe une bonne soirée. Au moins qu'il se change les idées l'espace de quelques heures. Ce fut un échec cuisant. Peut-être était-ce trop tôt ou pas la meilleure approche. Elle n'en savait rien. Elle ne le connaissait pas encore suffisamment.

« Des fois je me dis que si je pouvais tout recommencer, à des millions de kilomètres loin d’ici » Eva fut surprise de l'entendre parler de nouveau. Par réflexe, la jeune femme tourna la tête dans sa direction. Sans trop savoir pourquoi, elle se sentit étrangement émue qu'il se confie. Enfin, sa confession tenait en une phrase, mais c'était un début. Il ne s'était pas allé avec elle depuis qu'ils se connaissaient. Pourtant, cela faisait des mois maintenant. Elle se sentit honorée, alors qu'il aurait très bien pu dire la même chose à quelqu'un d'autre au même moment. Elle ne préférait pas y croire. Elle préférait une version plus optimiste, dans laquelle il commençait très doucement, mais sûrement, à lui faire confiance. Il garda le silence plusieurs secondes et elle respecta ça. Pendant ce temps, elle entreprit de le détailler, sans le quitter des yeux. Elle lui trouvait un petit air de chiot perdu qui donnait automatiquement envie de prendre soin de lui, de le réconforter, de l'enlacer. « Je ne ferais pas les mêmes erreurs » Elle ignorait de quelles erreurs il parlait. S'il s'agissait de la drogue ou d'autres choses. Quoique cela la surprendrait, généralement les toxicos ne voyaient pas leur addiction d'un mauvais œil, ou plutôt d'un œil réaliste. Comme si tout était normal et sans conséquence. En tout cas, s'il parlait d'autres choses, Eva ne détenait pas toutes les cartes en main pour comprendre l'allusion. Toutefois, il valait mieux que ça que rien du tout. C'était un premier pas. En d'autres circonstances, dans une éventualité où ils auraient pu être plus proches, elle l'aurait sûrement réconforté, trouvé les bons mots, l'aurait peut-être même enlacé. Sauf que ce n'était pas le cas. D'autant plus qu'elle était trop surprise, ou émue, au choix, pour formuler ne serait-ce qu'un mot. De toute façon, elle aurait eu trop peur de briser cet instant par maladresse.

Finalement, ce fut lui qui brisa ce petit moment d'intimité en se levant subitement, l'obligeant à enlever ses jambes brusquement. Elle porta sa main à sa chaussure de justesse, l'empêchant de tomber malencontreusement. Merci à ses réflexes. Elle dut presque se tordre le cou pour le regarder. « Tu devrais rentrer » lâcha-t-il avant de remettre sa veste. Un instant déconcertée, elle finit par se résoudre à descendre. L'instant magique était fini. Au final, ils n'étaient pas restés longtemps ensemble, contrairement à ce qu'il avait proposé. Il avait soudainement l'envie de se retrouver seul. Il la maintenait à distance, évitait de se replonger dans ses pensées. Essayerait-il de se changer les idées avec de l'héroïne ? Probablement. Eva ne savait pas trop quoi dire, hormis lui demander s'il était sûr de vouloir rester seul. Le jeune homme lui assura que c'était le cas. Quelques secondes s'écoulèrent avant qu'elle ne récupère sa boisson, qu'elle n'avait même pas eu le temps de finir. Si Tennessee n'eut aucun mal à descendre, Eva n'eut pas exactement le même air décontracté. Mais elle réussit sans trop de mal. Cela faisait un petit moment qu'elle n'avait pas mis ce genre de chaussure, un peu plus et elle aurait oublié comment marcher avec. « Ten ? » Il se retourna vers elle et elle hésita. Eva aurait voulu trouver les bons mots, dire quelque chose, mais ne trouva rien à dire. Elle aurait souhaité prolonger ce moment mais ce n'était pas possible. Elle ne se permit aucun geste, se doutant que Tennessee l'aurait mal pris. Au lieu de ça, elle ne put que sortir quelques billets, qu'elle lui tendit « Au cas où, si tu as un problème ». Voyant qu'elle ne comptait pas le laisser vagabonder sans ressource, il se rendit à l'évidence. « Je te dis à demain, alors ? » fit-elle comme au revoir, avant de lui adresser un petit sourire et de commencer à s'éloigner, en direction du parking. Elle se retint de se retourner pendant plusieurs mètres avant d'abandonner. En le voyant s'éloigner, dos à elle, elle ressentit un étrange pincement au cœur. Eva avait sincèrement envie de l'aider à se sentir mieux, mais ignorait comment faire, ou même s'il se laisserait faire. Elle se sentait démunie face à la situation. Elle n'appréciait pas. Certaines personnes savaient pertinemment comment agir et les paroles à adresser. Eva avait espéré se rendre utile en acceptant ce job. C'était le cas, après tout, il ne dormait plus dehors, il avait un endroit sain où aller, il avait de quoi manger, dormir, se laver. Mais ce n'était pas suffisant. Pendant tout le trajet, son esprit décortiqua la situation, avant de se résoudre à demander un peu d'aide. Peut-être quelqu'un pourrait lui donner quelques conseils, lui révéler la marche à suivre.

_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tennessee Williams
avatar
Héro ... ïnomane


J'ai : 23 ans et je suis : célibataire . Mon avatar est : Dave Franco . :

et j'ai posté : 89 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 04/11/2016 pour mon profil et j'ai : 501 points. Dernier petit détail, je joue également : Maxwell

MessageSujet: Re: It's time to get to know each other || Tennessee   Ven 12 Mai - 21:34


 It's time to get to know each other

- Eva — Ten -


The worst things in life come free to us 'Cause we're just under the upper hand And go mad for a couple grams

« The needle tears a hold
The old familiar sting
Try to kill it all away
But I remember everything
»

Tennessee réfléchissait à ce qu’il allait faire ce soir, qui il allait voir. Rester tout seul ne l’intéressait pas, il avait envie de passer du temps avec des gens de son monde qui pouvaient comprendre les idées bizarres qui voletaient dans son esprit.

« Ten ? »

Il la regarda sans rien dire, il espérait juste qu’elle n’allait pas essayer de lui sortir un quelconque discours ou insister pour l’accompagner. Ce n’était clairement pas dans son programme. Elle se contenta de sortir quelques billets de son portefeuille et de lui tendre. Il les accepta sans grandes difficultés. L’argent n’était pas un luxe dans sa vie et, sans doute en aurait-il besoin assez rapidement. Des fois il se disait que si ses parents n’avaient pas payé Eva pour s’occuper de lui, il serait à la rue ou sans doute déjà de retour en prison. Néanmoins, il n’était pas sorti d’affaires pour autant, dès que ses parents changeraient d’avis, ça serait retour à la case prison, la vie était ainsi faite.

« Je te dis à demain, alors ? »

Il hocha la tête et s’éloigna en direction des quartiers du Nord, là où il avait ses habitudes, la tête dans les nuages, les yeux dans les étoiles. Sur son chemin, il continua à réfléchir sur les mêmes thématiques, ses parents, la prison, l’héroïne, les gens. Sa nuit, il la passa éveillé dans un squat avec d’autres junkies, des gars qu’il connaissait depuis plus d’un an mais, qu’il était toujours heureux de revoir, ses compagnons d’infortunes. Bien sûr, il en profita pour se détendre à sa façon.

Il revint à l’appartement d’Eva dans la journée, son beau costume froissé, se disant qu’il allait galérer à se faire rembourser. Au moins, ça lui apprendra à essayer de se mêler au commun des mortels. Une fois dans sa chambre, il se changea, retrouvant le confort de son jogging et sweet-shirts. Eva n’était pas là, sans doute sortie faire sa vie ailleurs. Il en profita pour s’allonger sur le canapé devant la TV. Il zappait sur les chaînes américaines sans vraiment trouver de quoi se distraire. Une émission de cuisine où un chef chauve hurlait sur des participants tous en sueurs sur une musique de pirates des caraïbes lui rappela que ça faisait bien 24 heures qu’il n’avait rien avaler. Le frigo semblait si loin et le téléphone de l’appartement si près. Résultat, à peine une demi-heure plus tard, il était de nouveau en train de faire la loque humaine sur le canapé d’Eva à la seule différence qu’il avait une pizza devant le nez. Eva rentra avec des sacs de courses et Tennessee se leva pour venir l’aider à ranger ses précieuses provisions auxquelles il jeta un œil sans trop faire de commentaires.

« Tu penses que mes parents vont te payer encore longtemps ? »

Le ton n’était pas agressif. C’était juste que la question se posait souvent dans son esprit et pouvait faire basculer tout son quotidien.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eva R. Blake
avatar



J'ai : 28 ans et je suis : divorcée. . Mon avatar est : Katheryn Winnick. . :

et j'ai posté : 45 messages depuis que j'ai rejoint le forum le : 01/11/2016 Je n'oublie pas de remercier : balaclava pour mon profil et j'ai : 399 points. Dernier petit détail, je joue également : personne. Inventaire : : Télékinésie

MessageSujet: Re: It's time to get to know each other || Tennessee   Ven 26 Mai - 23:08


It's time to get to know each other.
Sans surprise, Eva eut quelques difficultés à trouver le sommeil. Si l'alcool avait réussi à la détendre quelque peu, elle éprouvait le sentiment de ne pas avoir agi comme il aurait fallu. Elle détestait ça. Pourtant, elle ne voyait nulle autre alternative : les récents événements avaient prouvé que « couver » son protégé assigné n'était pas pertinent. De plus, elle s'avérait suffisamment lucide et compréhensive pour comprendre qu'il existait un temps qui nécessitait de l'espace. Pour elle, ce temps avait duré plus d'un an. Son cas se révélait plus particulier : s'il était traumatique et inoubliable, d'autres moments survenus au quotidien requéraient de la solitude. Ce sentiment venait tout naturellement. Bien entendu, après des événements difficiles, il s'agissait d'une chose plus que compréhensive. C'était effectivement le cas du jeune Tennessee. Eva n'était pas assez naïve pour ne pas croire qu'il allait se rendre dans un de ces squats à se droguer. C'était une possibilité plus que probable. Si cela n'était ni une solution, ni bon pour lui, l'en empêcher ne l'était pas pour autant. Il fallait que les choses se déroulent au bon rythme. Ses parents l'avaient compris et lui avaient soumis des directives en conséquence. Ces derniers ne s'attendaient pas à un résultat rapide. Eva en était consciente lorsqu'elle avait accepté cet emploi. Seulement, étant donné qu'elle en avait réellement besoin, cela ne l'avait pas arrêté. Après un dernier mouvement dans le lit pour se retrouver sur le côté, elle finit par succomber au sommeil.

Quand elle rouvrit les yeux, le jeune homme n'était toujours pas revenu. Si l'inquiétude lui serra le ventre un moment, elle finit par mettre ça de côté du mieux qu'elle le pouvait. Après tout, il finirait bien par rentrer. Le retrouver dans une ville pareille relevait d'une mission impossible. Une fois s'être convaincue à l'idée, elle se résolut à prendre une douche, s'habiller et sortir. Il valait mieux pour elle qu'elle s'occupe. Qui plus est, Eva avait sa propre vie : si elle la mettait un peu en parenthèse pour assumer son job, elle ne le faisait pas de manière totale et entière. Il manquerait plus que ça. Si à une période, cette alternative lui aurait convenu, ce n'était plus le cas aujourd'hui. Doucement mais sûrement, sa situation avait fini par s'améliorer. Eva avait fait un travail sur elle pour pouvoir continuer de mener une vie plus ou moins normale, à retrouver un quotidien, une routine. Les souvenirs, les images revenaient toujours. Par moment, elle croyait l'entendre, au détour d'un couloir. Elle était terrifiée à l'idée qu'un jour, elle ne puisse plus se souvenir du son de sa voix. C'était impensable dans son esprit. Pour compenser cela, elle avait gardé quelques films et photos. Tout cela soigneusement rangé dans une boîte, à l'abri. Lorsque venait le moment où elle ressentait le besoin de l'ouvrir, elle n'avait qu'à s'installer à son aise et le faire, pour finir par la remettre à sa place après. Comme une petite parenthèse dans sa vie où elle s'autorisait à y repenser et à replonger dans sa peine, alors que le reste du temps elle faisait tout pour penser à autre chose. Malheureusement, cela n'était pas toujours suffisant.

Pour preuve : si tôt entrée dans le magasin se trouvant sur la route de sa salle de sport d'où elle venait de sortir, un appel la ramena à la réalité. Eva se sentait déconnectée de la réalité, à essayer de lire les étiquettes des produits en tenant son téléphone contre son oreille, répondant au flot de paroles par quelques onomatopées. Alors qu'elle faillit heurter quelqu'un, elle prit son courage à deux mains pour se sortir de cette situation horripilante « Ecoute, je travaille ce jour-là. Au cas où tu l'aurais oublié, j'ai besoin d'argent » commença-t-elle (à ce stade, elle imaginait fort bien sa sœur lever les yeux au ciel), « Je ne peux pas m'absenter. Je m'excuserais auprès des parents, ils comprendront. Je ne peux pas bouleverser ma vie à cause d'un repas de famille » « Il n'est pas question de 'bouleverser ta vie', juste de passer un bon moment en famille, comme avant » « Je sais. Je passerais plus tard. Je trouverais un moment, mais ce jour-là, je ne peux pas » Cette fois, elle entendit nettement un soupir. Le remord commençait à survenir. Au final, elles échangèrent des salutations avant de raccrocher. Eva l'avait bien senti : sa sœur lui en voulait, déçue de cette énième occasion ratée. Elle connaissait ce petit manège par cœur : cependant, elle ne forçait pas plus que ça Eva. De toute manière, la jeune femme était consciente que ce serait contre-productif. Il valait mieux laisser sa petite sœur venir vers eux de sa propre initiative. Sans pouvoir s'en empêcher, la culpabilité lui enserrait le cœur.  C'était vrai, pourtant. Elle devait rester auprès de Tennessee. C'était son travail. Elle ne pouvait pas aller à ce repas de famille. D'autant plus qu'elle ne pouvait pas se permettre de l'emmener, compte tenu du fait que toute sa famille s'avérait légèrement en décalage avec la norme humaine. Des louveteaux ganbadant dans le jardin, pendant que d'autres tournaient autour d'un barbecue et que des jeunes se bagarraient un peu plus loin, ne représentait pas la « normalité ». Non, elle ne pouvait pas raisonnablement faire ça. De plus, la pleine lune approchait à grands pas : Eva commençait à en ressentir les effets. Elle s'irritait plus facilement. Sincèrement, elle plaignait les jeunes loups : fort heureusement pour elle, la jeune femme était née ainsi et avait eu toute sa vie pour apprendre à se maîtriser. Elle se doutait  combien cet apprentissage pouvait être difficile pour un nouveau loup. Couplé avec son don de télékinésie, il valait mieux pour tout le monde qu'Eva sache se contrôler. Elle avait eu tout le temps nécessaire. Désormais, elle pouvait se vanter de se maîtriser totalement. Enfin... plus ou moins.

Alors pourquoi cette fichue culpabilité continuait-elle d'obscurcir son esprit ? Evangeline soupira. Elle ne pouvait pas aller se défouler au sport : elle y venait. D'un air irrité, elle régla ses courses avant de partir en route vers son appartement. Elle se baladait avec deux sacs bien chargés sans aucun souci. Elle avait l'esprit trop ailleurs pour songer à faire semblant. Tant pis. Les gens croiraient simplement que c'était une sportive en bonne forme.  Pendant son ascension dans les escaliers, elle continua de se convaincre que ce n'était pas intentionnel et qu'elle irait voir ses parents à un moment donné. En rentrant, elle eut la surprise de trouver Tennessee. Tant mieux : une inquiétude en moins. Celui-ci lui apporta son aide pour ranger les derniers achats. Eva s'était contentée d'un salut oral, sans sourire, trop préoccupée pour ça. Avec un peu de chance, il mettrait ça sur le compte du fait qu'elle avait dû porté ces sacs sur une certaine distance et sur la fatigue qui en découle. Eva s’attela aussitôt à tout ranger sans se soucier d'entamer une conversation. Elle n'en eut pas besoin : Tennessee prit les devants cette fois-ci.  « Tu penses que mes parents vont te payer encore longtemps ? » Cette phrase aurait pu être prononcée sur un ton agressif mais il n'en était rien. La surprise poussa Eva à tourner la tête dans sa direction, après quoi, elle lui répondit spontanément : « Bien sûr. C'est dans leur intention. Autant de temps qu'il faudra, je suppose ». Elle tourna vite la tête pour se remettre à ranger. Sur cet aspect, elle était peut-être naïve : étant mère également, elle ne songeait pas une seconde à l'idée que des parents pouvaient être capables d'abandonner leurs enfants dans le besoin. Pour elle, il ne faisait aucun doute que les parents de Tennessee feraient le nécessaire aussi longtemps que possible.  Cette idée la perturbait. Elle finit par se tourner une nouvelle fois vers Tennessee, mais cette fois tout son corps l'accompagna. « Est-ce que ça t'inquiète ? » l'interrogea-t-elle, Eva eut bientôt sa réponse grâce à l'expression de Tennessee. Peut-être était-elle plus sensible que d'habitude, dans tous les cas elle en fut drôlement touchée. « Ne t'en fait pas. Je me doute qu'il s'est passé beaucoup de choses entre vous, j'ignore de quoi il s'agit et ça ne me regarde pas : mais tes parents ne feraient pas ça s'ils se fichaient de toi. Ce sont tes parents après tout, ils t'aiment » Elle se sentit ramollir tout à coup et son regard se perdit un instant dans le vague. « Enfin... cela doit être ainsi. Les parents aiment leurs enfants et doivent faire de leur mieux pour s'occuper d'eux. Je suis peux-être naïve mais je ne peux pas concevoir qu'il existe des parents qui rejettent leurs enfants, les abandonnent ou ... » Le visage souriant de sa fille surgit dans son champ de vision. Sa main se crispa sur le sac de course et elle dû fermer les yeux pour chasser cette image. Les premiers temps, elle avait eu du mal à contrôler ses facultés, compte tenu de son état émotionnel. Il ne fallait pas que cela se reproduise. Elle ne pouvait se permettre d'agir normalement, ranger ses courses par la seule force de son esprit pendant que son esprit était accaparé par la télévision. Cela faisait partie des habitudes qu'elle avait dû travailler à perdre. Un rien suffirait pour la trahir, trahir ce qu'elle était. Evangeline ne pouvait se permettre que ce jour arrive.


_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

It's time to get to know each other || Tennessee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» Choucroute time !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divine Comédie :: Not So Far Away :: California-